Congeries Armorum

Lorsque paraissait l’ouvrage de Massimo Pallottino « Storia della Prima Italia », ce dernier soulignait la nécessité et l’intérêt que pouvait avoir l’écriture d’une histoire des peuples de l’Italie préromaine, une histoire et une archéologie de l’Italie différentes, finalement, de ce qu’avaient dès l’Antiquité constitué les auteurs latins ou grecs. Insistant sur le besoin d’un renouvellement des études italiques, le fondateur de l’étruscologie moderne faisait date et entendait faire l’étude des populations de l’Italie autrement que par leurs rapports à Rome et à l’hellénisme « colonial ». L’histoire propre de ces populations occupant le Samnium, la Campanie, la Lucanie, le Bruttium, l’Apulie et la Sicile ou les régions septentrionales de la péninsule, était donc à faire. Dans ce contexte assez récent, les études italiques ont connu un regain d’intérêt. On peut mentionner outre les travaux de M. Crawford sur les Imagines Italicae ceux de S. Bourdin sur les peuples de l’Italie préromaine. De nombreux sujets ont vu leur grille d’analyse évoluer, et de nombreuses sources se sont vues repensées. Les domaines de la guerre, de l’armement et des pratiques militaires des peuples de l’Italie préromaine, n’échappent pas à ce changement.

Les découvertes récentes d’équipements hoplitiques à Braida di Vaglio en Lucanie interne, les tombes pourvues d’armes et de décorations peintes des différentes nécropoles de Paestum, mais aussi les synthèses récentes sur les combattants italiques (Les enfants de Mars, I figli di Marte, de G. Tagliamonte, qui traite du  mercenariat et de la mobilité militaire) et sur les origines de la cavalerie romaine (Le cavalier tyrrhénien, de N. Lubtchansky), permettent à l’heure actuelle de donner une suite aux travaux fondateurs de Chr. Saulnier sur la guerre et les armées étrusques, romaines et samnites entre le Ve et le IIIe siècles av. J.-C., ou encore à ceux de Cl. Nicolet sur les armées de la Rome républicaine. Toujours dans la tradition française des études sur  l’Italie préromaine les travaux d’A.-M. Adam, d’A. Rouveret et de D. Briquel ont considérablement contribué à faire avancer l’histoire de la guerre dans la péninsule avant notre ère, en se penchant sur le mobilier métallique et la peinture funéraire notamment. Ces travaux mettent en évidence l’idée que le début du Ve siècle av. J.-C. est marqué par une réelle rupture : d’abord sur la nature des équipements militaires découverts en contexte funéraire et ensuite sur l’imagerie qui y est associée de manière directe. Auparavant en effet les populations italiques produisaient peu d’images en comparaison des céramiques figurées grecques, on peinait donc à identifier des choix iconographiques originaux. Au Ve siècle donc, des images nouvelles apparaissent, et ont pour principal support des productions de vases figurés italiques et italiotes (étudiés par A. D. Trendall dont les travaux ont connu un réelle mise à jour récente), des peintures funéraires, une petite plastique en relief, ainsi que des lieux de culte et de mise en scène de la catégorie fonctionnelle militaire, à laquelle nous nous intéressons. Cette iconographie est foisonnante et insiste sur le rôle plus grand de la mise en scène du combattant. De même, les realia, les armes retrouvées en contexte archéologique, suggèrent l’existence d’une circulation des modèles guerriers, des emprunts de pièces d’armement d’un peuple à l’autre. De ce point de vue, le Ve siècle marque bien l’émergence d’un armement italique original, qui n’est plus uniquement le produit d’une copie des modèles grecs : cuirasses bilobées, trilobées, sabres de cavalerie « lucaniens », ceinturons dits « samnites » : si l’armement « grec » perdure dans ses formes, dans la présence de production hybrides, il faut constater l’invention d’un nouveau guerrier qui, organisé en armées, est décrit par les sources comme un danger potentiel pour les établissements coloniaux, comme en attestent les conquêtes de Paestum et de Laos entre les années 420 et 390 av. J.-C. Ces sujets sont autant de thèmes désormais défrichés, et forment une problématique à part entière dans l’étude du fait militaire.

L’objet de ma thèse de doctorat, et donc de ce carnet, par extension, est de tenter de faire l’archéologie du guerrier italique, de la pratique du métier des armes, du fonctionnement des armées, par le biais de toutes les sources directes ou indirectes, archéologiques, textuelles, iconographiques. Il s’agira de comprendre toutes les dimensions de la vie militaire, du maniement des armes, et de réalités sociales sous-jacentes, ainsi que les mécanismes de production des images de la guerre au sein de populations partiellement hellénisées qui forment la mosaïque des peuples italiques, monde à la fois ancien par ses origines culturelles, mais loin d’être inerte du fait des intenses circulations qui s’y déroulent depuis le début de l’âge du fer.

Mes premiers travaux de recherches, en Master ont été consacrés à l’étude des élites militaires lucaniennes par le biais de leurs tombes, de leurs armes, et de l’iconographie qui les mettait en scène, et constituait de fait la mise en place méthodologique et documentaire de mes travaux actuels, qui cette fois ci concerneront toute l’Italie parlant la langue osque (les oscophones), ainsi que l’Apulie, et la Sicile. Les populations oscophones, intimement liées par la culture matérielle, la langue, et l’histoire politique, constituent un espace humain cohérent. La proximité de ces territoires avec les cités grecques d’Italie, moteur d’échanges pacifiques comme conflictuels, permet entre autre d’envisager la guerre comme un  « savoir partagé » et assez symétrique (les textes latins parle de « communis mars », de « mars commun »). Cette géographie desserrée permettra de mettre en série des documents issus de toutes les cultures italiques de l’Italie méridionale, afin d’envisager non plus seulement des faciès ethno-culturels, mais bien des dynamiques plus larges. La particularité de ces espaces et de ces dynamiques réside aussi dans la présence d’un grand nombre d’images : la production de céramiques à figures rouges (apulienne, lucanienne, paestane, sicilienne, campanienne) en Italie même à partir du dernier tiers du Ve siècle av. J.-C. fut finalement l’occasion pour les populations italiques de mettre en œuvre leur propre langage iconographique, leur propre grammaire de l’image, de représenter « autre chose » que ce que la production attique offrait auparavant. On s’intéressera donc aussi aux effets de transferts culturels, aux formes d’appropriation et de réseaux qui peuvent se démarquer dans ces productions, et particulièrement donc au sujet de l’imagerie militaire : le guerrier seul, le duel, les scènes de combat mythologique, autant de compositions qui, en ce qu’elles mettent en scène des équipements militaires, peuvent être comparées à des réalités archéologiques. On se demandera aussi de fait si ces guerriers italiques sont de ces « autres guerriers », pour reprendre la formule de F. Lissarrague, ou bien s’ils ne sont en réalité pas si différents de l’hoplite grec pour lesquels on dispose des représentations dans ces régions au Ve siècle. Après la conquête de la Grande Grèce, le guerrier s’efface au profit du citoyen. Le sens de cette évolution est donc central, et sera à mettre en lien avec les évolutions de la typologie des armements, mais aussi, et surtout, avec la lente disparition des dépôts d’armes, tous contextes confondus.

Dans cette démarche sur le matériel et sur les images, il faudra considérer trois phénomènes majeurs et intimement liés. D’abord la professionnalisation progressive des armées grecques et italiques au cours de la période, accélérée par des conflits impliquant toute la région, autant d’évènements qui impliquèrent des contingents issus des populations italiques, et qui font de la guerre une pratique récurrente, obéissant à une technique et une organisation tactique nouvelle. Ces facteurs ont pu influencer non seulement les choix matériels, mais aussi les choix iconographiques. Dans un second temps, manier les armes, les fabriquer, ou faire partie d’une troupe reconnue et efficace, devient un savoir-faire collectif. Comprendre par quels processus et par quels moyens ce savoir-faire se manifeste et se constitue, à la fois dans les vestiges archéologiques et dans l’iconographie, est donc un questionnement central. Le développement de la poliorcétique n’est pas quant à lui sans conséquence sur l’art de la guerre, puisque des traités sur la manière d’assiéger les villes, notamment celui de Philon de Byzance, se diffusent alors. L’Italie centro-méridionale est d’le lieu d’établissement, dès le milieu du Ve siècle, d’un grand nombre de fortifications, dont certaines sont dotées d’éléments de défense active qui n’ont jamais été étudiés en série. Ce champ d’étude, vierge de toute synthèse, constituera un moyen de comprendre comment les populations adaptent leur habitat à ces nouvelles pratiques militaires, à cette récurrence des conflits. Il s’agira finalement de voir quelle est la part de présence de la sphère militaire dans le quotidien, à la fois par la vision des armes dans l’espace collectif (sanctuaires et habitat défendu), ou privé (iconographie sur vase, tombes), et comment cette sphère militaire se construit au sein de la mosaïque des peuples italiques.

Congeries Armorum, c’est donc l’amas de toutes ces armes : réelles, dessinées, peintes, gravées, dédiées, brûlées, clouées, parlantes ou muettes, elles sont les reliefs éminents d’un monde italique marqué par la guerre, par la prééminence sociale du combattant, issu le plus souvent des élites sociales de chacun des peuples, et c’est le titre du carnet par lequel j’essayerai de vous en parler.

Bibliographie

  • ADAM. A.-M., ROUVERET. A. (éds.), 1984: « Guerre et sociétés en Italie (Ve-IVe s. avant J.-C.). », Actes de la Table ronde (Paris, 5 mai 1984), Paris, p. 19 – 28.
  • BENASSAI. R., 2001: « La pittura dei Campani e dei Sanniti. », Roma.
  • BOTTINI. A. (éd.), 1993: « Armi: Gli Strumenti della Guerra in Lucania. », Bari.
  • DENOYELLE, M., LIPPOLIS, E., & MAZZEI, M., 2005: « La céramique apulienne: bilan et perspectives », Naples, Italie: Centre Jean Bérard.
  • GUILAINE, J., 2011: « L’armement et l’image du guerrier dans les sociétés anciennes : de l’objet à la tombe », Dijon, France: Éd. universitaires de Dijon.
  • INALL. Y., 2009: « A Typological Assessment of Iron Age Weapons in South Italy. », Thèse de Doctorat, Université de Sydney.
  • LUBTCHANSKY. N., 2005: « Le cavalier tyrrhénien: représentations équestres dans l’Italie archaïque. », Rome.
  • PALLOTTINO, M., 1985: « Storia della prima italia », Milano: Rusconi.
  • PONTRANDOLFO. A., ROUVERET. A., 1992: « Le tombe dipinte di Paestum. », Modène.
  •  POUZADOUX, C., 2013: « Eloge d’un prince daunien: mythes et images en Italie méridionale au IVe siècle av. J.-C. », Rome, Italie: École française de Rome, 2013.
  •  SAULNIER. Ch., 1983: « L’armée et la guerre chez les peuples samnites: VIIe-IVe s. », Paris.
  • TAGLIAMONTE. G., 1994a: « I figli di Marte. Mobilità, mercenari e mercenariato italici in Magna Grecia e Sicilia. », Rome.

Une réflexion sur « Congeries Armorum »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.