Historiographie : archéologie funéraire et études antiques en Europe occidentale, une brève approche

Depuis maintenant 70 ans, l’archéologie a considérablement renouvelé ses approches méthodologiques, dans tous les domaines. La « révolution processuelle » et la new archaeology, puis le post-processualisme, l’archéologie structuraliste sont venus remplacer les préoccupations migrationnistes, racistes, et diffusionnistes de la première moitié du XXe siècle. Posant tour à tour la question du rapport entre histoire et archéologie, posant les problèmes liés à la différenciation sociale et intégrant au fur et à mesure de nouveaux outils de lecture des données (archéogéographie, archéothanatologie, archéologie des techniques, etc.), les différentes écoles de l’archéologie classique ont intégré les apports d’autres champs disciplinaires et ont développé des problématiques nouvelles : l’archéologie des périodes de marges, de transition, des périodes sans sources historiques. Là où M. H. Hansen désire faire l’histoire de la cité grecque par un rapport exclusif aux textes et aux attestations littéraires[1], d’autres ont perçu assez vite la nécessité de se nourrir de l’archéologie protohistorique pour comprendre des sociétés qui ne peuvent être envisagées uniquement à rebours, en fonction d’un état de fait plus récent. En somme, on a compris qu’on ne pouvait lire la Grèce des âges obscurs par le prisme exclusif de l’époque classique et de l’archaïsme récent, tout autant qu’on ne pouvait plus faire l’archéologie et l’histoire des populations italiques par le biais de la tradition romaine ou magno-grecque. Par ailleurs, à l’initiative de chercheurs tels que Massimo Pallottino[2], ou Ettore Lepore[3], on a pris conscience des travers de l’archéologie italienne telle qu’elle s’était constituée dans le giron de l’unification d’une part, puis dans celui du fascisme naissant et du climat politique européen de la première moitié du siècle d’autre part. On s’est alors mis à chercher ce qui faisait la diversité des peuplements italiques, avec un fort regain d’intérêt pour les populations indigènes entre autres d’Italie méridionale : quels sont les éléments qui caractérisent ces populations avant et pendant la montée en puissance romaine, comment la romanisation s’opère-t-elle ? Mais aussi, quelles autres influences existent ? L’archéologie funéraire, qui n’était pas inexistante alors, se vit profondément renouvelée par l’intégration de modèles théoriques nouveaux.

o   Des premières découvertes au positivisme, un rapprochement entre sciences humaines et sciences naturelles

 

Le bilan historiographique le plus récent concernant l’archéologie funéraire en Italie est le travail de post-doctorat de Valentino Nizzo[4]. Ce dernier a entrepris de rassembler dans une synthèse l’ensemble des traditions de recherche autour de la mort et de l’idéologie funéraire en Italie, notamment entre la fin de l’âge du bronze et l’époque orientalisante. Si chronologiquement son objet d’étude est légèrement différent de celui qui nous préoccupe ici, les tendances de la recherche qu’il décrit concernent bel et bien l’archéologie historique de l’Italie et touche, nous le verrons, les problèmes posés par l’archéologie funéraire des époques classiques et hellénistiques. Nizzo, dans son travail, identifie principalement sept temps, sept phases dans l’historiographie de l’approche de la mort en archéologie.

En premier lieu, c’est d’abord le temps de la prise de conscience du rôle des sépultures dans la compréhension du passé. La découverte de nombreuses tombes de peuples non romains (étrusques, celtiques, « pelasges », etc.), et l’intérêt que ces dernières vont susciter auprès des collectionneurs, antiquaires, érudits locaux, devint alors un moyen de retrouver une époque « perdue ». Nourrie par l’ethnographie ancienne, et les grandes épopées de la littérature classique, on s’est immédiatement mis en quête, par les tombes, par la diversité des mobiliers funéraires, de l’origine des peuples italiques, de leur ethnogenèse. Peuples mythiques, peuples historiques, constructions érudites : l’archéologie funéraire servait dans le contexte de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle à accompagner la construction de l’état-nation italien, et donc de la nation italienne, en quête d’origines collectives, d’identités communes, de référents au passé, sans se soucier des conséquences scientifiques d’un tel protochronisme.

La deuxième phase prend place dans les premières années du XXe siècle, qui sont l’aube d’un renouvellement épistémologique généralisé à toutes les sciences humaines, et l’archéologie funéraire n’échappe pas à cette révolution : celle de l’anthropologie et de la sociologie de la mort. Se mêlent alors positivisme, évolutionnisme, et les premiers balbutiements de l’anthropologie sociale, avec les travaux d’Hertz[5], de Von Gennep[6], ainsi que l’école sociologique française. On développe alors le concept d’inhumation primaire, d’inhumation secondaire, et se dessine petit à petit une conceptualisation accrue du geste funéraire, afin de définir de manière plus rigoureuse les termes employés (tombe, sépulture, tombeau, geste funéraire, rituel, rite, espace funéraire, etc.). Le concept de « parure du mort » émerge par ailleurs, sous la plume de Frazer[7]. Travers de l’époque, duquel nous sommes partiellement revenus, le développement des thèses freudiennes sur la psychanalyse va donner naissance à une « psychologie de la mort ». Si la psycho-histoire est critiquable en soi, cette tendance de la recherche a néanmoins permis de mettre l’accent sur quelques aspect fondamentaux : la négation de l’individu décédé, la notion de transition vers le deuil, la suspension de la présence du vivant en attendant la sépulture finale, le refoulement du cadavre, les processus de transformation / réduction de l’image du mort[8]. Cependant, le problème principal des théories évolutionnistes et positivistes, c’est dans un premier temps leur aspect mécaniste, automatique, voire cyclique. C’est tout le problème des concepts de « différenciation », « complexification » sociale, qui supposent des transitions naturelles et systématiques de la tribu au clan élargi, puis à la chefferie, à un régime princier / aristocratique et à l’Etat. Autre conséquence de l’évolutionnisme et du scientisme, c’est le corollaire racialiste qui en a découlé, notamment chez Kossinna[9] et l’école de Vienne : il existerait un moyen de retrouver, en remontant de proche en proche, par l’archéologie, les invasions, les migrations anciennes, un peuple originel, pur, dont la culture et la biologie seraient idéales. Dans ce climat, enfin, les morts servent à nourrir les thèses sur la craniométrie, et sont exploités par les partisans de cette démarche pour assouvir la quête de « l’homme indo-européen », des sumériens originels, ou même des aryens, qui auraient eu une morphologie particulière que les mesures pourraient révéler. En somme, les idéologies fascistes des années 30 ont considérablement influencé ce champ d’étude, et ce jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Au sein de cette même période, dans le courant des années 20, c’est Raffaele Pettazzoni[10] qui par le chemin détourné de l’histoire des religions, se mêle d’études funéraires. Il propose pour la première fois avec ses confrères de ce qu’on a désigné plus tard comme « l’école de Rome », de faire une approche historique des pratiques religieuses, et non plus uniquement une approche eschatologique, philosophique, ou théologique de celles-ci. C’est ainsi en partie grâce à lui que l’étude de la mort s’éloigne peu à peu du poncif traditionnel suggérant que les pratiques funéraires sont toujours religieusement connotées et liées à une conception du sacré. On prenait alors conscience des limites de nos catégories mentales sur notre façon de concevoir la mort dans des sociétés qui n’étaient pas judéo-chrétiennes. Naît alors la notion de « coutume funéraire », envisagée donc comme un élément déterminant, spécifique à un système culturel donné, et non plus uniquement à un « peuple ». Entre idéalisme, historicisme, et naissance de l’anthropologie, l’étude de la mort dans les années 30 et 40 n’échappe donc pas aux dérives idéologiques de son temps, tout en suivant la lente gestation des sciences humaines et sociales modernes.

Le troisième volet de cette histoire de l’archéologie et de l’anthropologie funéraire selon Nizzo, c’est celui du rapprochement entre sciences naturelles et sciences humaines, cette fois-ci non plus uniquement sous l’angle de la craniométrie et du racisme des années 20 et 30, mais sous l’angle fonctionnaliste de l’anthropologie italienne. L’organisme biologique est dès lors conçu comme une partie intégrante du système social : le corps est un objet social, vivant comme mort. C’est, aussi, le développement, dans les années 50 et 60 du XXe siècle, du structuralisme en anthropologie, issu du structuralisme linguistique. Très vite, on repense les modèles de la fin du XIXe siècle : néoévolutionnisme marxiste (de Gordon Childe), « révolution écologique » en écho aux conceptions géographiques de Vidal de la Blache, en bref, les années qui suivent la seconde guerre mondiale sont une époque de remise en question des certitudes. C’est celle de « l’utopie analytique », et de la naissance de la New Archaeology. Les notions de processus, d’artefact idéo-techniques, font leur entrée dans l’analyse des pratiques funéraires. La mort est vue comme un processus social impliquant la communauté, des artefacts dont la sémiologie est spécifique à la mort, et dont on peut retrouver archéologiquement certaines étapes. C’est aussi l’âge du comparatisme, mais aussi de la prise de conscience de ses limites. C’est l’époque d’Evans-Pritchard[11], de Murdock[12], de Gluckman[13], de la redécouverte de l’école sociologique française. Avec la New Archaeology, Binford[14] développe la démarche analytique sur la dimension sociale des « pratiques mortuaires » qui font l’objet d’une théorisation très poussée par ce dernier, ainsi que par Arthur A. Saxe[15]. Les limites de leurs travaux se trouvent dans la nécessaire confrontation du modèle théorique face à la pratique. On comprend dès lors que le modèle n’est pas uniquement voué à l’hypothético déductif, mais se fonde d’abord sur l’étude comportementale : c’est la raison d’être de la Behavioural Archaeology.

o   Le second après-guerre et le renouvellement

 

En parallèle de ces développements théoriques et épistémologiques, Nizzo identifie une phase majeure de renouvellement : celle du renouveau de l’archéologie italienne de terrain après la seconde guerre mondiale, avec entre autre la redécouverte de la protohistoire du Latium, les travaux de de Gjerstad[16] et Glerow[17], de Peroni[18], mettant en place une approche typologico-associative qui fait toujours école actuellement. En Italie méridionale, notamment sur la façade tyrrhénienne, les grands travaux et le boom urbanistique sont synonymes de grandes fouilles et donc de grandes découvertes : Pratica di Mare, Sala Consilina, Francavilla Marittima, l’Incoronata de Métaponte, Pontecagnano, autant de grands sites funéraires qui vont permettre d’expérimenter et d’appliquer de nouvelles méthodes. Ces grands programmes de recherche et de valorisation scientifique restent exemplaires par bien des aspects : la quantité de données mises en série, l’aspect inédits de nécropoles et de sites tels que l’Incoronata et Francavilla Marittima, aux frontières des colonies grecques à l’époque de leur fondation, la lumière apportée sur les populations indigènes jusque-là méconnues sur des périodes allant du premier âge du fer à l’époque classique (Sala Consilina). Autre grand site ayant renouvelé les problématiques : Pithekoussai, dont les nécropoles ont livré des documents exceptionnels pour la compréhension des premiers temps de la colonisation (comme la coupe de Nestor). Les méthodes de fouilles s’améliorent sensiblement alors : on considère désormais mieux la place du cadavre et des ossements au moment de la fouille, on prend conscience des différents dispositifs de surface liés à la tombe, on prend conscience de la planimétrie qui peut révéler des pratiques post-funéraires en surface. On améliore sensiblement les méthodes d’enregistrement des sépultures lors des fouilles. On peut cependant poser une limite à ce progrès : seules les grandes fouilles ont bénéficié de ces évolutions. La plupart des petites opérations de terrain des années 60, 70, et 80, ne faisaient que peu de cas de la stratigraphie horizontale et verticale, et les décapages ont considérablement limité la documentation, ajouté au fait que pour beaucoup de cas, aucun dessin du squelette n’a jamais été réalisé.

Des fouilles à l’interprétation, les progrès furent permis par le développement de plusieurs revues : notamment les Dialoghi di Archeologia, mais aussi par des colloques ayant imprimé leur marque durablement sur plusieurs générations de chercheurs, tels que « La mort, les morts dans les sociétés anciennes », organisé notamment par Jean-Pierre Vernant à Naples et à Ischia en 1977[19]. A propos du Latium protohistorique, ce sont les ouvrages « Lazio arcaico e mondo greco » (dans la revue Parola Del Passato n°32) ainsi que les travaux de Sestieri à l’Osteria dell’Osa[20]. Les 30 glorieuses de ce renouveau de l’archéologie funéraire en Italie sont donc à placer entre les années 50 et 80 du XXe siècle, période fertile d’échanges internationaux, voulus par les surintendances d’Italie méridionale notamment, période de développement des grands congrès annuels de Tarente, permettant de faire le jour sur la connaissance des sociétés indigènes, et de présenter des travaux conduits dans les grands sites grecs comme italiques. Ces congrès furent le lieu aussi de reformulation des paradigmes liés à la colonisation, à l’identité grecque et indigène. D’une vision colonialiste univoque, monothétique, nous sommes passés à une vision à plusieurs voies, avec un réel souci pour l’archéologie des populations non-grecques (« Popoli anellenici in Basilicata » était d’ailleurs le titre d’un des premières expositions archéologiques après la création de la surintendance), étudiées non plus seulement dans le prisme de leur hellénisation, mais bien dans leur rôle actif dans des systèmes d’échanges culturels et économiques dont ils ne sont pas que les réceptacles.

La fin du XXe siècle est un temps de montée en puissance de l’archéologie post-processuelle, y compris dans le domaine funéraire. On passe progressivement d’un relativisme social à un relativisme du réel : la pensée –emic fait son entrée dans l’archéologie, on comprend la nécessité de problématiser le sens du réel et de la cognition des populations anciennes. E. Leach[21] établit le rapport entre la mort et la fluidité des systèmes socio-culturels : la mort est une frontière, qui vient à la fois activer les catégories d’un groupe et qui les renouvelle par ailleurs. La mort se produit et agit au sein de système multi-agencés, polythétiques, qui voient culture matérielle et pratiques se codifier et se modifier dans le temps. Le nom même de l’archéologie funéraire évolue : on tend à parler de thanatologie, d’archéothanatologie. Il faut parler archéologiquement de la mort en tant qu’objet social, et non des pratiques funéraires uniquement. Les perspectives de cette archéologie de la mort sont nombreuses en termes de catégories mentales concernées : fertilité, régénération, immortalité, pouvoir, célébration, colère, deuil. L’univers sémantique de la mort s’enrichit donc dans la déconstruction des modèles des processuels. La prise de conscience de cet aspect multiforme de la mort fut à l’origine d’une reconsidération de la sémiotique du « rituel » : la mort est un ensemble de symboles en action, qui souligne des relations sociales. Le pouvoir et ses symboles sont présents autour et pendant la mort, qui entretient un rapport dialectique avec elle. En Europe occidentale, les sépultures mégalithiques ont alimenté ce discours sur ce rapport. La mort, toujours en tant qu’ensemble de symboles, est aussi à comprendre dans une dimension ethnique, à ceci près que l’association systématique que nous évoquions précédemment est cette fois-ci critiquée : dans une dynamique post-colonialiste, on tend à déconstruire les constructions érudites sur l’ethnicité.

Le développement de l’ostéologie permet de percevoir de plus en plus d’éléments au sein de la tombe : âge, sexe, maladies. La Gender Archaeology ainsi que le concept d’Ageing battent leur plein : on cherche à étudier le sens du corps, ses représentations, le sens du sexe, du genre, de l’âge physique, de l’âge social, et des conséquences que ces faits ont dans le rapport à la mort et à la tombe. L’archéologie féministe fait son apparition par ailleurs, et, les tombes étant souvent le lieu de cohabitation entre des femmes et les objets de leur vie quotidienne, on se saisit de cette documentation pour construire une réflexion sur leur rôle dans les populations anciennes.

o   Morris, les âges obscurs, et l’âge d’or du post-processualisme

 

Le post-processualisme se caractérise avant tout par deux trajectoires : d’une part la prise de conscience de la nécessité processuelle – jusqu’à un certain point – et d’autre part le retour lui aussi nécessaire de l’archéologie vers un rapport à l’histoire. C’est Hodder qui est ici aux avant-postes de cette nouvelle épistémologie, de cette nouvelle théorisation de la connaissance archéologique. Ian Hodder[22] écrit en effet qu’il faut clore cette intermède de théorisation analytique et qu’il faut certes en garder les meilleurs fruits mais réintégrer une pensée anthropologique de l’histoire des sociétés passées. Si la complémentarité des historiographies est vitale la progressive accumulation de modèles théoriques très différents et liés à des systèmes de pensées datés et parfois dépassés nécessite des reprises complètes de certains dossiers pour montrer les limites dont ils souffrent. Nizzo pointe d’ailleurs ici le renouveau apporté par les travaux sur la Grèce de Snodgrass[23] et Morris.  Aux origines de ces travaux fondateurs, on trouve la controverse « égalitaristes – inégalitaristes » : Snodgrass, Desborough[24] et Coldstream[25] ont tous les trois produit des synthèses monumentales sur l’age du fer en Grèce, s’accordant tous les trois sur plusieurs points : premièrement la transition bronze – fer est un marqueur structurel de mutation sociétale. Deuxièmement l’acception que les âges obscurs furent une époque de sociétés simples, homogènes, égalitaires, pastorales et tribales. Morris lui, en réinterprétant les tombes athéniennes, reprend des conclusions différentes : pour lui, les documents écrits et matériels pointent dans la même direction, contrairement à la tradition archéologique de Snodgrass qui va à l’encontre de la vision homérique de la question. Pour Morris, la société grecque des âges obscurs est une société de classe, profondément divisée. Snodgrass de répondre en 1993 que les deux traditions s’opposent selon un schéma et une conception archéologiques opposés à un schéma et une conception historiques. Les archéologues sont, selon Snodgrass, égalitaristes et les historiens seraient inégalitaristes, du fait de la place que tient la littérature homérique. Dit autrement, selon Snodgrass, on exagère le déclin matériel après 1200 av. J.-C., tandis que les historiens se baseraient trop sur Homère pour raisonner sur la documentation archéologique. L’œuvre de Morris tombe pour Snodgrass dans la catégorie « historique » de sa réflexion. Pour Snodgrass, le VIIIe siècle av. J.-C. est une période dans laquelle les aristocraties se mettent à dominer des sociétés jusque-là égalitaires. Pour Morris c’est l’inverse, les âges obscurs sont déjà des sociétés pseudo-féodales, inégalitaires, basées sur la paysannerie dépendante et des élites fortes. Pour lui, le VIIIe siècle av. J.-C. est en fait le moment où cette élite s’effondre et où on voit l’émergence d’une société plus égalitaire, d’une communauté de mâles égaux : l’âge des cités-Etats. Morris pour autant partage nombre des paradigmes de Snodgrass et plusieurs arguments : comme Snodgrass, il est discontinuiste, il établit clairement l’effondrement mycénien. Et comme chez Snodgrass, le VIIIe est bien le siècle de l’émergence de la cité. Il y a désaccord sur ce que cela signifie simplement, mais il le fait dans un cadre assez commun. Le travail de Morris est fondateur en ce qu’il ne reprend pas la documentation archéologique de manière strictement téléologique, l’Iliade en main[26].

On peut résumer l’ensemble de cette controverse à une réflexion divergente sur la naissance de la cité grecque. On cherchait à opérer une projection sur les époques archaïques de la réalité des époques historiques. Entre classicisme, quantification et projection donc, on tirait des tombes des résultats que l’on faisait tendre vers deux acceptions différentes de la cité grecque. Dans l’une d’elle, le thème des héros et de la société homériques était omniprésent. Dans l’autre, c’est le rapport à la propriété foncière, à la citoyenneté et à la construction de l’identité civique au travers de l’identité funéraire qui est mis en avant. La représentativité des échantillons et les filtres démographiques qu’on y applique ont permis, grâce à Morris, de renouveler profondément la lecture de la population funéraire d’un site. De fait, nous le verrons dans ce mémoire, il y a des divergences considérables entre certaines nécropoles lucaniennes, qui nous amènent à repenser le sens que l’on donne aux rituels et à leur représentativité.

Dans la lignée de Morris, il faut aussi citer les travaux de Parker Pearson[27], qui dans une synthèse, « Archaeology of Death and Burial » permet de donner un cadre unitaire à l’archéologie funéraire post-processuelle. Par la suite, de nouveaux problèmes sont pris en compte : le paysage de la mort, la topographie des nécropoles, les politiques funéraires liées au genre, le rapport trompeur entre quantité et richesse au sein des dépôts funéraires, le pouvoir des morts oscillant entre séparation / isolation et agrégation (monumentalité des tombes contre inhumations ad sanctos), le sens territorial des sépultures.

Ce qu’il faut retenir, au final, de cette lente maturation, c’est la « totalisation » du sujet de la mort et de la pensée funéraire grâce au post-processualisme et grâce à la prise de conscience des limites du rapprochement entre sciences naturelles et sciences humaines. Le sujet « tombe » en tant que structure et ensemble stratigraphique clos contenant des objets s’est élargi, il s’est théorisé, il s’est enrichi de nouveaux problèmes liés aux processus post-dépositionnels et aux évolutions conceptuelles sur la notion de culture matérielle et d’assemblage funéraire. La mort est un « moment » de la vie, non seulement de l’individu, mais aussi des différents cercles d’individus auxquels il appartient : famille, clan, tribu, communauté urbaine, cité, Etat, nation, empire, peuple, ethnie, genre. La mort s’est désormais conçue comme un élément propre à la mise en place de stratégies sociales (ostentation, valorisation, mémoire, valeur personnelle, relations économiques et de dépendance), propre à l’expression d’une cosmogonie, d’une représentation du monde et des forces qui y prennent part. La mort renvoie d’une part à un système et à un processus, mais aussi à un environnement, à une gestion rationnelle de la subsistance et de la survie du groupe, ainsi qu’à une volonté de perpétuer le souvenir (ou de le refouler, selon les cultures, selon les choix). La mort est un temps dans lequel le pouvoir peut avoir un rôle à jouer dans le déroulement des funérailles, dans le nombre de personnes impliquées par le deuil, dans la sémantique complexe qui est mise en place pour la commémorer et organiser le temps funéraire. La mort enfin est aussi une affaire de droit, et d’appartenance à certaines catégories : archéologiquement, il est largement démontré que tout individu ne fait pas l’objet d’une sépulture, et que tout individu n’est pas inhumé n’importe où, ni n’importe comment. En définitive, la mort et l’archéologie funéraire sont des objets autant que des moyens d’appréhender l’espace de vie d’une population, ainsi que des catégories mentales et économiques intrinsèques à des systèmes de circulation et d’échanges.

o   Le cas de l’Italie : l’archéologie funéraire italienne et le post-processualisme

 

L’Italie, comme nous l’avons déjà évoqué précédemment, prend part à ces évolutions nombreuses de l’archéologie funéraire, avec ses propres figures tutélaires, ses propres écoles, et ses propres problématiques locales. Le clivage majeur qui anime l’archéologie funéraire en Italie est celui qui oppose, comme dans le cas de Morris et de Snodgrass, innovation et tradition. Entre prospective et « gap théorique », Nizzo souligne dans son travail de post-doctorat les problèmes sous-jacents à l’approche anthropologique de la mort en archéologie.

L’archéologie funéraire souffre en effet en Italie d’une césure académique majeure : celle entre l’anthropologie physique et l’anthropologie sociale. Entre science naturelle et normalisation de la pratique archéologique, c’est donc un problème de documentation analytique qui se pose face aux enjeux de l’ostéologie humaine dans la compréhension des rituels funéraires. Une tentative fut formulée par ailleurs dans les années 80 par J. de la Genière pour remédier à ce problème : les DANIMS (Documentation Analytique des Nécropoles d’Italie Méridionale et de Sicile)[28]. Ce projet, malheureusement avorté, avait pour but d’établir une normalisation de la documentation des nécropoles, afin de rendre plus compréhensible les résultats des fouilles de chaque ensembles funéraires.

Le résultat de cette tentative, bien qu’intéressant et novateur au sein de l’état des publications de nécropoles en Italie méridionale, est finalement resté lettre morte pour beaucoup. De fait, la majorité des nécropoles fouillées en dehors des grands programmes internationaux n’ont jamais vu leur matériel publié de façon intégrale. L’accès aux données reste donc biaisé sur le plan statistique, quantitatif et typologique. De surcroit, aucune publication majeure de nécropoles de cette région ne propose une réelle approche ostéologique des individus inhumés : aucun recrutement, aucune analyse des processus post-dépositionnels, aucune étude paléopathologique publiée, aucune pyramide des âges estimés, aucune étude du vieillissement et des caractères discrets, aucune étude des morts violentes. En somme, la fracture est maintenue entre les aspects théoriques et l’état de la documentation. La sépulture n’est globalement analysée et étudiée que selon des catégories anciennes, relatives à une forme de néo-marxisme historique, tirant vers l’évolutionnisme dont le cadre est fixé par un hellénocentrisme certain, qui chercherait par ailleurs à percevoir dans l’archéologie funéraire (et non funéraire) une évolution allant d’une société pseudo-homérique, traversée par une crise, à l’émergence de la cité indigène.

Du reste, la tendance évoquée au début de cette historiographie, celle de « l’ethnicité », reste très forte, tant et si bien qu’il ne se trouve aucune publication ne proposant pas une lecture entre céramique et ethnicité (céramique Daunienne, Peucétienne, Oenôtre, etc.). Il s’agit ici de pures reconstructions modernes, associant la répartition spatiale d’une production relativement homogène avec une ethnicité établie et définie, voire supposée. Ces reconstructions sont le prolongement des sources anciennes que l’on cherche à confirmer par les données de terrain. Ce problème de modèle renvoie directement à deux concepts : premièrement celui de faciès archéologique, concept « horizontal », et à celui, vertical, de différenciation-complexification sociale. En Italie méridionale, l’aller-retour est fréquent entre des interprétations liées au rang et celles liées au rôle. Le rang relève d’un statut inscrit, inné, donné par la naissance, le rôle renvoie quant à lui à un statut acquis, obtenu, construit. On peut lire dans ces différences des problèmes de traditions académiques : école sociologique française contre anglaise, approche de protohistorien contre approche d’historien, vision d’une société de classes contre vision d’une société d’ordres. On peut donc aisément comprendre toute la disparité des interprétations liées aux tombes : la richesse est-elle liée au rang ? La richesse confère-t-elle le statut ? Le statut donne-t-il un rôle ?

L’introduction progressive de modèles sociologiques à l’époque du post-processualisme a permis de mieux catégoriser les termes employés et les réalités sous-jacentes, c’est indéniable : rareté, valeur, degré de différenciation, richesse, statut, rôle, rang, genre, âge, famille, etc. La recherche Italienne comme dans d’autres pays, a construit une « thanatosémiologie » analytique, théorique, pour laquelle il reste encore à déconstruire les mécanismes trop systématiques liés à l’ethnicités et pour laquelle il faudrait passer à la pratique.

[1] Hansen, M.H. & Copenhagen polis centre eds., 1996. Introduction to an inventory of “Poleis”: symposium August, 23-26 1995, Copenhagen, Danemark: The Royal Danish academy of sciences and letters. ; Hansen, M.H. & Nielsen, T.H., 2004. An inventory of archaic and classical poleis Copenhagen polis centre, ed., Oxford, Royaume-Uni.

[2] Pallottino, M., 1977. Etruscologia, Milano, Italie: U. Hoepli. ; Pallottino, M., 1955. Le origini storiche dei popoli italici, Firenze, Italie: G. C. Sansoni,. ; Pallottino, M., 1985. Storia della prima italia, Milano: Rusconi. ; Pallottino, M., 1994. Storia della prima italia, Milano, Italie: Rusconi libri. ; Pallottino, M., 1970. Una mostra dell’Abruzzo arcaico e I problemi della civiltà italica medio-Adriatica, Zagreb, Croatie.

[3] Finley, M.I. et al., 2000. Le colonie degli antichi e dei moderni, Roma, Italie: Donzelli. ; Lepore, E., 1989a. Colonie greche dell’Occidente antico, Roma, Italie: La Nuova Italia Scientifica. ; Lepore, E., 1989b. Origini e strutture della Campania antica: saggi di storia etno-sociale, Bologna, Italie: Il Mulino. ; Lepore, E. & Vernant, J.-P., 2000. La Grande Grèce: aspects et problèmes d’une “colonisation” ancienne, Naples, Italie: Centre Jean Bérard. ; Pontrandolfo Greco, A. & Lepore, E., 1982. I Lucani: etnografia e archeologia di una regione antica, Milano, Italie: Longanesi.

[4] Nizzo V., « L’ideologia funeraria dell’Italia tirrenica tra l’età del Bronzo finale e l’Orientalizzante:metodi, problemi e prospettive di ricerca »,

[5] Hertz, R. 1907. « Contribution à une étude de la représentation collective de la mort », in R. Hertz, Sociologie religieuse et folklore, Paris, Puf. ; Hertz, R., Hertz, A.R. & Mauss, M., 1928. Mélanges de sociologie religieuse et folklore, Paris, France: F. Alcan.

[6] Van Gennep, A., 2001. Chroniques de folklore d’Arnold Van Gennep: recueil de textes parus dans le Mercure de France, 1905-1949 J.-M. Privat, ed., Paris, France: Ed.du CTHS. ; Van Gennep, A., 2011. Les  rites de passage: étude systématique des rites de la porte et du seuil, de l’hospitalité, de l’adoption, de la grossesse et de l’accouchement, de la naissance, de l’enfance…, Paris, France: Picard.

[7] Frazer, J.G., 1994a. Studies in greek scenery, legend and history: selected from his commentary on Pausanias’ Description of Greece, Richmond, Royaume-Uni: Curzon press. ; Frazer, J.G., 1994b. The belief in immortality and the workship of the dead, Richmond, Royaume-Uni, Japon: Curzon press. ; Frazer, J.G., 1994c. The fear of the dead in primitive religion, Richmond, Royaume-Uni, Japon: Curzon press. ; Frazer, J.G., 1995. The golden bough: a study in magic and religion, London, Royaume-Uni: Papermac. ; Frazer, J.G., 1994d. The magical origin of kings, Richmond, Royaume-Uni: Curzon press.

[8] Lagache, D. 1938. « Le travail du deuil. Ethnologie et psychanalyse », Revue Française de Psychanalyse 10(4) : p. 693-708.

[9] Kossinna, G., 1942. Altgermanische kulturhöhe: eine einführung in die deutsche vor- und frühgeschichte, Leipzig ; Kossinna, G., 1919. Das Weichselland, ein uralter Heimatboden der Germanen, Danzig. : Kossinna, G., 1941. Die deutsche vorgeschichte: eine hervorragend nationale wissenschaft W. Hülle, ed., Leipzig ; Kossinna, G., 1921. Die Indogermanen, Leipzig, Allemagne. ; Kossinna, G., 1934. Ursprung und Verbreitung der Germanen in vor und frühgeschichtlicher Zeit, Leipzig, Allemagne.

[10] Pettazzoni, R., 1952. Italia religiosa, Bari, Italie: G. Laterza & figli. ; Pettazzoni, R., 1912. Lo studio delle religioni in Italia, Roma, Italie: Nuova Antologia. ; Spineto, N., 1999. Le concept de phenomene religieux dans l’oeuvre de Raffaele Pettazzoni et de Mircea Eliade. Thèse de doctorat. France.

[11] Evans-Pritchard, E., 1974. Les anthropologues face à l’histoire et à la religion, Paris, France: Presses universitaires de France. ; Evans-Pritchard, E., 1972. Social anthropology, London, Royaume-Uni: Routledge & Kegan Paul.

[12] Murdock, G.P. & Panoff, M., 1972. De la structure sociale, Paris, France: Payot.

[13] Gluckman, M. ed., 1962. Essays on the ritual of social relations, Manchester, Royaume-Uni: University Press.

[14] Binford, L.R., 1962. Archaeology as Anthropology, Chicago, 1962, Etats-Unis. ; Binford, L.R., 1984. In pursuit of the past: decoding the archaeological record J. F. Cherry & R. Torrence, eds., Londres, Royaume-Uni : Thames and Hudson.

[15] Saxe, A., 1970 Social Dimensions of Mortuary Practices. Ph.D. dissertation, University of Michigan.

[16] Gjerstad, E., 1966. Early Rome, Lund, Suède: C.W.K. Gleerup. ; Gjerstad, E., 1962. Legends and facts of early Roman history, Lund, Suède: Gleerup,. ; Gjerstad, E., 1926. Studies on prehistoric Cyprus. Dissertation. Uppsala, Suède. ; Gjerstad, E. & Calvet, Y., 1977. Greek geometric and archaic pottery found in Cyprus, Stockholm, Suède: Svenska Institutet i Athen.

[17] Gierow, P. G., 1964, The Iron Age culture of Latium, C. W. K. Gleerup, Lund

[18] Peroni, R., 1994, Introduzione alla protostoria italiana, Laterza, Roma-Bari ; Peroni, R., 1980, Il bronzo finale in Italia, De Donato, Bari ; Peroni, R., 1981, Studi di protostoria adriatica, L’erma Di Bretschneider, Roma

[19] Gnoli, G., Vernant, J.-P., et al. eds., 1982. La mort, les morts dans les sociétés anciennes. Cambridge, Royaume-Uni.

[20] Anzidei, A.P., 1984. Preistoria e protostoria nel territorio di Roma A. M. Bietti Sestieri, ed., Roma, Italie: De Luca. ; Bietti Sestieri, A.M., 1992a. La Necropoli Laziale di osteria dell’osa: Tavole, Roma, Italie: Quasar. ; Bietti Sestieri, A.M., 1992b. La Necropoli Laziale di osteria dell’osa: Testo, Roma, Italie: Quasar. ; Bietti Sestieri, A.M., 1982. Ricerca su una comunità del Lazio protostorico: il sepolcreto dell’ Osteria dell’Osa sulla via Prenestina Italie. Soprintendenza per i Beni archeologici della Puglia, ed., Taranto, Italie: Brizio Grafiche. ; Bietti Sestieri, A.M., 1992c. The Iron Age community of Osteria dell’Osa: a study of socio-political development in central Tyrrhenian Italy, Cambridge, Royaume-Uni, Etats-Unis.

[21] Leach, E.R., 1982. Social anthropology, Glasgow, Royaume-Uni: Fontana Paperbacks.

[22] Hodder, I. ed., 1991. Archaeological theory in Europe: the last three decades, London, Royaume-Uni. ; Hodder, I. ed., 2001. Archaeological theory today, Cambridge, UK, Royaume-Uni: Polity. ; Hodder, I., 2009. Symbols in Action: Ethnoarchaeological Studies of Material Culture, Cambridge, Royaume-Uni: Cambridge University Press. ; Hodder, I., 1999. The archaeological process: an introduction, Oxford, Royaume-Uni.  ;Hodder, I., 1987. The Archaeology of contextual meanings, Cambridge Cambridgeshire, Royaume-Uni.  ; Hodder, I., 2012. The present past: an introduction to anthropology for archaeologists, Barnsley England, Royaume-Uni: Pen & Sword Books.

Hodder, I., 1982. The present past: an introduction to anthropology for archaeologists, London, Royaume-Uni: Batsford.  ; Hodder, I., 1978. The Spatial organisation of culture, London, Royaume-Uni: Duckworth. ; Hodder, I., 1995. Theory and practice in archaeology, London, Royaume-Uni. ; Hodder, I., Shanks, M. & Alexandri, A., 1995. Interpreting Archaeology, London, Royaume-Uni: Routledge. ; Hodder, I. & World Archaeological Congress, 1989. The Meanings of things : material culture and symbolic expression, London, Royaume-Uni. ; University of Cambridge, 1982. Symbolic and structural archaeology, I. Hodder, ed., Cambridge Cambridgeshire, Royaume-Uni.

[23] Snodgrass, A.M., 1971. An archaeology of Greece: the present state and future scope of discipline, Berkeley, Etats-Unis. ; Snodgrass, A.M., 2006. Archaeology and the emergence of Greece, Ithaca (N. Y.), Etats-Unis: Cornell University Press. ; Snodgrass, A.M., 1977. Archaeology and the rise of the Greek state: an inaugural lecture, Cambridge Eng., Royaume-Uni. ; Snodgrass, A.M., 1980. Archaic Greece: the age of experiment, London, Royaume-Uni, Australie, Canada. ; Snodgrass, A.M., 1982. Arms and armour of the Greeks: with 60 illustrations, London, Royaume-Uni: Thames & Hudson. ; Snodgrass, A.M., 1964. Early greek armour and weapons: from the end of the Bronze Age to 600 b.c, Edinburgh, Royaume-Uni: at the University Press. ; Snodgrass, A.M., 2000. The dark age of Greece: an archaeological survey of the eleventh to the eighth centuries BC, New York, Etats-Unis: Routledge.

[24] D’Arba Desborough, V. R., 1972, The Greek Dark Ages, Palgrave Macmillan.

[25] Coldstream, J.N., 1979. Geometric Greece, London, Royaume-Uni: Methuen. ; Coldstream, J.N. & Catling, H.W. eds., 1996. Knossos North Cemetery: early Greek tombs, London, Royaume-Uni: British School at Athens. ; Coldstream, J.N., Catling, H.W. & Carington-Smith, J., 1996a. Knossos North cemetery: early Greek tombs, London, Royaume-Uni: The British School at Athens. ; Coldstream, J.N., Catling, H.W. & Carington-Smith, J., 1996b. Knossos North cemetery: early Greek tombs, London, Royaume-Uni: The British School at Athens.

[26] Morris fait le point sur l’historiographie de cette controverse dans son article « Burial and Ancient Society after ten years », issu de sa communication au colloque « Nécropoles et pouvoir: idéologies, pratiques et interprétations : actes du colloque Théories de la nécropole antique », Lyon 21-25 janvier 1995, édité par Sophie Marchegay, Marie-Thérèse Le Dinahet et Jean-François Salles. Reprenant les reproches qui lui étaient faits, et les arguments qu’il avait constitué dans sa thèse, puis dans ses travaux de jeune chercheur, Morris réunissait ici 10 années de controverse l’ayant opposé à de nombreux chercheurs. Insistant de nouveau sur les statistiques réalisées sur les tombes athéniennes, ainsi que sur la non-représentativité démographique de ces ensembles de tombes, Morris concluait à raison qu’il y avait plus en jeu qu’une simple évolution démographique, mais bien un rapport au droit à la sépulture qui était en plein bouleversement au VIIIe siècle.

[27] Parker Pearson, M., 1999. The archaeology of death and burial, Stroud, Royaume-Uni: Sutton.

[28] De La Genière, J. 1968, L’Âge du Fer en Italie Méridionale: Sala Consilina, Naples. ; De La Genière, J., Nenci, G. 1984, Per una documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (DANIMS). Contributo allo studio delle società antiche, AnnPisa 14, p. 347 – 367, Pise. ; De La Genière, J., Nenci, G. 1984, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia, AnnPisa 16, p. 977 – 1074, Pise. ; De La Genière, J., Nenci, G., Tagliente, M. 1988, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia. Contributo allo studio delle società antiche, AnnPisa 18, p. 11 – 60, Pise ; De La Genière, J.,  Nenci, G., Niro, M. 1991, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia, AnnPisa 21, p. 1 – 123, Pise. ; De La Genière, J., Nenci, G. 1995, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (DANIMS). Contributo allo studio delle società antiche, AnnPisa 25, p. 7 – 218, Pise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.