Enseignement et pratiques numériques : centraliser en ligne les questions des étudiants via Ask.fm

Récemment, j’ai évoqué sur Twitter une idée qui m’était venue quant à la façon de gérer les questions des étudiants. J’essayais durant mon séjour d’étude en Italie d’imaginer la recette que j’adopterais si j’étais enseignant en CM ou en TD à l’université, et notamment le point des questions des étudiants me bloquait : est-il mieux de dire aux étudiants qu’il peuvent couper le cours à tout instant pour poser des questions (plus humain, mais potentiellement chronophage sur le temps effectif d’enseignement) ? Ou bien de leur dire de venir en fin de cours (peu commode avec des salles utilisées en continu) ? Ou bien d’organiser une séance spécifique pour débroussailler milieu / fin de semestre les questions (qui laisserait de côté ceux qui ne peuvent pas y venir, et qui aurait lieu une seule fois, trop peux régulier pour être utile) ?

Rapidement je me suis aperçu que toutes ces méthodes avaient des défauts (ceux évoqués entre parenthèses), et notamment un : la difficulté d’archiver toutes ces questions pour qu’elles ne soient pas posées 10 fois, pour qu’elles soient accessibles à tous les étudiants (ceux qui ne peuvent pas venir au CM, ceux en contrôle terminal, ceux qui travaillent, ceux qui pour des raisons X ou Y ont manqué un cours ponctuellement). Comme tout enseignant débutant n’est lui non plus pas parfait, il fallait imaginer un système qui permettrait aussi à l’enseignant de s’offrir un retour sur lui-même et sa pédagogie par le biais des questions de ses étudiants.

Puis, l’idée est apparue spontanément : pourquoi ne pas créer une sorte de « chat » / live-FAQ qui permettrait aux étudiants de poser toutes les questions qu’ils veulent à l’enseignant, sans forcément interrompre le cours, tout en gardant une trace de toutes les questions pour d’éventuels absents du jour, et tout en permettant une forme d’anonymat pour débloquer les éventuelles « timidités scolaires » qui on le sait demeurent fortes dans notre système scolaire pour plein de raisons sur lesquelles je ne reviendrai pas. Passant en revue les plateformes existantes et à la mode sur les réseaux sociaux, mon choix s’est porté sur la solution « Ask.fm »

Le principe :

  • Ask.fm est un réseau social qui permet de poser anonymement ou non des questions à quelqu’un, sur n’importe quel sujet. Certain-e-s blogueu-r-se-s s’en servent couramment, à l’instar de curiouschat par exemple, pour répondre à leurs communautés de fans sur des points qu’ils n’abordent pas dans leurs vidéos / articles / timelines diverses.
  • Il suffit de s’inscrire en utilisant son adresse mail / facebook / twitter / gmail / etc. pour pouvoir disposer d’un compte, poser et répondre aux questions, qui une fois réponse faites apparaissent dans le « question feed » du compte.

L’application :

  • Créer un ask.fm correspondant au cours. Exemple : « Archéologie Romaine Paris 1 2019 »
  • Communiquer l’adresse du ask.fm aux étudiants par le biais : 1) de la brochure de cours 2) des EPI du cours 3) de vive voix lors du premier cours.
  • Créer une nomenclature des questions afin de pouvoir mieux retrouver / classifier. Exemple : faire intituler chaque question par le N° de séance concerné « CM 1 », « TD 6 », puis demander un type de question « Bibliographie », « Point non compris », « Oeuvre », « Aller plus loin », « Méthodologie » etc. etc.
  • Choisir un rythme de consultation – réponse des questions : une fois ou deux fois par semaine, ou bien au fur et à mesure chaque jour, tout dépend bien sûr du temps que ça prend.
  • La page ask.fm peut être partagée ou non avec les autres chargés de TD, ou avec les tuteurs, via un accès Login / Password commun, afin que tous – en concertation sur la teneur des réponses à fournir – puissent répondre aux questions.
  • A la fin du semestre, faire un document Word / PDF de toutes les questions posées, anonymisées, et les diffuser sur la liste mail de la promotion pour que tous les étudiants aient accès au résultat de la page Ask en consultant ses mails, ainsi les révisions s’en trouvent facilitées, orientées, mieux guidées finalement par le biais de l’outil.

Avantages et inconvénients :

  • Les avantages sont ceux évoqués plus haut : centralisation, archivage, diffusion possible, analyses statistiques et thématiques des questions possibles par l’enseignant a posteriori, anonymisation permettant à des étudiants timides et n’osant pas intervenir de le faire sereinement, sans se sentir « jugés » par leurs camarades. N’est pas incompatible avec le maintien des questions pendant le cours, avec possibilité pour les questions les plus longues / complexes de réorienter l’étudiant vers le Ask.fm pour pouvoir y répondre sans rogner sur le temps d’enseignement effectif. Permet de renvoyer l’étudiant à des liens internet de bonne qualité s’ils existent. Aucun troll possible, puisque les questions ne sont visibles que de l’administrateur du compte avant leur validation par la réponse. Ultime avantage : c’est quand même moins rébarbatif que de répondre à 85 mails commençant tous par Madame / Monsieur, et finissant par « bien à vous » sur une interface mail universitaire peu ergonomique dans 90% des cas. L’idée étant de créer un échange rapide, presque informel, proche de celui de l’intervention en cours, mais avec trace écrite.
  • Les inconvénients éventuels : bien sûr, ce transfert de charge peut déshumaniser le contact entre enseignant et étudiant, si la plateforme Ask.fm devient le seul vecteur d’interaction entre auditoire et orateur (ce que je ne conseille pas). Par ailleurs, il nécessite que tous les étudiants aient chez eux un accès à internet, ce qui est certes le cas d’une majorité écrasante, mais pas systématique cependant (ce pour quoi les accès internet des bibliothèques universitaires seraient rendus encore plus utiles).

Cette idée d’exploitation des réseaux sociaux comme outil pédagogique est bien sûr tout à fait libre d’usage, et j’encourage tous ceux qui voudront l’essayer à m’en fournir un retour d’expérience que je pourrai partager sur ce même carnet.