Second manifeste du « groupe des 25 » au sujet d’Alésia et de Chaux des Crotenay

Ci-après, le texte reproduit du second manifeste en réponse à Danielle Porte et ArcheoJurasites :

Alésia à Chaux-des-Crotenay : une escroquerie intellectuelle

Les arguments des partisans de la localisation d’Alésia à Chaux-des-Crotenay ont été repris une nouvelle fois par la presse jurassienne en décembre 2016. Ces articles faisaient suite à un long texte de 28 pages, daté du 15 décembre 2016, signé de l’association ArchéoJuraSites, de Danielle Porte, François Chambon et Franck Ferrand. Nous présentons ici une analyse très précise de ce texte où nous reprenons nombre d’arguments de leurs auteurs, en revenant aux sources de la documentation textuelle et archéologique, en décortiquant chacun de leurs raisonnements et chacune de leurs affirmations. Nous mettons ainsi en évidence des manipulations des textes antiques, la falsification des résultats de fouilles archéologiques, une succession de contre-vérités et de mensonges faisant ainsi de cette théorie jurassienne une imposture manifeste. La recherche poussée que nous avons menée démontre d’abord une interprétation souvent orientée de la Guerre des Gaules dans le seul but de « faire coller » le texte de César à la topographie locale et à la théorie de A. Berthier. Ainsi, en refusant d’admettre que la localisation d’Alésia relève pour la plus grande part de l’archéologie, Danielle Porte se discrédite totalement. Comment en effet prétendre résoudre une question scientifique en occultant une partie essentielle et décisive de la documentation disponible. La démarche scientifique est d’abord fondée sur une hypothèse qui, pour être admissible, doit être confirmée ou infirmée par le retour à la documentation de base, pour le cas qui nous occupe : aux textes, aux rapports de prospections (au sol, géophysiques, aériennes, Lidar…), aux minutes et aux rapports de fouille, aux plans et aux cartes, et bien sûr à la totalité du matériel archéologique recueilli lors des fouilles et des prospections. L’acceptation définitive de l’hypothèse de départ se fera au cours du processus de publication des résultats, publication qui ne sera validée qu’après la soumission de l’ensemble du raisonnement à des scientifiques reconnus. Les « pseudo-scientifiques » de Chaux-des-Crotenay (nous reprenons ici, avec encore plus de virulence, le terme employé dans notre manifeste du 20 octobre 2016) refusent l’accès aux archives et au matériel archéologique qu’ils détiennent aux adversaires de leur hypothèse, illustrant ainsi leur conception bien particulière de la démarche scientifique. ArchéoJuraSites sait que l’accès à la totalité de leur documentation risque de mettre à mal leur fonds de commerce alors que, paradoxalement, ils se disent défenseurs d’une approche scientifique du patrimoine archéologique régional. Dans le même sens, ils refusent également de proposer leurs résultats à des revues historiques et à des colloques spécialisés. Nous demandons donc un accès à la totalité de la documentation dans le seul but de publier collectivement, dans une revue reconnue, l’ensemble des résultats des fouilles effectuées autour de Chaux-des-Crotenay, notamment celles du site de Crans.

En reprenant tous les arguments du texte du 20 décembre d’ArchéoJuraSites et consorts, nous démontrons qu’aucune preuve sérieuse – scientifiquement validée – ne permet de prouver qu’Alésia se situe dans le Jura. On peut comprendre la déception des tenants de Chaux-des-Crotenay qui voient détruites des années de passion et d’investissement personnel. En revanche, comment est-il possible d’admettre que certaines personnes formées aux sciences historiques puissent être aveugles à ce point et, surtout, comment est-il encore possible à des responsables politiques de s’enferrer dans cette voie sans issue ? L’attachement à un territoire et à son développement ne peut pas tout excuser.

Réponse à ArchéoJuraSites

La presse jurassienne s’est fait l’écho, en décembre 2016 (Le Progrès, le 28 ; La Voix du Jura, le 29), d’une réponse des partisans de la localisation d’Alésia à Chaux des-Crotenay à notre manifeste du 20 octobre 20161. Cette réponse a été adressée par courrier à plusieurs d’entre nous. Intitulé « À propos des “sornettes” reprochées aux partisans d’Alésia à Chaux-des-Crotenay. La réponse légitime des “pseudo chercheurs” au manifeste de 25 archéologues », daté du 20 octobre 2016, ce long texte de 28 pages, daté du 15 décembre 2016, est signé d’ArchéoJuraSites et de Danielle Porte, François Chambon et Franck Ferrand. Ce document expose les deux lignes argumentaires et contradictoires des partisans de l’hypothèse d’André Berthier qu’on peut résumer ainsi.

1°) Après avoir, depuis l’Algérie, localisé sur des cartes topographiques le site d’Alésia à partir de son interprétation des indications géographiques données par le récit de César dans son ouvrage sur La Guerre des Gaules, dont il a modélisé la combinaison topographique (le fameux triangle qui s’avère en réalité une pure invention de sa part), André Berthier a tenté de retrouver sur le terrain les vestiges du siège, à Chaux-des-Crotenay, à Syam et à Crans, malgré les obstacles multiples que lui ont opposés la Direction régionale des Antiquités historiques et ses directeurs successifs. Aujourd’hui, ses disciples réclament l’ouverture de nouvelles fouilles sur le vaste espace constitué par le prétendu oppidum assiégé et ses alentours, pour identifier les camps gaulois et romains et les structures bâties et fossoyées du siège.

2°) La ligne de Danielle Porte, plus originale, est de répéter que la localisation d’Alésia ne relève pas de l’archéologie, mais de l’exégèse des textes qu’elle maîtrise parfaitement, selon ses déclarations, comme Franck Ferrand, contrairement aux archéologues en général et aux agrégés de littérature classique issus de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm qui se sont penchés sur ce dossier. Les défenseurs de l’Alésia jurassienne sont persuadés que la répétition de contre-vérités finira par emporter l’adhésion du public, des élus, des décideurs et de l’université.

La ligne qui accorde quelque intérêt à l’investigation archéologique emprunte deux cheminements discursifs : la voie selon laquelle André Berthier recherchait les vestiges du siège d’Alésia et il en a trouvés et, plus récente, la voie selon laquelle il n’était intéressé que par la carte archéologique de la région de Chaux-des-Crotenay et qu’il a enregistré dans ce domaine des résultats remarquables. En réalité cette stratégie, loin d’avoir un quelconque rapport avec A. Berthier, a suscité la création d’ArchéoJuraSites qui s’est orientée utilement vers l’inventaire des ressources archéologiques du territoire, en tout cas jusqu’en 2008, ce qui à l’époque lui avait valu les foudres de D. Porte (dans L’imposture Alésia : l’imaginaire de l’archéologie, p. 490) :

« Dans le même temps, l’association ALESIA, créée par A. Berthier en 1980, prépare, puis consacre sa propre disparition. Les journaux ne parlaient déjà plus, ces deniers mois, d’une association qui se nommait jadis fièrement ALESIA, mais d’un groupe « d’érudits locaux ». Madame se meurt, Madame est morte. Qu’avec le nom maudit s’éteignent alors les échos importuns qu’il suscitait ! Faut-il qui dérangeât, ce nom … Convaincue de l’abandonner après vingt-sept ans d’existence, l’ALESIA est devenue, le 18 avril 2007, l’ArchéoJuraSites, qui s’occupe à présent de traquer les dinosaures et de recenser les tumulus, en reniant César et celui qui prouva sa présence en terre jurassienne. Les statuts qui accompagnent la transformation ne mentionnent même plus, à la date du 4 mai 1980, où il fonda l’association, le nom d’André Berthier ; a fortiori, le pourquoi de cette fondation. »

D. Porte critiquait alors le changement d’orientation stratégique de l’association qui, sous l’impulsion de son président A. Mariot, se tournait effectivement vers une démarche de collaboration avec les scientifiques et avec les services du patrimoine du Département dans le but de valoriser les vestiges archéologiques du plateau de Champagnole pour ce qu’ils sont et non pour une hypothétique relation avec Alésia. C’est dans ce cadre qu’ont été demandées les expertises que nous évoquons, qu’ont été lancés les travaux autour du château et, qu’en collaboration avec F. Leng, un recensement des sites du plateau a été effectué. Certains élus pensent encore que l’association est toujours sur cette ligne politique : « Leur démarche n’est pas de dire qu’ici est forcément Alésia, mais qu’il s’est passé des choses, peut-être Alésia » Daniel Vionnet, Maire de Chaux-des-Crotenay, dans Le Progrès, 28 décembre 2016). C’est oublier que, depuis la disparition d’A. Mariot, l’association a été reprise en main et s’est de nouveau tournée vers la défense d’une Alésia jurassienne. Les six derniers mois auront au moins permis de faire tomber les masques. MM. André Alix et Jean Michel témoignent de ce retour à une ligne obscurantiste. Leurs interventions à l’été 2016 dans un débat qui ne les concernait pas montre bien leurs intentions réelles. Les conférences de J. Michel, tant à Polytechnique qu’à Pontarlier, continuent à affirmer des contre-vérités, faisant passer, entre autres, des fosses médiévales pour des pièges césariens. Leur association avec D. Porte, gardienne du dogme berthiériste, devrait achever de convaincre les derniers hésitants sur la nature des intentions de l’actuelle direction d’ArchéoJuraSites.

Retour sur les moyens accordés par l’État à André Berthier :

Nous maintenons qu’André Berthier a bénéficié d’appuis politiques et logistiques exceptionnels. Affirmer le contraire, c’est manifester sa méconnaissance des conditions de fouille archéologique dans les années 60-70 en France en général et dans le contexte des fouilles de bénévoles en particulier. Nous mettons au défi nos contradicteurs de nous trouver un exemple d’archéologue amateur, voire professionnel, ayant bénéficié de l’aide massive des plus hauts dignitaires de l’État et de la mise à disposition des moyens militaires évoqués (mise à disposition de soldats, une mission photographique réalisée par un Mirage III, mise à disposition d’un hélicoptère de la Gendarmerie, etc.). Les fouilles et particulièrement les sondages se faisaient systématiquement l’été avec du personnel bénévole, sur des temps courts. Ces conditions de fouilles sur le site de Chaux-des-Crotenay n’ont donc rien d’exceptionnel dans le contexte des fouilles bénévoles de cette époque, et elles sont encore courantes sur les chantiers tant au tournant des années 90 qu’actuellement. Seuls quelques sites exceptionnels, intégrant des programmes de recherche d’envergure nationale ou internationale, bénéficiaient d’équipes professionnelles. L’essentiel des moyens de l’archéologie française étaient à l’époque mobilisé sur les sites à l’étranger (Italie, Grèce, Egypte et Proche-Orient).

Nous n’avons jamais évoqué de moyens financiers exceptionnels. En revanche nous confirmons qu’A. Berthier a bénéficié de réseaux influents dont celui des archivistes qui lui ont ouvert les portes des hautes sphères de l’État, ce qui est confirmé dans tous les textes d’ArchéoJuraSites que nous avons cités ainsi que dans la biographie d’A. Berthier proposée par la même association : « Berthier s’était adressé en premier lieu au directeur des Archives nationales qui obtint d’André Malraux la première autorisation de fouilles. » (André Berthier. Un homme. Une œuvre, ArchéoJuraSites, 2012). Personne parmi nous n’est jaloux de ces appuis : nous signalons seulement qu’A. Berthier était loin d’être la victime isolée qui nous est décrite. De même, les équipes coordonnées par Bernard Edeine étaient composées d’archéologues très bien formés. Si B. Edeine quitte le chantier, c’est bien suite au rapport complètement erroné d’A. Berthier, type de rapport dont il s’était fait une spécialité. Les refus d’autorisation de sondage au début des années 90 relèveront des mêmes causes – et non pas d’une quelconque cabale des instances dirigeantes de l’archéologie de l’époque –, A. Berthier modifiant, sans aucun fondement scientifique, les conclusions de rapports des archéologues qui pilotaient les fouilles, notamment Ch. Meloche. A. Berthier n’était pas capable de monter un projet de fouille et de rédiger des rapports de type scientifique : ArchéoJuraSites rappelle elle-même « Les difficultés d’André Berthier à se plier aux exigences et injonctions de la Direction (communication des rapports de fouilles, explications sur les projets de fouilles envisagées…) », dans André Berthier. Un homme. Une oeuvre, ArchéoJuraSitess, 2012.

Les fouilles de Syam et de Crans

Ce qui est rapporté à l’activité remarquable d’André Berthier, ce sont essentiellement les fouilles de Bernard Édeine et de Christophe Méloche, à Syam et à Crans. Ce sont les seules fouilles dont on puisse connaître les résultats selon les règles de la communication publique de résultats scientifiques. Le discours d’ArchéoJuraSites confond sciemment deux niveaux d’information : l’information scientifique objective et les interprétations fantaisistes d’André Berthier. C’est ce divorce entre les données scientifiques et les interprétations erronées d’André Berthier qui est à l’origine du départ de Bernard Edeine, durant l’été 1972, et de l’éviction de fait de Jean-Yves Guillaumin, président de l’association A.L.E.S.I.A., et de Christophe Méloche, dont la compétence archéologique a été reconnue par l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN), puis par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), ses employeurs successifs.

Pour résumer, A. Berthier n’a jamais découvert un ustrinum, un puteal et un fanum commémorant la victoire de César, pas plus que des lilia (pièges de l’armée césarienne formés d’un puits conique armé d’un pieu effilé en pointe vers le haut). Continuer à évoquer ces découvertes en leur donnant du crédit est une véritable escroquerie intellectuelle. En revanche, les 23 fosses de La Grange d’Aufferin fouillées et interprétées par A. Berthier comme des lilia sont des trous de poteaux médiévaux et ont un comblement daté des XIIe -XIIIe siècles de notre ère par le radiocarbone (cf. : Christophe Méloche, Les granges laïques des bailliages d’Aval et de Dole au travers de la documentation moderne XVe. XVIe s., Programme 20. Rapport d’activité, S.R.A de Franche-Comté, Besançon, 2003, 275 pages, 43 figures : p. 224-229 ; p. 225 et 228) : ce sondage de 1971 et 1972, dans une tranchée creusée par le propriétaire, G. Tissot, a été effectué par A. Berthier et B. Edeine pour vérifier la localisation du camp nord de l’armée romaine attaqué par l’armée de secours des Gaulois. André Berthier sait ce qu’il recherche : prétendre le contraire, comme le fait ArchéoJuraSites, pour valoriser à tout prix son activité archéologique relève là aussi, sinon d’une naïveté confondante, d’une vraie malhonnêteté intellectuelle :

« Comme indiqué précédemment, Berthier a globalement très peu fouillé ou sondé, uniquement sur 3 ou 4 lieux très précis, sur des surfaces ne représentant que 2 ou 3 ha au maximum, avec des objectifs de recherche bien spécifiques (sans nécessairement en lien avec la bataille d’Alésia). Mettre au jour du mobilier médiéval sur une parcelle d’une dizaine de m 2 qui a produit par ailleurs des milliers d’artefacts antiques ne peut absolument pas être avancé comme une preuve dirimante permettant de dire que Berthier a définitivement échoué dans sa quête de l’Alésia de César. » (ArchéoJuraSites)

Si, on peut l’affirmer, car A. Berthier a prétendu reconnaître des vestiges du siège d’Alésia dans les structures purement médiévales des sites de la Grange d’Aufferin, à Syam, et des Étangs, à Crans. Quant au mobilier gallo-romain de ce dernier site, il est lié à la proximité d’une nécropole à incinérations dont les vestiges ont servi de remblai pour colmater les restes de la grange médiévale.

Le site des Étangs, à Crans, a livré en effet les vestiges d’une grange médiévale du XIVe s. abandonnée vers 1375 et installée sur les vestiges d’un établissement du Xe s. (Christophe Méloche, Une grande féodale du XIVe siècle à Crans (Jura), Mémoire de maîtrise de Sciences et Techniques, université de Lyon, 1994 ; Christophe Méloche, « Crans (Jura) : une grange féodale du XIVe siècle sur le deuxième plateau jurassien », dans Jean-Michel Poisson, Pierre-Yves Laffont dir., Pages d‘archéologie médiévale en Rhône-Alpes. Actes de la 2ème Rencontre Rhône-Alpes d’Archéologie Médiévale, Lyon, 11 décembre 1994, Lyon, 1995, p. 63-74 ; Christophe Meloche, « Le four à pain de la grange de Crans (XIIIe-XIVe s.), dans Jean-Luc Mordefroid, Tournez moulins ! Céréales, moulins & fours du Jura. Ve-XVIe siècles, catalogue d’exposition, Lons-le-Saunier, p. 47 à 53, 5 fig.). Signalés par des microreliefs, des structures bâties ont été fouillées en 1971 et interprétées, pour la plus importante, comme un ustrinum du I er s. (cf. Les annales d’Alésia, bilan de vingt années de recherches archéologiques sur le site présumé d’Alésia, Association Lemme et Saine d’intérêt archéologique, 1984, p. 43-45.), et les autres comme des redoutes ayant supporté des tours de bois (cf. Annales d’Alésia, p. 38-41). En 1982, la structure reconnue comme un ustrinum en 1971, et dont la fouille a repris en 1978, est interprétée comme une « plate-forme supportant un engin de jet » (cf. A. Berthier et alii, « Alésia, une découverte qui change tout », Les dossiers de l’histoire, 38, 1982, p. 25 et 35). Elle est réputée appartenir à « un petit camp carré » bordé à l’est par deux autres plates-formes. Il s’agit en fait des bâtiments 4, 5 et 6 de la grange médiévale dont les vestiges ont été enfouis sous un remblai conséquent (fig. 1). En 1990, en annexe de l’ouvrage rédigé avec André Wartelle, Alésia, publié aux Nouvelles Éditions Latines, Paris, p. 310-311, A. Berthier identifie le bâtiment 4 comme un fanum commémoratif de la bataille d’Alésia. C’est dire combien cette grange médiévale a suscité chez A. Berthier différentes hypothèses totalement fantaisistes et dépourvues de fondements, pour faire coïncider des vestiges archéologiques authentiques avec un présupposé aveuglant : « le fanum retrouvé a une particulière importance dans l’hypothèse d’Alésia. On peut dire qu’il était attendu, sinon nécessaire. » A. Berthier l’a donc inventé, comme le reste. Il fallait en effet que « le militaire et le sacré » se rejoignissent, étroitement mêlés sur le terrain, « là où le premier choc s’était produit ».

Les vestiges de la Grange médiévale de Crans : bâtiment 4 avec sa cheminée,
bâtiments 5 et 6, bâtiment 2 et four à pain (S1)

ArchéoJuraSites reprend sans esprit critique les interprétations fantaisistes d’A. Berthier sur l’ustrinum, les fours gallo-romains et le fanum et leur fait place dans l’interprétation de Ch. Méloche : beau tour de passe-passe anachronique ! Le mobilier gallo-romain n’a pas été trouvé sous la grange médiévale, mais bien sur elle, en position secondaire, ce qui permet de l’identifier comme un remblai issu pour l’essentiel d’une nécropole gallo-romaine identifiée par les fouilles. Ch. Meloche avait donc raison, et A. Berthier tort.

« Pour ArchéoJuraSites, il est inacceptable (comme certains l’ont laissé entendre sans avoir eu connaissance ni du rapport, ni des données relatives aux contextes de collecte des objets) de prétendre boucler définitivement la problématique de la localisation réelle du siège d’Alésia à partir de cet examen rapide d’un corpus d’artefacts ne constituant qu’une photographie très partielle de ce que recèle potentiellement le site immense de Chaux-desCrotenay. Répétons-le, au cas où cela n’aurait pas été bien compris, les objets recueillis et étudiés ne concernent que trois emplacements limités, sans lien immédiat ou évident avec de possibles zones de combat antique. »

Là encore cette affirmation est contraire à la démarche consciente d’A. Berthier, que celui-ci a soulignée dans sa contribution au 109e Congrès des sociétés savantes, à Dijon, le 5 avril 1984 :

« La conduite de la recherche sur le terrain a été entreprise conformément aux impératifs du portrait-robot. Ce n’est pas en nous promenant ou en prospectant au hasard que nous avons fait des découvertes. C’est en allant directement vers des endroits prédéterminés qui avaient été pointés sur la carte d’après les renseignements donnés par César » (« La méthode du portrait-robot dans la recherche d’Alésia »).

C’est donc parfaitement clair : Berthier a fouillé là où le portrait-robot lui dictait de fouiller. Le site de Crans a été choisi car A. Berthier pensait y trouver les camps nord des légions romaines. Le site de Syam où il a ouvert des tranchées devait correspondre aux lieux de la bataille. Nous constatons qu’il n’y a strictement rien trouvé ayant un quelconque rapport avec un événement militaire du I er siècle avant. Il y a découvert des structures agraires et médiévales dont l’intérêt archéologique est certes incontestable mais sans rapport avec Alésia. Nous notons d’ailleurs que la toponymie avait conservé la mémoire de ces établissements agricoles (Grange d’Aufferin, Grange des Étangs, etc.).

La vérité sur la réception des résultats de Christophe Méloche par A. Berthier

Concernant le projet d’article de Ch. Meloche censuré par A. Berthier, nous nous contentons de rappeler les commentaires des notices, puisqu’ArchéoJuraSites nous refuse l’accès à ses archives :

« Le texte fourmille de détails très utiles pour la compréhension des évènements des années 90-94 (évolution de l’association A.L.E.S.I.A.) ainsi que sur les pratiques de certaines personnes associées aux recherches. Deux versions du document avec des annotations critiques d’André Berthier qui s’opposera finalement à la publication du texte dans le Bulletin de l’A.L.E.S.I.A. » http://berthier.archeojurasites.org/content/le-secteur-de-la-cote-poire-etatde-la-recherche-et-perspectives

Ici c’est bien A. Berthier qui s’est opposé à la publication de l’article et pas « l’équipe en charge de la rédaction du bulletin ».

« Trois versions de ce texte considéré par André Berthier comme une clarification indispensable par rapport aux affirmations critiques de Christophe Méloche. Ce texte, auquel il ne sera pas répondu par les personnes concernées, sera le point de départ d’une brouille sérieuse entre plusieurs membres de l’équipe Berthier qui conduira à la crise de l’association A.L.E.S.I.A. lors de l’assemblée générale d’août 1993. » http://berthier.archeojurasites.org/content/propos-dun-memoire-dechristophe-meloche-concernant-les-vestiges-de-la-combe-de-crans

Ici on évoque « une brouille sérieuse » alors que l‘équipe actuelle d’ArchéoJuraSites réduit à des « remous » les évènements de 1993. Rappelons que lesdits « remous » entraîneront le départ de tous les « scientifiques » d’ArchéoJuraSites, tant Ch. Méloche que J.-Y. Guillaumin, ce dernier s’étant vu interdire par le maire de Crans, G. Tissot, de paraître sur le territoire communal et notamment aux Étangs. Le départ de ces personnes, les seules réellement qualifiées et capables d’entretenir des relations normales avec les autorités archéologiques, met définitivement fin aux campagnes de sondages et entraînera la fin de l’association dont J.-Y. Guillaumin était alors le président.

Prétendre qu’A. Berthier avait accepté l’idée d’une grange médiévale sur le site des étangs, c’est là encore une affirmation en contradiction avec la notice du site d’ArchéoJuraSites :

« La controverse porte sur l’hypothèse de la grange médiévale soutenue par C. Méloche. Berthier développe d’abord et longuement les caractéristiques des fermes seigneuriales connues et présente 5 objections face aux affirmations de Méloche. Il revient sur les constructions des Etangs de Crans, sur certaines particularités (cheminée, monument cylindrique,…) ainsi que sur les mobiliers trouvés et leur expertise. Il développe l’idée que la structure cylindrique en tuf puisse être un puits d’honneur ou puteal et conteste l’interprétation de la structure en couronne comme étant la base d’un four à pain. Enfin, à travers l’examen des mobiliers trouvés (céramique, clous, agrafes…), Berthier démontre que les thèses de Méloche ne sont pas crédibles (grange seigneuriale, nécropole gallo-romaine, four à pain…) et propose un certain nombre d’axes pour des travaux futurs. » http://berthier.archeojurasites.org/content/propos-dun-memoire-dechristophe-meloche-concernant-les-vestiges-de-la-combe-de-crans

On note ici qu’A. Berthier ne jugeait pas crédible l’existence d’une grange médiévale, d’une nécropole gallo-romaine et d’un four à pain.

La vérité de l’expertise du mobilier archéologique

Toutes les interprétations scientifiques de Ch. Méloche sont confirmées par la fameuse expertise de 2011 dont ArchéoJuraSites refuse de rendre publics les rapports, alors que, malgré ses affirmations, elle est parfaitement rédigée et totalement compréhensible sans avoir besoin de l’exégèse des membres de ladite association. Malgré les affirmations de l’association, l’expertise avait bien été commandée pour vérifier si le mobilier recueilli pouvait avoir un rapport avec le siège d’Alésia et valider ainsi, ou invalider, la théorie d’A. Berthier :

« André Berthier, archiviste paléographe de l’École des Chartes et Directeur de la circonscription archéologique de Constantine, se consacre plus tard à l’étude de la région de Champagnole/Chaux-des-Crotenay et y développe sa théorie d’Alesia, connue depuis, hors des frontières jurassiennes, tant elle fut l’objet de nombreuses discussions polémiques et de controverses. Adhésion à cette théorie ou contestation ? » « Le mobilier issu des fouilles, mis à disposition, devait donc permettre de lever le voile sur les incertitudes liées à la datation des sites explorés. En effet, depuis de nombreuses années, la fouille stratigraphique, le croisement d’informations et, lorsqu’elle est nécessaire, l’utilisation de méthodes chimiques ont permis d’établir des typologies donnant aux objets exhumés une valeur datante incontestable. » Daniel Jacquiot, administrateur, a alors décidé, en accord avec son président, Alain Mariot, et le bureau de l’association, de contacter les experts indispensables à la réalisation de ce travail. » Introduction du rapport d’expertise de 2011.

D’autre part, loin d’invalider les interprétations de Ch. Méloche, le rapport d’expertise les confirme systématiquement en rappelant l’origine médiévale des constructions de la grande des Étangs :

« La céramique médiévale est également bien représentée avec 21,4% du matériel (tableau 1). Elle comprend des marmites globulaires en particulier à lèvre en bandeau vernissée et décor de cordons digités verticaux (photo 7) ainsi que des marmites à panse côtelée (photo 8). Elle comprend également des pichets vernissés à décor de croisillons vert et brun (photo 9). La plupart de ces céramiques provient des secteurs G-H-I (fouilles 1990-1991) en liaison avec des vestiges maçonnés (habitat). Leur origine reste à déterminer, mais il s’agit de productions des XIIIe -XIVe » Rapport d’expertise de 2011.

La tentative maladroite de dévaloriser le travail de J.-P. Guillaumet prête à sourire, les membres d’ArchéoJuraSites n’ayant strictement aucune compétence dans l’expertise des objets métalliques, à l’inverse, J.-P. Guillaumet est un expert reconnu au niveau international. S’il n’a pas identifié d’armes, c’est qu’il n’y avait tout simplement pas d’armes.

Par ailleurs, l’expertise mentionne clairement que les différences entre le matériel métallique et céramique s’expliquent facilement par l’origine différente des deux types de mobilier :

« En effet la céramique présente une proportion importante de mobilier romain postérieur à la conquête, alors que le métal représente une occupation plus récente. Il est toutefois mentionné, dans un des rapports, une utilisation autorisée d’un détecteur de métaux ce qui a pour effet immédiat de déséquilibrer les proportions entre la terre cuite et les objets métalliques et d’en mélanger les époques. »

D’autre part, on ajoutera que les céramologues avaient rapidement identifié l’origine religieuse de la céramique expertisée :

« Concernant le mobilier romain, il faut souligner l’importance des céramiques fines en particulier celles à revêtement argileux (gobelets) et la quasi-absence de céramiques culinaires. Un tel faciès est tout à fait atypique pour un habitat. On peut donc se demander s’il ne s’agit pas de dépôts éventuellement en lien avec la présence de la source voisine. »

Enfin l’expertise rappelle l’extrême faiblesse du mobilier protohistorique, ce qui contredit l’hypothèse d’un site d’occupation antérieure à la conquête romaine et contribue à invalider la possibilité d’un siège militaire du I er siècle avant J.-C.

Les erreurs d’interprétation grossières commises par A. Berthier qui tentait désespérément de relier ses découvertes avec le siège d’Alésia (le pseudo-fanum de la Grange des Étangs était censé commémorer la victoire romaine) expliquent que ses rapports ont été systématiquement invalidés par la Direction régionale des Antiquités historiques et, par conséquent, les autorisations de fouilles non reconduites. Aujourd’hui encore ces mesures s’appliquent à des responsables d’investigations archéologiques dont l’activité est contestée par les Commissions Territoriales de la Recherche Archéologique (CTRA), composées de professionnels de l’archéologie, recrutés au sein du Ministère de la Culture, sous-direction de l’Archéologie, de l’université, du CNRS, de l’INRAP et des services archéologiques de collectivités.

Il est temps de consacrer une publication scientifique aux vestiges découverts à Crans et à Syam. Christophe Méloche peut la prendre en charge et les « Documents d’Archéologie de Rhône-Alpes », ouverts à la publication de sites médiévaux pourraient éditer à Lyon un volume de sa collection à ces sites. Pour mener à bien cette entreprise éditoriale, Ch. Méloche a besoin de travailler sur le mobilier détenu par ArchéoJuraSites. Les collections expertisées en 2011 restent interdites d’accès à la communauté scientifique. L’association le justifie par le caractère privé de cette expertise. Pourtant, la communauté scientifique compte nombre d’experts en céramologie et en mobilier métallique pour compléter et affiner l’évaluation de 2011 dont l’association regrette le caractère limité, hâtif et superficiel. Notre laboratoire peut confier à des chercheurs confirmés, comme à des étudiants en formation, le soin d’affiner cette expertise. C’est d’ailleurs ce que conseillait Jean-René Le Nézet, rapporteur de l’expertise, à ArchéoJuraSites : « Certaines études récentes et sérieuses existent, dont celle de Christophe Méloche. Elle traite plus spécifiquement du Moyen Âge. Pourtant un réexamen méticuleux de toute la documentation par un étudiant, encadré par les acteurs des dernières opérations, serait souhaitable. Il permettrait en effet une meilleure mise en relation entre la numérotation des boîtes, les différents sites explorés et les méthodes adoptées : sondages, fouilles, prospections, etc… ». Les publications scientifiques consacrées aux sites de Franche-Comté regorgent d’expertises spécialisées sur la céramique et le mobilier métallique. La publication dirigée par Gérald Barbet et alii sur la nécropole des Charmes d’Amont, à Tavaux (39), atteste l’intérêt attaché aux armes gauloises et gallo-romaines retrouvées dans cette nécropole et dans le Finage dolois. L’horizon de l’expertise ne se limite donc pas aux individus sollicités en 2011. On remarquera qu’Armand Desbat, dont l’association loue la compétence incontestée dans le domaine de la céramologie, a participé au jury de Master professionnel qui a validé le mémoire de Christophe Méloche sur la grange de Crans et qu’Élise Boucharlat, qui a été directrice des Antiquités historiques de Franche-Comté, a salué, le 23 janvier 1995, « ce travail mené avec rigueur jusqu’à son terme ».

Nous proposons à l’association de rencontrer ses dirigeants pour faciliter le travail de Ch. Méloche.

Avec les fouilles à Syam et à Crans, on a fait le tour des vestiges archéologiques consistants découverts par l’équipe Berthier. C’est peu, et ces résultats ne peuvent nullement rivaliser avec les vestiges découverts à Alise-Sainte-Reine et dans des alentours du Mont Auxois.
Faute d’arguments archéologiques décisifs, sauf pour les élus locaux qui se satisfont de peu et s’ingénient à installer Alésia là où ce site n’existe pas, sinon dans les noms de rue et de différents édifices, ce qui est bon pour le tourisme, les partisans de l’Alésia jurassienne, – pour l’instant localisée à Chaux-des-Crotenay, mais d’autres candidates sont prêtes à reprendre le flambeau –, s’ingénient à dénoncer les interprétations des vestiges de tous ordres découverts à Alise-Sainte-Reine.
À tous, mais notamment aux élus, nous rappellerons la conclusion du rapport rédigé à la suite de la visite des archéologues suisses le 9 octobre 2008 sur les sites de Chaux-des-Crotenay :

« Conclusion : Philippe Curdy conservateur du musée de Sion
– Ne se lancerait pas dans la réalisation d’un sentier aménagé destiné aux visiteurs pour présenter les vestiges que l’on vient de lui montrer : trop d’inconnu.
– Nous invite à faire un travail de relevé : photo et repérage sur carte ; nous conseille de ne pas trop s’accrocher à ces informations frustrantes, et plutôt de prendre du recul.
– Il nous pousse à essayer de tisser des liens avec l’Université.
– Il est prêt à nous inviter un été en Suisse pour nous présenter les repérages de murs dans les alpages : les vestiges de bergeries récentes sont tout aussi intéressants que ceux de bergeries plus anciennes.
– Point positif : on aimerait avoir plus de gens comme vous en Suisse, intéressés par l’archéologie. »

Nous rappellerons pour exemple l’expertise, par les mêmes archéologues, des fameuses structures dites « mystérieuses » des Abbatois (structures en U).

«- Robert Le Pennec, archéologue amateur de Saint-Claude, spécialiste des fours à chaux du Jura : « Nous sommes en présence de deux bancs calcaire en place, orientés à l’est »
– Michel Campy, géologue, professeur d’université : « Les gros blocs sont en place. Il s’agit d’un lapiaz dont on aurait enlevé quelques éléments. Pas de présence d’éléments construits. Simple structure d’érosion en terrain calcaire. »
– Philippe Curdy, conservateur du musée de Sion : « Ne semble pas très ancien. C’est comme si l’on avait rejeté les petites pierres pour faire les tertres. Présence d’un déblai moderne : sondage Berthier. »
– Alain Benkert, archéologue de Neuchâtel : – « C’est un lapiaz avec extraction de matière : carrière de gros blocs, suivi d’une intervention plus récente : tertres en cailloutis »

Le reste du rapport est à l’envi : on comprend mieux pourquoi l’actuelle direction d’ArchéoJuraSites refuse de le rendre public. Elle préfère, comme M. Pernot, continuer à croire que « ces éléments naturels » sont des découvertes mystérieuses, voire « un site remarquable » (Le Progrès, 28 décembre 2016). On attend d’ailleurs que M. Pernot nous cite les noms « des stratèges de l’archéologie » et des « archéologues étrangers » qui contestent la thèse d’Alésia à Alise-Sainte-Reine. Quant à la conscience des élus pour l’intérêt touristique des sites archéologiques, nous nous permettons d’en douter devant la déshérence dans laquelle se trouvent lesdits sites. Nous rappellerons ainsi que le site majeur de Villards d’Héria est toujours fermé suite à des « incidents techniques » et ce, jusqu’à nouvel ordre, du fait de l’incurie des services de l’État, certes, mais aussi des mésententes entre collectivités territoriales. Et nous regretterons que les tentatives de prospections au sol sur le Mont Rivel et dans la commune de Saint-Germain-en-Montagne, activité non invasive de collecte de l’information sur des sites incontestablement antiques, aient rencontré si peu d’intérêt des propriétaires et des exploitants et si peu d’appui logistique des élus.

Quand on ne trouve pas dans le Jura, on nie ce qu’on trouve à Alise-Sainte-Reine

Comme nous l’avons vu, la seconde stratégie des défenseurs du site de Chauxdes-Crotenay consiste à tenter de dévaloriser les découvertes effectuées à Alise et de contester les travaux des professionnels. Leur argumentaire est somme toute classique. Le choix d’Alise serait un « argument d’autorité de même nature que celui qui condamna Galilée ».
La comparaison est osée et amusante : Galilée était un scientifique qui défendait des arguments scientifiques, ce qui est notre cas, contre des idées sans fondement scientifique. Nous avons montré que nos contradicteurs sont incapables de fournir la moindre preuve de ce qu’ils affirment et nous allons continuer à le montrer ici. Ils se contentent de réciter un bréviaire dépassé au mépris de tous les progrès et découvertes sur la période concernée.
Malgré ce qu’affirment les disciples d’A. Berthier, la localisation d’Alésia à Alise est parfaitement cohérente avec le texte césarien. Que nous décrit César ? D’abord il localise une région. Il affirme faire route vers le pays séquane, aux confins du territoire lingon, soit l’Yonne ou le nord de la Côte-d’Or actuelle. Jamais César ne précise avoir pénétré en territoire séquane, ni s’y être enfoncé profondément, ni ne situe Alésia chez les Séquanes. C’est Dion Cassius qui le prétend, deux siècles après César (Histoire romaine, 40, 39).
Après avoir vaincu Vercingétorix, César le pourchasse jusqu’à l’oppidum des Mandubiens qui est, d’après le texte de César, sur une colline (collis, -e), et non sur une montagne (mons, -tis), comme continue à l’affirmer D. Porte, entourée d’autres collines avec, au nord, un petit mont et, à l’est, un flanc de colline entièrement occupé par des troupes gauloises.

« Deux rivières lèchent ses bords” (César). L’Oze et l’Ozerain coulent à 300 m des bords de l’oppidum. Il en existe deux autres, la Brenne, bien plus importante, et le Rabutin. »

La colline est flanquée de deux cours d’eau. Notons que César désigne tous types de cours d’eau par le terme générique de flumen, le terme de rivus qui désigne en latin des plus petits cours d’eau, n’est utilisé dans l’ensemble des ouvrages de César que sept fois. On notera que César utilise par exemple le terme de flumen pour décrire la rivière qui coule au pied de Bourges et qui est très loin d’être un fleuve. Cette critique souvent formulée par les partisans de la thèse Berthier montre une nouvelle fois une méconnaissance du vocabulaire césarien.

« Au nord, une montagne” (César). Le mont Réa s’élève au nord-ouest, pas au nord. »

La montagne au nord d’Alise est effectivement au nord-ouest, mais César ne précise jamais que la montagne est exactement au nord, et il est très rare que le latin indique les points cardinaux intermédiaires (nord-ouest, nord-est, etc.). Il est donc parfaitement normal qu’il utilise le terme générique de nord pour localiser un relief qui, de fait, est bien au nord pour César.

D’autre part, pour prétendre être le site d’Alésia, il faut disposer d’un oppidum à assiéger et de vestiges d’un siège militaire du premier siècle avant J.-C. qui renseignent les éléments décrits par César, soit deux lignes de défenses protégées par différents pièges. Ce qui est le cas à Alise, mais pas à Chaux-des-Crotenay. Il n’y a aucune contradiction majeure entre le site d’Alise et la description de César. Il existe en revanche des différences entre le site bourguignon et le texte césarien, d’une part, et les récits tardifs et indirects d’auteurs grecs qui n’ont pas participé à l’évènement et qui se contentent de résumer des récits antérieurs. On trouve d’ailleurs les mêmes contradictions dans la description de la reddition de Vercingétorix qui est très variable d’un auteur à l’autre. La vision des auteurs grecs tardifs sur cet événement est très éloignée de celle donnée par César.

Autre procédé polémique : nous attribuer des affirmations que nous n’avons pas formulées

Nous précisons à nouveau que jamais nous n’avons affirmé que César mentait et que Y. le Bohec, cité par nos contradicteurs, n’a pas rédigé notre texte. D. Porte nous attribue ici des propos qui ne sont pas les nôtres. Concernant les sources textuelles, nous ne prétendons pas qu’elles n’ont pas existé. Nous affirmons simplement que ces sources n’existent pas aujourd’hui et que donc il est impossible que D. Porte « ait recoupé des témoignages de César et ceux de ses généraux », comme elle l’affirme dans Le Progrès. Une fois encore, D. Porte prend ses désirs pour des réalités.

À propos des monnaies en orichalque découvertes à Alise-Sainte-Reine

Ces monnaies ont été étudiées par Sylvia Nieto, numismate et archéomètre au CNRS : l’orichalque est un autre nom du laiton (alliage composé de cuivre et de zinc), qui ressemble à de l’or, d’où son usage. D. Porte cite partiellement la dernière phrase du résumé en tête d’un article de 20 p. (cf : Sylvia Nieto, « Monnaies arvernes (Vercingétorix, Cas) en orichalque », Revue numismatique, 160, 2004, p. 5-25) : (…) « les résultats obtenus posent néanmoins le problème de leur fabrication dans le contexte de la bataille d’Alésia en 52 av. J.-C. ». Ce membre de phrase est ainsi commenté : « Car l’orichalque est un alliage inconnu dans le monnayage à l’époque d’Alésia. » Le problème que négligent de signaler nos « experts numismates » d’ArchéoJuraSites, c’est que ces deux monnaies en orichalque, Musée des Antiquités nationales (MAN) n° 283 et MAN n° 285, retrouvées dans les fossés de Grésigny Sainte-Reine lors des fouilles de Napoléon III, ont été frappées au nom de Vercingétorix et avec les coins utilisés pour produire ses statères d’or (BnF 3775 et Beistegui 240). On notera déjà qu’il est plus qu’improbable que des monnaies à l’effigie de Vercingétorix aient été frappées après 52 avec les coins qui étaient utilisés pour frapper ses statères d’or !

En outre, l’article de Sylvia Nieto, qui ne doute pas que ces pièces en orichalque ont été frappées à l’initiative du chef arverne, ouvre en réalité une réflexion sur l’origine des métaux qui ont servi à frapper ces pièces. Si elle explique que ces pièces gauloises n’ont pas été fondues à partir de pièces romaines qui, effectivement, ne sont pas en circulation en 52 av. J.-C., elle montre que ces monnaies ont pu être fondues à partir de fibules en orichalque dont un exemplaire a été trouvé dans un des fossés d’Alésia. Si ces pièces ont réellement été frappées dans un contexte de pénurie de métal, il est logique que l’on ait utilisé, pour les frapper, un métal qui, à l’époque, ne servait pas aux échanges monétaires.

Pour conclure ce faux débat, on retiendra que 1°) Vercingétorix a fait frapper des monnaies en orichalque à son nom et aux types de ses statères d’or ; 2°) deux de ces monnaies ont été retrouvées à Alise-Sainte-Reine, dans un fossé du camp D, et un troisième exemplaire sur l’oppidum de Nages, dans le Gard (cf. Sylvia Nieto-Pelletier, « Une nouvelle monnaie de laiton au nom de Vercingétorix », Bulletin de la société française de Numismatique, 67-2, 2012, p. 34-37) ; 3°) en revanche, aucune monnaie gauloise datant de l’indépendance n’a été retrouvée sur les sites jurassiens réputés correspondre à l’oppidum des Mandubiens, au « camp gaulois » installé au pied des remparts de l’oppidum et dans les lieux du siège.

Le monnayage de l’Arverne Epasnactos, indésirable à Alésia

Le passage sur Epasnactos est remarquable de naïveté. Les pièces frappées par ce grand monnayeur ne peuvent pas, d’après l’Abbé Villette, se trouver dans les fossés d’Alésia avec celles des autres nations gauloises, car ce chef arverne était resté fidèle à César. Pourquoi cette interprétation est-elle naïve et absurde ? D’abord parce qu’il faudrait considérer qu’une monnaie ne peut se trouver que là où son monnayeur est passé, ce qui équivaudrait à méconnaître les processus de diffusion des monnaies, notamment celles des peuples importants comme les Arvernes. D’autre part, Epasnactos n’est cité comme un allié des Romains qu’après l’épisode d’Alésia, dans le livre VIII – le récit de la bataille d’Alésia se trouvant dans le livre VII –, mais on ne sait pas dans quel camp il se trouvait en 52. On peut simplement affirmer que le personnage est considéré, après la reddition de Vercingétorix, comme un ami des Romains et qu’il a sans doute rallié César comme d’autres dignitaires arvernes. Il faut rappeler que les élites gauloises ne cessent de changer de camp au cours de la guerre des Gaules et que Vercingétorix lui-même a été, d’après Dion Cassius, un supplétif de César. On notera que, quand il propose de rallier la rébellion, il est chassé de Gergovie par son propre oncle. Après Alésia, César indique qu’il épargne les Arvernes et les Éduens qui ne sont pas réduits en esclavage pour « essayer de se servir d’eux pour regagner ces peuples » (B.G., VII, 89). Un peu plus loin « Des ambassadeurs arvernes viennent l’y trouver, se déclarant prêts à exécuter ses ordres. » (B.G., VII, 90). Après Alésia, Epasnactos a pu, comme les autres Arvernes, rallier César avec qui il collaborait avant 52.

D’autre part, l’abbé Villette étant décédé en 1991, il n’a pas eu accès à deux informations importantes. D’une part, le fossé où ont été trouvées ces monnaies n’est pas celui de la circonvallation (donc accessible aux armées de secours) comme le pensaient les fouilleurs de Napoléon III et donc J.-B. Colbert de Beaulieu, mais celui de la ligne de contrevallation (qui fait face aux assiégés). Il est plus que probable que les monnaies qui s’y trouvent ne proviennent pas de soldats gaulois de l’armée de secours mais qu’elles constituaient le butin d’un légionnaire ou d’un auxiliaire. Ce qui expliquerait que la composition monétaire du dépôt suive la géographie des campagnes de César. D’autre part, l’abbé ignorait aussi que 15 concentrations monétaires du même type que celle des fossés de Grésigny ont été retrouvées sur un autre champ de bataille, relié au désastre de Varus, à Teutoburg, en 9 ap. J.-C., et il semble désormais probable que les légionnaires, à la veille d’une bataille, cachaient leur pécule avant d’aller le récupérer s’ils survivaient au combat, ce qui n’a pas été le cas lors du désastre de Teutoburg.

Le flanc oriental d’Alésia et le combat de cavalerie

Danielle Porte nous répond à propos de l’est de l’oppidum d’Alise :

« César ne dit pas du tout que le camp gaulois se trouve uniquement à l’est. Il dit en revanche, très précisément, que tout le flanc oriental était occupé par les troupes gauloises : c’est ce qu’il voit depuis ses positions. »

« Pour le site de Chaux, des troupes gauloises pouvaient aisément occuper tout le flanc oriental de la colline. Les études topographiques menées par ArchéoJuraSites ont révélé la succession d’importantes plates-formes ou terrasses échelonnées les unes au-dessus des autres sur tout ce flanc est de l’éperon barré, avec des cheminements relativement faciles permettant de monter depuis le pied de l’oppidum vers la ville au sommet de la colline. Une partie de l’armée gauloise a facilement pu s’installer sur cette succession de terrasses. »

Comme souvent, armée de sa foi du charbonnier, Danielle Porte prend ses désirs pour des réalités et s’accorde beaucoup de latitude sur la topographie. Laissons César s’exprimer :

« Au pied du rempart, tout le flanc oriental de la colline était occupé par les troupes gauloises, et en avant elles avaient creusé un fossé et construit un mur grossier de six pieds. » (BG, 69).

« Les travaux étaient en cours d’exécution quand a lieu un combat de cavalerie dans la plaine qui, comme nous l’avons expliqué tout à l’heure, s’étendait entre les collines sur une longueur de trois mille pas. L’acharnement est extrême de part et d’autre. César envoie les Germains au secours des nôtres qui fléchissent, et il range ses légions en avant du camp, pour prévenir une attaque soudaine de l’infanterie ennemie. L’appui des légions donne du cœur à nos combattants ; les ennemis sont mis en déroute ; leur nombre les gêne, et comme on a laissé des portes trop étroites, ils s’y écrasent. Les Germains les poursuivent vivement jusqu’aux fortifications. Ils en tuent beaucoup ; un assez grand nombre abandonnent leurs chevaux pour tenter de franchir le fossé et d’escalader la muraille. César fait avancer un peu les légions qu’il avait établies en avant du retranchement. Un trouble égal à celui des fuyards s’empare des Gaulois qui étaient derrière la muraille : ils s’imaginent qu’on marche sur eux de ce pas, et ils crient aux armes ; un certain nombre, pris de panique, se précipitent dans la ville. Vercingétorix fait fermer les portes, pour éviter que le camp ne se vide. » (B.G., 70).

L’argumentation de Danielle Porte sur cette question est comme à son habitude jésuitique et incompréhensible :

« César ne dit pas du tout que le camp gaulois se trouve uniquement à l’est. Il dit en revanche, très précisément, que tout le flanc oriental était occupé par les troupes gauloises : c’est ce qu’il voit depuis ses positions. »

La description de César ne localise des troupes gauloises que sur le flanc oriental de la colline et c’est le seul endroit où il précise que ces troupes, situées au pied du rempart de l’oppidum, ont creusé un fossé et élevé un mur : nous en déduisons que les Gaulois ont construit à cet endroit une fortification pour s’abriter et on donne communément à ce dispositif le nom de « camp ». D’ailleurs César le précise quand il décrit la réaction de Vercingétorix à la débandade de ses cavaliers : Vercingetorix iubet portas claudi, ne castra nudentur. « Vercingétorix fait fermer les portes, pour éviter que le camp ne se vide. » Nous laissons à D. Porte la pleine responsabilité de ses affirmations farfelues sur la possibilité d’occuper les versants abrupts de la vallée de la Saine, voire d’y conduire des charges de cavalerie que César décrit avec précision. Nous nous demandons aussi quel serait l’intérêt militaire d’occuper des terrasses sur les versants de la Saine alors que cette vallée est facilement fortifiable au niveau du lit de la rivière transformant ainsi les gorges de la Saine en Thermopyles celtes.

On s’étonnera aussi de la stratégie de César : pourquoi assiéger Chaux-des-Crotenay alors que, à partir du moment où il aurait pris position à Entre-deux-Monts pour l’encercler, il lui suffisait justement de conduire des assauts qu’il opère traditionnellement dans ce type de situation. Car le site de Chaux-des-Crotenay n’est pas la colline inattaquable décrite par César, mais bien un éperon qui, s’il avait été fortifié par des Gaulois, aurait été barré au sud par un murus gallicus que César aurait tenté de prendre d’assaut comme il le fait habituellement face à de semblables dispositifs. Jamais il n’aurait qualifié une telle place comme impossible à prendre d’assaut puisque, justement, il prend d’habitude d’assaut ce type de forteresse. Or, il n’en est rien. Les fortifications gauloises sont décrites à l’est, mais pas au sud, où, à Chaux-des-Crotenay elles seraient pourtant indispensables et auraient sans doute été conservées et seraient visuellement repérables sous le couvert forestier. En revanche, sur le flanc oriental du site de Chaux-des-Crotenay, elles ne serviraient strictement à rien, car on est ici en présence de défenses naturelles qui ne nécessitent aucune construction qui, d’ailleurs, seraient impossibles vu la nature du terrain. Le site de Chaux-des-Crotenay ne correspond pas à la description de César et le « portrait robot » montre ici toutes ses limites car il n’intègre pas des paramètres importants. A. Berthier a confondu, comme souvent, ses désirs et la réalité. En revanche, le site d’Alise correspond parfaitement à la description de César, y compris évidemment, comme le signale D. Porte, la localisation des troupes gauloises sur le flanc oriental de la colline.

La comparaison des profils de pente entre le site bourguignon et le site jurassien tranche la question sur l’accessibilité du flanc oriental à des charges de cavalerie jusqu’au retranchement des Gaulois aménagé au pied de l’oppidum.

Alésia-Alise, un paysage mou selon D. Porte

Ainsi s’exprime César :

« La ville proprement dite était au sommet d’une colline, à une grande altitude, en sorte qu’on voyait bien qu’il était impossible de la prendre autrement que par un siège en règle. Le pied de la colline était de deux côtés baigné par des cours d’eau. En avant de la ville une plaine s’étendait, sur une longueur d’environ trois milles ; de tous les autres côtés la colline était entourée à peu de distance de hauteurs dont l’altitude égalait la sienne. » (B. G., VII, 69)

Ainsi s’exprime D. Porte :

« Deux rivières lèchent ses bords” (César). L’Oze et l’Ozerain coulent à 300 m des bords de l’oppidum. »

Il faut comprendre qu’elles ne coulent pas au pied de l’oppidum, selon D. Porte, dont la traduction est erronée et joue sur l’ambiguïté du mot « bord » qu’elle adopte de son propre chef. Le texte de César précise que les deux rivières baignent (subluebant) le pied (radices) de la colline (collis). Ce qui est le cas à Alise-Sainte-Reine, que D. Porte le veuille ou non.

Toujours d’après D. Porte : « Il en existe deux autres, la Brenne, bien plus importante, et le Rabutin ». 

L’argument est évidemment sans grand intérêt : la Berne et le Rabutin ne sont pas à proximité de l’oppidum et ne peuvent donc intégrer la description de César. Nous pourrions aussi nous amuser à compter tous les cours d’eau de la région de Chaux-des-Crotenay. Pourquoi César n’évoque pas le Quénot et les autres affluents de la Lemme ?

Toujours d’après D. Porte :

« Les rives en sont escarpées (Florus) ; celles des ruisseaux d’Alise sont de douces et plates prairies. »

Comme César ne suffit pas à nous éclairer, D. Porte convoque Florus. Le problème, c’est que Florus, auteur du second siècle après J.-C., confond tout de même Alésia et Gergovie, et n’évoque pas les rives des rivières, mais les « rives escarpées » d’une étrange Gergovie :

« Attaquant alors les villes qui constituaient les bastions mêmes de la guerre, il enleva Avaricum avec ses 40.000 défenseurs, rasa par le feu Alésia, que soutenaient 250.000 hommes en âge de porter les armes. Mais c’est autour de la Gergovie des Arvernes que porta tout le poids de la guerre. En effet, tandis que 80.000 hommes défendaient cette très grande ville, grâce à son rempart, à sa citadelle et à des rives escarpées, il l’entoura d’un retranchement de pieux, d’un fossé et d’une rivière détournée dans le fossé, en plus de cela de dix-huit fortins et d’une énorme palissade, et la dompta d’abord par la faim, puis l’écrasa devant le retranchement et au milieu des pieux lorsqu’elle osa tenter des sorties, enfin il l’obligea à se rendre ». (d’après la traduction donnée dans l’ouvrage d’A. Berthier et A. Wartelle, Alésia, Nouvelles éditions latines, Paris, 1990, p. 65).

Comme à son habitude D. Porte cherche à faire correspondre les textes avec le site de Chaux au mépris de toute analyse sérieuse de ces textes et sans évidemment les traiter avec le recul critique nécessaire. Florus est ici un auteur peu fiable qui confond les différents sites de la Guerre des Gaules et particulièrement Gergovie et Alésia : quant à l’Alésia qu’il décrit, on se demande bien avec quelle ville il la confond.

On s’étonnera d’ailleurs que les défenseurs du site de Chaux-des-Crotenay oublient de citer les auteurs antiques qui confirment une localisation à Alise : d’abord Pline l’Ancien qui décrit précisément la maîtrise, par les artisans d’Alésia, de techniques métallurgiques dont l’existence a été attestée sur le site d’Alise et ensuite Strabon qui fait des Mandubiens un peuple « proche » (homórou) des Arvernes ou « de connivence » avec eux (homonoû) (cf. : A. Berthier et A. Wartelle, Alésia, Nouvelles éditions latines, Paris, 1990, p. 63, d’après la restitution philologique de l’abbé G. Villette, Dossiers de l’Histoire, 40, 1982, p. 36), ce qui rend plausible la présence de Vercingétorix dans leur murs mais éloigne d’autant le site hypothétique du plateau de Champagnole, où aucun signe ne prouve la présence d’un tel peuple indépendant des Séquanes et proche ou allié des Arvernes. On rappellera à toutes fins utiles qu’Alésia n’est pas un oppidum des Séquanes, mais bien des Mandubiens, comme le précise César lui-même.

Nous livrons aux lecteurs cette vue des escarpements qui bordent le plateau de l’Auxois sur le versant sud : nous proposons à nos pseudo-experts militaires de tenter d’approcher et d’escalader ces falaises sous les tirs de quelques défenseurs.

Les ressources en eau des assiégés d’Alésia

Une autre technique des défenseurs du site de Chaux-des-Crotenay consiste à travestir les arguments scientifiques et à les remettre en cause soit par ignorance, soit par malhonnêteté intellectuelle.

« Des sources ont dû jaillir miraculeusement depuis que L. Matruchot, cité par Victor Pernet (pro Alesia, 1, 1907) signalait une seule source sur le mont Auxois, P.-M. Duval précisant qu’il fallait chercher de l’eau au bas des pentes (Archeologia, 24, 1968). »

Comment accepter que l’on compare ainsi les résultats de l’article de Christophe Petit, géologue et archéologue, aujourd’hui professeur d’université, et de Jonhattan Vidal, alors doctorant, portant sur l’eau à Alise-Sainte-Reine, au terme d’une campagne d’étude utilisant une grande rigueur scientifique (cf. : Jonhattan Vidal et Christophe Petit, « L’eau sur le site d’Alésia : la contrainte hydrogéologique lors du siège de 52 av. J.-C. », Revue archéologique de l’Est, Tome 59-1, 2010, mis en ligne le 05 janvier 2012. URL : http://rae.revues.org/6500.), avec un texte daté de 1907 dont on ne retient que l’information de l’existence d’une seule source sur le Mont-Auxois ? De toute évidence, nos experts n’ont pas lu l’article ou, s’ils l’ont lu, n’ont pas compris l’argumentaire détaillant les ressources en eau des assiégés et des assiégeants. Cet article est en ligne et tout lecteur curieux peut juger sur pièces.

Le lexique césarien des installations militaires : castra, castella, praesidia

Nous laissons les lecteurs relire César que nous avons abondamment cité. Ils vérifieront que les légions ne stationnent pas dans les « camps », mais sur l’ensemble du dispositif du siège. Danielle Porte nie ici tout simplement la réalité du texte césarien. Rappelons à notre latiniste émérite la leçon instructive de Georges Macherat à propos du lexique des retranchements césariens :

« Notre conception courante des camps établis par César (ou par ses lieutenants) est assez fausse. Elle ne correspond pas à la réalité parce qu’elle repose sur la notion du « camp romain » qui nous a été suggérée par Polybe, Végèce et leurs commentateurs. Ce que César désigne par le mot « castra » s’avère [p. 84] beaucoup moins simple : c’est, à l’ordinaire, un ensemble complexe et savant où la régularité cède le pas devant l’utilisation judicieuse du terrain, les portées de tir et les exigences de la situation. Employée dans un sens général, l’expression « castra » concerne un groupe d’enceintes de différentes dimensions, séparées les unes des autres, ou réunies à l’intérieur d’une autre enceinte plus grande, défendue, suivant les cas d’espèce, par une ou plusieurs lignes de contrevallation. De l’enceinte principale part un réseau de valla secondaires, tenant lieu de « boyaux » et appelés brachia, qui assurent sa liaison permanente, non seulement avec les autres lignes mais avec tous les ouvrages extérieurs, gravitant autour d’elles (sources, turres isolées, burgi, præsidia, castella, autres camps, etc.). »

L’énoncé de D. Porte, page 19 de l’argumentaire d’ArchéoJuraSites, est strictement incompréhensible. Le camp C de Labiénus se trouve sur la montagne de Bussy, et le camp nord sur le Mont Réa, dans un endroit pour l’instant indéterminé du fait de l’impossibilité, pour les archéologues d’accéder à la plus grande partie de la zone. Si du matériel archéologique a été trouvé sur le Mont Réa, il a été, pour l’instant, impossible d’y conduire des fouilles sérieuses. D’autre part, Labiénus ne se rend pas au camp nord avec 44 cohortes, comme l’affirme D. Porte, mais avec seulement 6 : « Quand il apprend cela, César envoie Labiénus avec six cohortes au secours de ceux qui sont en péril » (B. G., VII, 86). Les 39 autres cohortes ne viennent pas de l’arrière, mais des postes voisins des combats de la montagne nord : « (Labiénus) rassemble trente-neuf cohortes, qu’il eut la chance de pouvoir tirer des postes voisins (ex proximis praesidiis) » (il se trouve alors déjà engagé dans la bataille du Réa). César lui-même apporte 4 cohortes provenant, là encore, non pas d’un camp mais d’un castellum : « il prend quatre cohortes au fort le plus voisin » (B. G., VII, 87). Aucune de ces 43 cohortes ne vient d’un camp militaire, mais bien des fortins dispersés sur la ligne de défense. Donc D. Porte se trompe : les légions n’occupent pas les « camps », mais les fortins situés entre les deux lignes de défense : un de ces fortins inédits a été mis en évidence dans la Plaine des Laumes par l’équipe dirigée par S. von Schnurbein. D. Porte n’est visiblement pas capable de lire et de comprendre le texte de César et nous renonçons à tenter de lui expliquer que César indique bien que les « camps » ne sont pas occupés par l’ensemble des légionnaires, lesquels se répartissent de fait sur l’ensemble des fortins des lignes de défense.

Alise : une occupation dans la longue durée

La tentative de D. Porte de discréditer les travaux des archéologues sur le site d’Alise est, comme d’habitude, parfaitement ridicule. Fabienne Creuzenet a parfaitement identifié le murus gallicus sur le site d’En-Curiot et elle l’a précisément daté du début du premier siècle avant J.-C. Par ailleurs, D. Porte ne semble pas comprendre que le site d’Alise est occupé de la Protohistoire (âge du Bronze) jusqu’au IVe s . ap. J.-C. : les vestiges que l’on y trouve datent donc de ces différentes époques et les structures défensives se construisent en réutilisant des éléments plus anciens. Ce qui n’a évidemment rien de bien original. Le murus gallicus de la Croix Saint Charles côtoie donc des structures de l’âge du Bronze et sera lui-même rénové au début du Haut-Empire (cf. : J. Joly, Le secteur de La Croix-Saint-Charles au mont Auxois, Mém. Com. Antiq. de la Côte-d’Or, XXVIII, 1972-73, p. 77-97.).

Le comble est évidemment atteint quand D. Porte cite, à l’appui de ses datations farfelues, A. Lerossignol. Ce dernier, bien connu pour les sites qu’il anime sur internet, appartient évidemment à la cohorte des soi-disant spécialistes de la question puisqu’il est … employé du secteur bancaire. À la différence des autres auteurs de « la Supercherie Dévoilée », on peut néanmoins lui reconnaitre sa lucidité :

« Le créateur du présent site ayant contribué à rédiger une courte synthèse archéologique dans cet ouvrage sur la situation d’Alise-Sainte-Reine (Alesia la supercherie dévoilée, Pygmalion 15 mai 2014), il tient à préciser :
1) Qu’il n’était pas au courant des travaux des autres contributeurs et qu’il n’est donc responsable que de ses propres écrits.
2) Que son étude, la première du genre, n’est évidemment pas un exercice aisé pour quelqu’un qui n’a pas de formation scientifique, ce qui est le cas ici.
3) Que cette étude, destinée de prime abord à un cercle restreint n’a pas été pensée pour un ouvrage grand public, elle est donc largement perfectible, tant sur la forme que sur le fond.
Enfin, il faut noter, qu’avant même la critique de la datation de -52 proposée pour Alise par les archéologues, la principale fonction de cette synthèse est, au contraire, de corroborer les conclusions de ces mêmes spécialistes sur la période concernée par l’événement. Pour faire simple, depuis les dernières fouilles, il n’est plus possible d’affirmer que le siège d’Alise-Sainte-Reine pourrait être gallo-romain (donc postérieur à la conquête de César). Toute autre interprétation reviendrait à supposer que les archéologues ont fait preuve d’amateurisme ou pire, auraient délibérément travesti l’ensemble de leurs conclusions. Ce type de raisonnement qui ne repose sur aucun élément scientifique défendable ne peut plus et ne doit plus être défendu. » Arnaud Lerossignol

Voilà qui devrait mettre un terme aux prétentions de D. Porte et consorts de donner des leçons de datation archéologique. On peut toujours discuter que l’Alésia de César se trouve à Alise mais pas qu’un siège militaire de grande ampleur s’y soit déroulé au milieu du premier siècle av. J.-C., impliquant des troupes romaines, gauloises et germaniques. À notre connaissance il n’en existe qu’un : celui d’Alésia et nous attendons toujours que nos détracteurs nous en fournissent un autre. En revanche, on peut signaler les recherches récentes à Uxellodunum et à Gergovie, deux autres sites césariens dont la localisation suscite également les polémiques, mais qui livrent des assemblages de mobilier, notamment de militaria, tout à fait comparables à ceux d’Alise-Sainte-Reine.

Alisiia ne saurait être Alesia, pas plus que Londres ne saurait être London

Le passage de D. Porte sur la toponymie est assez croustillant. La plaque de Martialis est en langue gauloise mais utilise des caractères latins. D. Porte montre que la ville s’appelle ALISIIA en langue gauloise. Les Romains et les Grecs la dénomment Alesia, ce qui lui pose problème. La belle affaire ! Alisiia ne peut donc, pour notre « spécialiste », être Alesia. Sans approfondir plus avant notre argumentation, il est douteux que notre experte de littérature classique trouve en Angleterre une ville nommée Londres ou, en Italie, une Rome et prétendra-t-elle, en contemplant Beograde ou Warszawa, que ces villes ne peuvent être Belgrade et Varsovie ?

On rappellera ici que la ville de Mauritanie désignée par Pline l’Ancien sous le nom de « Zilil » (N.H., V, 2) est nommée Zélis par Strabon (III, 1, 8) et Zilia par Ptolémée (IV, 1, 7), ce qui indiquera au lecteur que, malgré les affirmations de D. Porte, les toponymes antiques sont rarement fixés de manière assurée et varient d’une langue à l’autre, comme le rappelle à propos M. Reddé, dans L’Archéologie face à l’imaginaire. Nous l’invitons d’ailleurs à comparer les terminologies utilisées par Ptolémée et celles de l’itinéraire d’Antonin pour mesurer les écarts entre les différents toponymes.

Site topographique d’Alésia et retranchements césariens

P. 16, D. Porte se borne à répéter ce que nous affirmons.

« Nous prétendons que rien ne correspond [à Alise] à la description que César donne du lieu du siège, que les textes ont été trop souvent omis ou transformés par les historiens, que les péripéties du siège ne peuvent se replacer sur le site officiel, que le relief n’a rien à voir avec celui qu’on peut imaginer d’après la Guerre des Gaules (B.G.) et que bien des détails heurtent le bon sens élémentaire. Michel Reddé confirme lui-même la discordance entre le texte de César et le site d’Alise : “L’archéologie montre à l’évidence que cette description [= de César] ne correspond, pour l’instant, à aucun des secteurs explorés : les systèmes défensifs romains varient d’une ligne à l’autre, d’un point à l’autre du site, parfois à quelques centaines de mètres de distance” (M. Reddé, Rapport de fouilles, p. 125). Rien d’extraordinaire n’a été découvert depuis la publication de 2000 puis celle de 2003.»

Personne n’a jamais contesté que la réalité des vestiges des aménagements du siège ne correspond pas exactement à la description textuelle de César. Nous l’avons écrit, nous le répétons. Ce décalage entre le texte et le terrain s’explique d’abord par le fait que, comme tous les militaires, les Romains s’adaptent à la réalité du terrain et par le fait que la description de César reste un modèle qui se décline sous différentes formes, ce qui d’ailleurs n’a rien d’étonnant et se vérifie sur d’autres champs de bataille. Par ailleurs, il est pénible de constater que D. Porte biaise le débat en confondant la description de la topographie d’Alise qui, comme nous l’avons montré, correspond point par point à la description de César, et la question de l’organisation des défenses qu’évoque M. Reddé, cité de façon malhonnête par D. Porte. Comme tous les systèmes de siège mis en place par la poliorcétique romaine, on a affaire à des dispositifs qui évoluent dans le temps et dans l’espace, avec des reprises de tracé, des dispositifs temporaires, d’autres abandonnés, etc. Il est donc impossible que, durant un siège de plusieurs mois, le dispositif idéal décrit par César se retrouve strictement à l’identique sur le terrain. Ce n’est pas propre au siège d’Alésia et parfaitement connu de tous les spécialistes d’histoire militaire.

Alésia, « métropole des Gaules » ? Que César ne l’a-t-il écrit !

P. 15 du contre-argumentaire, D. Porte tente de nous expliquer que la description d’Alésia par César diverge de celle de Diodore, parce que le premier ne s’encombre pas de fioritures, et de citer comme exemple le fait que, dans sa description de Gergovie, César ne décrit pas un lieu de culte situé au sommet du Puy de Dôme, soit à près de 14 km du théâtre de l’événement qu’il relate :

« Il est vrai aussi que César ne s’encombrait pas de fioritures pour étoffer son propos militaire. Aucun romantisme ne vient enrober son récit. Quand il décrit le site de Gergovie avec son jugum, ses collines successives, il ne prend pas la peine d’indiquer ce haut-lieu de culte gaulois – où sera découvert un temple à Mercure – qu’était la montagne du Puy-de-Dôme et sa chaîne de volcans. Celle-ci barre pourtant l’horizon en arrière de Gergovie et peut servir de repère à des dizaines de kilomètres à la ronde. »

On se demande bien pourquoi César dans sa rapide description du site du siège de Gergovie évoquerait une montagne qui n’a strictement aucun rapport avec la bataille en cours et qu’il n’ira pas occuper. D’autre part, il n’y a strictement aucun haut-lieu de culte gaulois sur le Puy-de-Dôme, le temple de Mercure n’ayant été construit qu’après la conquête romaine, près d’un siècle après le passage de César et si une présence gauloise a été identifiée avant la conquête, sous forme de monnaies gauloises, elle n’est qu’épisodique et n’a strictement rien à voir avoir avec un « haut-lieu de culte ». Donc César ne décrit pas les temples du Puy de Dôme parce que ce lieu si intéressant pour les courses cyclistes n’a aucun rapport avec le siège de Gergovie et qu’il n’existe, à l’époque des faits, aucun temple au sommet du Puy de Dôme. Comme d’habitude Mme Porte étale son ignorance des réalités du premier siècle avant J.-C. et confond les époques.

Elle ne semble pas non plus capable de réaliser une analyse critique des textes pourtant à la portée d’un étudiant de Licence d’Histoire. César fait de la prise d’Alésia l’apogée de son commentaire de la Guerre des Gaules : la description du siège met d’ailleurs fin à la partie qu’il rédige lui-même. Le nombre de chapitres consacrés à Alésia est très supérieur à celui des autres batailles de la Guerre des Gaules, laissant croire que la guerre est terminée, la Gaule soumise et surexposant ainsi le rôle de Vercingétorix. On oublie ainsi un peu vite que la guerre durera encore plus d’un an avec d’autres sièges et d’autre batailles. L’objectif de la propagande césarienne est évident : César utilise Alésia pour valoriser sa victoire militaire et préparer son triomphe. Dans ces conditions, il est incompréhensible qu’il n’évoquât nulle part, pour magnifier ce haut-lieu de sa geste militaire, le fait qu’Alésia fût la métropole de toute la Gaule, ce qui en réalité est une invention de Diodore. Il n’y a pas en Gaule de métropole de toute la Gaule, car la Gaule unifiée inventée par Diodore et les autres auteurs méditerranéens, dont César, n’existe pas. Néanmoins, nous sommes satisfaits de découvrir que D. Porte ne nous explique plus qu’Alésia était une grande métropole religieuse, ce qui reste une pure invention de sa part, Diodore n’évoquant jamais cet aspect.

Retranchements césariens et technique LiDAR

Le passage 3.7 du contre-manifeste d’ArchéoJuraSites sur les défenses de César est un autre exemple d’approximation :

« La pratique du syllogisme semble être une constante dans ce dossier. En effet, l’architecture militaire romaine utilise différents matériaux de construction en fonction de la nature des ouvrages, de leur durée d’utilisation, de la nature du sol et des matériaux disponibles sur site. Ce n’est pas dans un contexte éphémère, comme peut l’être un siège, que l’on bannit systématiquement l’utilisation de matériaux pérennes comme la pierre. L’une des stèles de Lambèse n’atteste-t-elle pas la capacité des légions à construire un camp d’étape en pierre en une journée ? »

L’inscription de Lambèse qui livre le discours d’Hadrien de 128 ap. J.-C. (Corpus Inscriptionum Latinarum VIII, 18042, Bb) ne décrit pas la construction d’un camp d’étape, mais d’un terrain de manœuvre (campus) de la Legio III Augusta situé à l’ouest du « grand camp » qu’elle occupa à partir de 115-120 : il est donc délicat de le qualifier d’éphémère (cf. : Y. Le Bohec, Le pseudo « camp des auxiliaires » à Lambèse, Cahiers du Groupe de recherches sur l’armée romaine et les provinces, I, 1977, p. 71-85 ; II, 1979, p. 213 ; Id., La Troisième Légion Auguste, CNRS, Paris, 1989, p. 407-410 ; Id., L’architecture militaire à Lambèse (Numidie), Archäologisches Korrespondenzblatt, 38, 2, 2008, p. 247-262 ; M. Speidel, Emperor Hadrian’s speeches to the African Army. A new Text, 2007.).
Les structures attribuées à ce fameux « camp ouest » n’ont rien à voir avec un camp puisqu’aucun casernement n’y a été trouvé : on est ici en présence d’un terrain d’exercice. C’est d’ailleurs au centre de ce campus que fut retrouvée la colonne commémorative dont le piédestal porte le discours d’Hadrien aux soldats qui ont édifié un mur en pierres (murus) en un jour. La localisation même de ce monument commémoratif indique l’endroit où fut prononcée cette adlocutio et la fortification dont il est question dans le discours. L’allocution évoquée précise d’ailleurs que ce type de mur en pierre est d’habitude utilisé pour les quartiers d’hiver, donc sans rapport avec une structure éphémère. L’empereur souligne et salue lui-même la technique exceptionnelle que des légionnaires ont utilisée pour construire en pierre une fortification traditionnellement édifiée en mottes de gazon. Il est vrai que la technique adoptée est adaptée au terrain de Lambèse. Si les légionnaires de César avaient utilisé une technique aussi étonnante, pourquoi ne l’aurait-il pas signalé ?

Donc, finalement, la « stèle » de Lambèse décrit des manœuvres de l’armée romaine dans le piedmont septentrional des Aurès lors d’une visite de l’empereur : elle ne décrit ni une opération militaire dans un contexte de combat, ni la construction d’un camp d’étape. On cherche donc le rapport avec le contexte de la guerre des Gaules.

Néanmoins nous conseillons à M. Chambon de se mettre en relation avec son collègue M. Bernard Gay : il pourra ainsi répondre à la question que ce dernier nous pose dans Alésia, La supercherie dévoilée : « Avez-vous jamais essayé d’évaluer en termes pratiques les exigences en matériaux, en effectifs et en durée que comportaient les travaux décrits par César autour du Mont Auxois ? ». Visiblement ce retraité militaire n’a qu’une connaissance limitée des capacités des troupes romaines. Nos deux brillants « experts » pourraient ainsi s’entendre, l’un nous expliquant que les légionnaires ne pouvaient matériellement fortifier les lignes du Mont Auxois avec des mottes de gazon, l’autre nous expliquant à l’inverse qu’ils pouvaient parfaitement fortifier leurs défenses jurassiennes avec des murs en pierre.

Le site de Lambèse et le terrain de manœuvres de l’ouest
(Y. Le Bohec, La troisième légion Auguste, p. 408)

La longue description de M. Chambon invente des tours en pierre construites à partir d’une carrière dont rien n’indique qu’elle fût active à l’époque du siège d’Alésia. Le seul problème est que César ne décrit pas cette technique de construction mais celle, classique, des Romains qui consiste à construire le rempart avec les remblais issus des fossés. M. Chambon précise enfin, avec justesse, que la difficulté de l’usage de la technique LIDAR réside dans « la pertinence et l’expérience des opérateurs qui produisent le modèle numérique de terrain ». Nous compléterons cet avis judicieux en précisant que la même pertinence et la même expérience sont demandées à celle ou celui qui doit interpréter ces données : c’est bien ce que nous indiquions dans notre propos. Nous attendons toujours que M. Chambon publie ses analyses afin que nous puissions vérifier sa pertinence et son expérience dans ce domaine. Nous confirmons à M. Chambon que, malgré ses déclarations, il a bien contacté le laboratoire d’archéologie de Besançon, en l’occurrence Laure Nuninger, qui lui a effectivement proposé de participer au colloque de Bibracte, proposition à laquelle il a trouvé préférable de ne pas donner suite. 

Le vainqueur d’Alésia aurait dû être Vercingétorix

Une grande partie de l’argumentaire de nos zélotes consiste, de façon traditionnelle, à nous expliquer que Vercingétorix, brillant chef militaire, ne pouvait se réfugier sur le site d’Alise qu’ils jugent trop petit et incapable d’accueillir et de nourrir ses troupes, et qu’il avait préparé un piège remarquable et attaqué un César en déroute qui aurait donc pris la route des cols jurassiens. Tout ce discours ne repose sur aucun élément du texte césarien. Jamais César ne précise être contraint à la déroute : il a réorganisé son armée et vole au secours de la province transalpine. Jamais il n’indique son intention d’emprunter les cols jurassiens, et encore moins sa volonté de se rendre à Genève ; jamais il n’évoque un quelconque piège tendu par Vercingétorix alors que la révélation d’un tel stratagème n’aurait fait que valoriser sa victoire. Nous rappellerons d’ailleurs que son armée dite « en déroute » reste la plus importante force militaire jamais mobilisée par Rome dans toute son histoire en dehors des troupes que Trajan mobilisera lors de la conquête de la Dacie. Au contraire, César indique bien que Vercingétorix est mis en déroute :

« Après cette déroute de toute sa cavalerie, Vercingétorix qui avait disposé ses troupes en avant de son camp, les mit en retraite incontinent, et prit la route d’Alésia, ville des Mandubiens, en ordonnant qu’on se hâtât de faire sortir du camp les bagages et de les acheminer à sa suite » (B. G., VII, 68, 1).

L’interprétation de nos contradicteurs n’est que pure spéculation sans rapport avec la description de César. Enfin, précisons que, si brillant fût-il, Vercingétorix a perdu face à un adversaire très inférieur en nombre et ce, après un siège relativement court, ce qui indique bien que le lieu où il se trouvait ne lui permettait pas de tenir un siège long. La description de César montre bien que Vercingétorix dut faire stationner ses troupes en dehors de l’oppidum qui, de fait, est trop petit, ce qui est incompatible avec le site de Chaux-des-Crotenay qui, lui, pouvait les accueillir entièrement sans avoir à les faire camper sur des terrasses. On est donc très éloigné des choix réfléchis d’un grand stratège. Vercingétorix a perdu car il n’a pas compris que la donne avait changé après Gergovie. César avait assuré la jonction de ses légions, s’était doté d’une cavalerie supérieure à celle des Gaulois et, surtout, les Allobroges avaient brisé les assauts des Arvernes sur la Province qui, de fait, n’était plus menacée. En enfermant ses troupes dans un oppidum, Vercingétorix perdait tout l’avantage que représentait sa cavalerie et s’offrait aux performances de la poliorcétique romaine. Vercingétorix n’a pas perdu la guerre à Alésia dans le cadre d’un pseudo-piège qui s’avère, quoi qu’il en soit, bien inefficace, mais lorsqu’il a laissé le temps à César de réorganiser son armée.

Pour conclure, on rappellera que la localisation d’Alésia à Chaux-des-Crotenay est une escroquerie intellectuelle fondée sur le mensonge, l’imposture, la manipulation des textes antiques et la falsification des résultats de fouilles archéologiques. Le refus d’accorder l’accès aux archives numériques aux adversaires de l’hypothèse Berthier illustre la conception singulière du débat scientifique chez les dirigeants actuels de l’association ArchéoJuraSites et l’insigne faiblesse de leur argumentation. Ces archives ainsi que le matériel archéologique que l’association détient constituent en effet une bombe capable de pulvériser le mythe entretenu autour de l’hypothèse Berthier. ArchéoJuraSites adopte ici le comportement de l’Eglise médiévale, dissimulant le savoir, ne l’ouvrant qu’aux personnes désireuses de défendre A. Berthier et n’en communiquant que des bribes dont elle a assuré l’exégèse. La poursuite des conférences sur la théorie de l’Alésia jurassienne et des visites sur les sites reconnus par André Berthier permet d’entretenir le fonds de commerce de l’association qui prétend œuvrer pour une approche scientifique du patrimoine archéologique régional alors qu’elle défend essentiellement la mémoire d’André Berthier. On rappellera aussi que le déchaînement médiatique dont se plaignent les défenseurs de l’hypothèse Berthier est d’abord leur œuvre – il suffira pour s’en convaincre de compter le nombre d’articles que leur a accordé une presse plus que complaisante –, et singulièrement celle de Danielle Porte qui se répand dans son blog et dans ses ouvrages – l’Alésia jurassienne est visiblement une affaire juteuse – et se complait ensuite dans son rôle de victime outragée.

Aujourd’hui c’est à ArchéoJuraSites de faire un choix. Soit elle commet l’erreur de 1993, qui a entraîné le départ de Ch. Méloche et de J.-Y. Guillaumin, ce qui a mis fin à toute approche scientifique du site de Crans, soit elle accepte que Ch. Méloche termine le travail avorté par l’aveuglement d’A. Berthier et des élus de l’époque. Dans un cas, elle pourra continuer à se complaire à publier les ronéotypes complètement dépassés de l’Abbé Villette ; dans l’autre cas, elle permettra de faire réellement avancer la connaissance du peuplement de la région de Crans. Comme nous l’avons souligné, nous sommes prêts à fournir toutes les expertises et la logistique nécessaire à la réalisation d’une réelle publication scientifique sur cette zone : mais, à cette fin, il faut donner un accès libre et sans a priori aux données archéologiques trouvées à Crans.

Signataires

François Favory, historien et archéologue de l’Antiquité

Hervé Richard, paléoenvironnementaliste

Philippe Barral, archéologue-protohistorien

Yannick Favory, historien

Vincent Guichard, archéologue-protohistorien

Pierre Nouvel, archéologue de l’Antiquité

Michel Reddé, archéologue et historien de l’Antiquité

Anne-Marie Adam, archéologue-protohistorienne

Stephan Fichtl, archéologue-protohistorien

Emilie Gauthier, paléoenvironnementaliste-archéologue

Jean-Paul Guillaumet, archéologue-protohistorien

Luc Jaccottey, archéologue

Martine Joly, archéologue de l’Antiquité

Christophe Méloche, archéologue

Claudine Munier, archéologue de l’Antiquité

Laure Nuninger, géomaticienne, archéologue

Christophe Petit, géoarchéologue

Pierre Pétrequin, archéologue-pré- et protohistorien

Matthieu Poux, archéologue-protohistorien

Annick Richard, archéologue

Marie-Jeanne Roulière-Lambert, archéologue-protohistorienne

Matthieu Thivet, archéologue

Stéphane Venault, archéologue de l’Antiquité

Valérie Pichot, archéologue de l’Antiquité

Stefan Wirth, archéologue-protohistorien

25 archéologues répondent aux défenseurs de « l’Alésia » du Jura : la thèse de Chaux des Crotenay démontée une bonne fois pour toutes

A la suite de la passe d’arme entre Danielle Porte et 21 archéologues l’été dernier, les scientifiques enfoncent une bonne fois pour toute le clou des arguments scientifiques fondés contre la théorie de l’Alésia du Jura, défendue depuis maintenant une cinquantaine d’année par André Berthier, et ses successeurs éparpillés en diverses associations locales.

Ce débat sur la localisation du site de la bataille d’Alésia, ouvert au XIXe siècle, est désormais clos pour une majorité écrasante de la communauté scientifique internationale, mais demeure alimenté par le biais de tribunes médiatiques offertes aux défenseurs des sites jurassiens. Le principal moteur de ces tribunes : Franck Ferrand, considérant les universitaires comme des « mandarins » discrédités selon lui par « l’occultation des évidences ». Ce qui n’est pas sans toupet.

Dans la réponse finale de ces 25 archéologues et historiens dont je vous propose la copie ici même, l’ensemble des arguments des « pro-Chaux » sont minutieusement dépiautés et démontés, dans les règle de l’art, avec méthode, déontologie, et un esprit scientifique demeuré intact :

20 octobre 2016

Madame, Monsieur,

En juillet dernier, nous avons diffusé un texte intitulé « Alésia n’est pas dans le Jura » pour alerter les élus et le grand public sur les incohérences, les sur-interprétations, les mensonges des tenants de la thèse Alésia/Chaux-des-Crotenay.

Afin d’être totalement exhaustifs, nous avons voulu dans le texte joint revenir sur tous les arguments avancés par les défenseurs de Chaux-des-Crotenay pour montrer à quel point ces pseudochercheurs se trompent et trompent depuis des années le public, certains élus et certains journalistes. Nous espérons ainsi rétablir la vérité scientifique concernant ce site d’Alésia.

Plusieurs points sont abordés dans ce texte. Vous verrez ainsi que :

  • nous confirmons d’abord que l’oppidum du mont Auxois à Alise Sainte Reine et le siège militaire du Ier siècle av. J.-C. qui y a été révélé par l’archéologie correspondent bien à la bataille d’Alésia ;
  • les différents sites décrits à Chaux-des-Crotenay témoignent d’une occupation agricole de l’Antiquité tardive et de l’époque médiévale liée à la proximité de l’agglomération galloromaine du mont Rivel, puis à une seigneurie médiévale et non pas au site d’une bataille qui s’est déroulée au Ier siècle avant J.-C. ;
  • avant d’envisager des fouilles, il est nécessaire de conduire un travail historique sur les archives et les plans anciens afin de préciser l’histoire globale du site de Chaux-des-Crotenay.

Vous pourrez mesurer l’ampleur de la supercherie alimentée depuis des décennies par les associations de défense du site jurassien soutenues par Danielle Porte et Franck Ferrand. Plusieurs points sont disséqués dans le détail, ils concernent :

  • l’absence supposée de fouilles sur le site de Chaux où vous verrez qu’en fait André Berthier a bénéficié d’appuis politiques et logistiques très importants ;
  • les fouilles et sondages d’André Berthier n’ont découvert que des éléments du IIe siècle ou de la période médiévale, ce qui a été confirmé par tous les travaux archéologiques plus récents ;
  • les défenseurs du site de Chaux-des-Crotenay dissimulent sciemment des expertises de terrain qui confirment les analyses des archéologues et géologues réalisées depuis 40 ans ;
  • ainsi, au mépris de toute déontologie, ils ignorent volontairement les rapports de fouille et de sondages, font abstraction de la chrono-stratigraphie pour transformer des structures médiévales, modernes ou contemporaines en vestiges celtiques ou gallo-romains ;
  • ils tiennent un discours sans base scientifique, décrivant des pseudo-structures archéologiques sans apporter de preuve concrète ;
  • ils ne s’appuient sur aucune expertise scientifique et se contentent d’hypothèses anciennes qu’ils font passer pour des vérités historiques ;
  • ces personnes ignorent les progrès des recherches historiques et archéologiques des 30 dernières années ;
  • ils refusent de publier leurs théories dans des revues scientifiques reconnues comme ils refusent de communiquer leurs résultats lors de colloques nationaux et internationaux.

 

Nous vous invitons à prendre connaissance du détail de nos arguments dans le texte cidessous, en espérant clore ainsi un débat parfaitement vain et exaspérant pour la communauté archéologique française,  et nous restons à votre disposition.

 

Recevez, Madame, Monsieur, nos respectueuses salutations.

 

François Favory, historien et archéologue de l’Antiquité

Hervé Richard, paléoenvironnementaliste-archéologue

Philippe Barral, archéologue-protohistorien

Yannick Favory, historien

Vincent Guichard, archéologue-protohistorien

Pierre Nouvel, archéologue de l’Antiquité

Michel Reddé, archéologue et historien de l’Antiquité

Anne-Marie Adam, archéologue-protohistorienne

Stephan Fichtl, archéologue-protohistorien

Emilie Gauthier, paléoenvironnementaliste-archéologue

Jean-Paul Guillaumet, archéologue-protohistorien

Luc Jaccottey, archéologue

Martine Joly, archéologue de l’Antiquité

Sylvie Lourdaux-Jurietti, muséologue Claudine Munier, archéologue de l’Antiquité

Laure Nuninger, géomaticienne-archéologue

Christophe Petit, géoarchéologue

Pierre Pétrequin, archéologue-pré- et protohistorien

Matthieu Poux, archéologue-protohistorien

Annick Richard, archéologue

Marie-Jeanne Roulière-Lambert, archéologue-protohistorienne

Matthieu Thivet, archéologue

Stéphane Venault, archéologue de l’Antiquité

Valérie Pichot, archéologue de l’Antiquité

Stefan Wirth, archéologue-protohistorien

Le site de Chaux-des-Crotenay, mythe et réalités

À la suite des propos de Danielle Porte et d’André Alix, sans oublier les invectives gratuites et insultantes de Franck Ferrand, nous tenons à répondre aux principaux points abordés.

Nous pouvons d’abord rassurer A. Alix : l’ensemble des signataires a travaillé et travaille encore à l’interprétation du patrimoine régional. Certains d’entre nous ont consacré l’essentiel de leur carrière à des sites franc-comtois et bourguignons. Citons les travaux les plus connus de Chalain et Clairvaux-les-Lacs (39), Villards d’Héria (39), Mandeure (25), Autun (71), Bibracte (58-71). Visiblement A. Alix confond sauvegarde du patrimoine local et défense de la mémoire d’André Berthier.

On rappellera qu’on peut être archéologue, historien de l’Antiquité et capable de traduire du latin. Nous travaillons régulièrement sur des textes antiques et médiévaux et sur des corpus d’inscriptions latines. Enfin, il faut souligner que les deux chercheurs le plus souvent pris à partie par les partisans de la localisation d’Alésia à Chaux-desCrotenay (Michel Reddé et Christian Goudineau) sont des agrégés de lettres classiques, formés à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, pensionnaires de l’École française de Rome, et des philologues reconnus avant d’être des historiens et des archéologues.

Les sornettes des partisans d’Alésia à Chaux-des-Crotenay concernant le site d’Alise Sainte Reine      

L’oppidum d’Alésia

Porte affirme, dans La Voix du Jura du 1er septembre 2016, que les « 90 hectares (du site d’Alise) ne peuvent accueillir que 9000 hommes (Polybe) et (qu’)ils sont 95 000 nouveaux arrivants sur le Mont Auxois ». Cette affirmation suscite deux questions : pourquoi 90 hectares – en l’occurrence plutôt 97 – ne pourraient accueillir que 9000 hommes, et où Polybe évoque-t-il la question du peuplement des oppidums gaulois ? On rappellera que l’oppidum d’Alise fait partie des grands oppidums de Gaule, même si certains dépassent exceptionnellement les 100 ha comme Villejoubert, en Haute-Vienne, et Bibracte, en Saône-et-Loire et dans la Nièvre (200 ha au moment de sa fondation, par exemple).

En outre, il faut souligner que les calculs des partisans d’Alésia à Chaux-des Crotenay oublient une donnée essentielle : l’ensemble des effectifs estimés n’a jamais, d’après César, occupé l’oppidum en même temps. Au début du siège, les soldats de Vercingétorix campent devant les murs d’Alésia (« Au pied du rempart, tout le flanc oriental de la colline était occupé par les troupes gauloises, et en avant elles avaient creusé un fossé et construit un mur grossier de six pieds. » ; BG, 7, 69 (trad. L. A. Constans, Les Belles Lettres, 1926). C’est sur ces retranchements que les Germains en massacrent d’ailleurs un grand nombre et leur prennent leurs chevaux. (« Vercingétorix fait fermer les portes, pour éviter que le camp ne se vide. Après avoir tué beaucoup d’ennemis et pris un très grand nombre de chevaux, les Germains se replient » (BG, 7, 70 : trad. L. A. Constans, Les Belles Lettres, 1926). Ce qui aboutit logiquement à moins d’hommes et à moins de chevaux, sachant que les Germains avaient déjà largement éliminé les hommes qui avaient abandonné leurs chevaux : « Ils en tuent beaucoup ; un assez grand nombre abandonnent leurs chevaux pour tenter de franchir le fossé et d’escalader la muraille » (BG, 7, 70 : trad. L. A. Constans, Les Belles Lettres, 1926). Ensuite, Vercingétorix renvoie ce qui reste de sa cavalerie et fait entrer ses troupes dans l’oppidum, puis fait évacuer les civils et les malades, qui sont voués à un triste sort (BG, 7, 78). Nous confirmons donc que l’oppidum d’Alise n’a pas accueilli en même temps l’ensemble de l’armée gauloise et les Mandubiens, ce qui est clairement indiqué par le texte de César. Pourquoi Vercingétorix, s’il avait bénéficié du site de Chaux, aurait laissé ses troupes hors des remparts, les exposant ainsi aux raids des Germains ? On signalera aussi que le relatif manque de ressources du site du Mont Auxois explique sans doute la durée relativement courte du siège (l’estimation courante est d’un mois et demi). On rappellera pour comparaison qu’il aura fallu 15 mois à Scipion Emilien pour obtenir la reddition de Numance. On peut aussi se demander comment les charges de la cavalerie germaine auraient pu se dérouler dans les gorges des rivières du site de Chaux, la Lemme et la Saine, avant d’en escalader les pentes fortement escarpées.

On notera aussi que, pour D. Porte (Alésia. La supercherie dévoilée), les flancs du mont Auxois sont trop escarpés pour accueillir le camp de Vercingétorix, ce qui montre qu’elle connaît peu le site du Mont Auxois et particulièrement sa partie orientale sur lequel César situe le camp gaulois. Ici D. Porte fait preuve d’une mauvaise fois inadmissible lorsqu’elle cite les travaux de Joël Le Gall, dont elle utilise des phrases tronquées, et lorsqu’elle mélange des descriptions de différentes zones de l’oppidum. J. Le Gall distingue bien les zones où les falaises escarpées forment une défense naturelle imprenable, des zones qui sont encore aujourd’hui les accès routiers du site et qui possèdent des flancs plus accessibles équipés de voie d’accès. Ce sont surtout les flancs sud et nord qui possèdent des falaises. Les affirmations de D. Porte sont d’ailleurs contredites, dans le même ouvrage (Alésia. La supercherie dévoilée), par un de ses coauteurs, Bernard Gay, qui évoque des « flancs accessibles ».

On trouve d’ailleurs chez D. Porte d’autres affirmations stupéfiantes. Elle s’étonne que Napoléon III place le camps gaulois « à l’est de l’oppidum », On rappellera que c’est César qui affirme que le camp gaulois se trouve à l’est («tout le flanc oriental de la colline était occupé par les troupes gauloises » ; BG, 7, 69 (trad. L. A. Constans, Les Belles Lettres, 1926), que c’est le seul flanc où les pentes permettent l’installation des troupes et que, d’autre part, c’est à cet endroit que se trouvent les portes de l’oppidum. On rappellera aussi que ce flanc oriental réputé moins naturellement défendu a été barré par un murus gallicus du Ier siècle avant J.-C. dont les vestiges ont été retrouvés en fouille. Ce qui confirme parfaitement la description de César. On se demande, en revanche, comment un camp gaulois aurait pu occuper l’ensemble du « flanc oriental » du site de Chaux, étant donné sa longueur et ses pentes prononcées.

Plus étonnant, D. Porte trouve curieux que « les camps gaulois aient choisi l’arrière de la montagne, où s’était apparemment implanté l’habitat, plutôt qu’à l’avant, vide de construction même à l’époque gallo-romaine. S’il se passe quelques événements en front de plaine, il est impossible à ses occupants d’intervenir et même d’être avertis. » En premier lieu, nous rappellerons que la situation est identique sur le site de Chaux-desCrotenay. Le camp de Vercingétorix est, d’après César, forcément localisé à l’est, devant l’entrée de l’oppidum : étant donné le profil des pentes du site de Chaux, ce camp aurait été nécessairement placé assez loin de la fameuse plaine de Syam. Par ailleurs, malgré les affirmations de D. Porte, aucun habitat gaulois n’a été retrouvé à ce jour à l’est de l’oppidum du Mont Auxois, alors que les fouilles ont montré qu’un habitat groupé était implanté au centre de l’oppidum. D’autre part, D. Porte ignore aussi visiblement qu’à l’avant de l’oppidum, qu’elle considère comme vide, on a identifié, sur le site exigu de la fouille d’En Curiot, cinq maisons et un mobilier homogène très abondant : céramique gauloise et campanienne, amphores vinaires italiques, fibules… ainsi que les fragments d’armes en fer (pointe de flèche, éléments de fourreaux d’épées et de boucliers), le tout permettant d’affirmer que ce quartier, situé à une porte de l’oppidum, a été densément occupé au Ier siècle avant J.-C.

Nous constatons donc que D. Porte confond visiblement l’urbanisme de la ville gallo-romaine (qui occupe, entre autres, la partie orientale de l’oppidum) et l’habitat antérieur à la conquête. On trouve ce même type d’erreur dans les déclarations des défenseurs du site hypothétique de Chaux-des-Crotenay, qui affirment qu’il n’y a pas, à Alise, de peuplement antérieur à la conquête romaine et que l’on y a seulement retrouvé une ville gallo-romaine, donc postérieure à la conquête romaine (Jean Michel, secrétaire général de l’association ArchéoJurasites, dans Presse Pontissalienne, n° 201 : « Les fouilles effectuées à Alise-Sainte-Reine ont néanmoins révélé la présence d’une ville gallo-romaine datant du IIème siècle après J.-C. Mais cela ne confirme pas l’option bourguignonne »). C’est une affirmation étonnante pour un site daté par l’archéologie du début du Ier siècle av. J.-C., et dont le peuplement permanent est attesté dès 80 av. J.C. La création de l’oppidum d’Alise s’inscrit donc dans le mouvement général d’émergence de cette catégorie particulière de sites urbains (charnière des IIe-Ier s. av. n. è.), le floruit de l’occupation correspondant à La Tène D2 (entre 80 et 30 avant J.-C.), donc à la période du siège.

On constate enfin que le mont Auxois correspond bien à la description de César, « La ville proprement dite était au sommet d’une colline, à une grande altitude, en sorte qu’on voyait bien qu’il était impossible de la prendre autrement que par un siège en règle. Le pied de la colline était de deux côtés baigné par des cours d’eau. En avant de la ville, une plaine s’étendait sur une longueur d’environ trois milles ; de tous les autres côtés la colline était entourée à peu de distance de hauteurs dont l’altitude égalait la sienne » (BG, 7, 69, L. A. Constans. Paris, Société d’édition « Les Belles lettres, » 1926.) Une colline imprenable car tout simplement on ne peut en approcher des machines de siège, à la différence des autres places fortes attaquées par César ; elle est bien entourée de collines de taille équivalente (altitude de 380 m contre 400 pour le Mont Auxois), deux rivières coulent au pied de ses falaises et une plaine s’étend bien à l’avant (à l’ouest) de l’oppidum. C’est bien l’interprétation qu’A. Berthier fait du texte qui ne correspond pas au Mont Auxois et non pas la description lapidaire de César.

La ressource en eau

La question de l’eau a été définitivement tranchée en 2010 par Jonhattan Vidal et Christophe Petit : https://rae.revues.org/6500 : l’eau mobilisable par les Gaulois avec les moyens techniques de l’époque est en quantité largement suffisante sur le site de l’oppidum d’Alise.

Les objectifs de Vercingétorix

Alix s’interroge sur ce que Vercingétorix va faire à Alésia « Où Ph. Barral a-t-il lu que Vercingétorix se réfugiait sur l’oppidum d’Alésia. Le texte de César n’évoque pas le concept de fuite vers un refuge. C’est là que la thèse alisienne devient incohérente » (La Voix du Jura du 1er septembre 2016). Il semble évident que quelqu’un qui vient d’être mis en déroute, bat en retraite (retraite qui lui coûtera, d’après César, 3000 hommes) et gagne sans faire de pause l’oppidum des Mandubiens, a l’intention de s’y réfugier. On peut discuter pour savoir si ce repli était prévu dans le but de tenter à nouveau la manœuvre d’encerclement qui avait presque fonctionné à Gergovie ou si cette manœuvre sera mise en place après le début du siège romain : mais, après la défaite de sa cavalerie, Vercingétorix fuit vers un oppidum, talonné par César. Quelle que soit la suite des évènements, Vercingétorix vivra cette dernière bataille réfugié dans son oppidum et en sacrifiant les civils, qu’A. Alix le veuille ou non. Quoi que l’on pense de la stratégie de Vercingétorix, on voit peu en quoi le fait de dire qu’il s’est réfugié à Alise rendrait la thèse alisienne incohérente. On notera qu’un confrère d’A. Alix, J. Michel, indique, dans ses présentations de conférence, que Vercingétorix se « replie » sur Alésia.

Le camp du Mont Réa

Toujours dans la Voix du Jura, D. Porte localise le camp du Mont Réa en bas de la pente : « escalader les abrupts, pour parvenir au camp nord lorsque celui d’Alise est installé au pied de la colline ». Les fouilles de 1997 ont invalidé l’interprétation des vestiges de ce pseudo-camp par les équipes du Second Empire. Cette remise en cause des certitudes de D. Porte a justement été effectuée par un des signataires de notre courrier. L’acharnement de D. Porte à localiser un camp au pied du Mont Réa est étonnant de la part de quelqu’un qui assure avoir « étudié tout ce qui concerne Alise » (Le Progrès, 11 août 2016) et qui, visiblement, ignore les principales publications sur cette question. Acharnement d’autant plus étrange que, dans sa contribution publiée dans Alesia, la supercherie dévoilée, elle affirme, avec raison, que ce camp n’existe plus, « Fort bien. Le camp du Réa n’existe plus. Mais pourquoi conserve-t-on alors, les fossés qui l’entouraient (…) Bien sûr ils sont bien étranges ces fossés sans camp ». Nous pouvons rassurer D. Porte qui s’étonne de l’absence de camp, mais note ironiquement la présence de fossés, en lui précisant que ces fossés sont ceux de la circonvallation et de la contrevallation, ainsi qu’un dispositif inédit (fossé et défenses avancées), probablement attribuable au tout début du siège.

Le camp du Mont Réa évoqué par César et localisé sur les pentes du Réa n’a, à ce jour, pas été identifié (ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas), mais les hypothèses des équipes napoléoniennes qui ont identifié un secteur potentiel à mi-pente n’ont pas pu être confirmées par manque d’investigations récentes[1]. Les sondages réalisés dans les pentes du Mont Réa ont mis en évidence un seul fossé attribuable au siège césarien, au demeurant très arasé par les processus d’érosion liés aux pratiques culturales modernes.

Le modèle polybien du camp romain

Le recours au modèle des camps romains de Polybe présente le même type d’approximation. D. Porte s’appuie sur une description des camps romains par un auteur mort vers 126 av. J.-C., soit plus de 70 ans avant la conquête de la Gaule. En outre Polybe y décrit des camps d’étape d’une armée en déplacement, et n’évoque en aucun cas la question de camps construits dans le cadre d’un siège. D’autre part, César ne donne pas les dimensions des camps implantés autour d’Alésia. On sait qu’il a fait construire 23 postes (praesidia) répartis sur l’ensemble des fortifications pour les surveiller. Si tous ces postes avaient eu la taille des camps évoqués par D. Porte, César aurait alors disposé de plus de 12 légions. Les troupes romaines ne sont pas concentrées dans quelques camps de type polybien, mais dispersés sur l’ensemble du réseau défensif : « Labiénus, voyant que ni terrassements ni fossés ne pouvaient arrêter l’élan de l’ennemi, rassemble trente-neuf cohortes, qu’il eut la chance de pouvoir tirer des postes voisins » (BG, 7, 87 : trad. L. A. Constans, Les Belles Lettres, 1926). Il est donc plus qu’aberrant de chercher des camps pouvant contenir plusieurs légions alors que Labienus tire l’équivalent de quatre légions des seules garnisons installées à proximité de la dernière bataille. César a très logiquement déployé ses troupes sur l’ensemble des fortifications et ne les a pas concentrées dans un nombre réduit de grands camps.

Le discours césarien

Concernant le récit de César, personne d’entre nous n’affirme qu’il ment : en revanche, il faut constater qu’il est très imprécis et pas seulement dans le cas d’Alésia. C’est d’ailleurs ce qui suscite les débats et les polémiques. Les imprécisions les plus importantes concernent ses temps de trajet : il est impossible de localiser Genabum (Orléans) si on respecte les temps annoncés par César dans la Guerre des Gaules. De même la description des sites est souvent vague dans la plupart des ouvrages de César : la description topographique de César ne suffit pas plus à identifier le site de Gergovie, par exemple. César décrit la citadelle de Vesontio (Besançon) comme une « montagne » de grande altitude (mons, -tis)[2] alors qu’elle culmine royalement à 370 m, soit 100 m de dénivelé à partir du pied de la colline, et soit moins que la « colline » (collis, -is)[3] du Mont Auxois (407 m), dont le sommet domine de 150 m la vallée de l’Ozerain.

Il en est de même au sujet des localisations : par exemple, dans le cas qui nous intéresse : « per extremos fines Lingonum… » (BG, 7, 66, 2). La simple préposition per possède une pluralité d’acceptions et J. Carcopino laisse, dans sa traduction, « à la phrase de César les apparences de l’ambiguïté » (J. Carcopino, Per extremos fines Lingonum, Revue des Études Anciennes, 1969, 71-1, p. 57-64). Ambiguïté d’autant plus compréhensible que cette zone extrêmement contestée entre les puissances locales (Séquanes, Lingons et Eduens) a été à l’origine de la Guerre des Gaules, les Séquanes appelant César à la rescousse pour les débarrasser de mercenaires germains recrutés pour prendre le contrôle de cette frontière. L’exploitation des différents textes (Strabon, César entre autres) confirme que le Val de Saône était une zone de conflits, dans laquelle les frontières sont mouvantes durant la première moitié du Ier siècle avant notre ère. (Fichtl 2009[4]).

En réalité, ce n’est pas le texte latin qui peut éclairer la localisation, mais la localisation qui permet de choisir comment traduire le texte de César. De fait, c’est un des intérêts majeurs des résultats des fouilles autour du Mont Auxois que de permettre de mieux comprendre comment César a construit son récit, comme l’a brillamment démontré Michel Reddé (Alésia : du texte de César aux vestiges archéologiques. In : Reddé Michel, et von Schnurbein Siegmar, dir. : Alésia et la bataille du Teutoburg : un parallèle critique des sources, Ostfildern 2008, p. 277-289).

Au final, César localise peu les évènements et les données topographiques sont donc extrêmement vagues. Comme cela a déjà été démontré (M. Reddé, Alésia. L’archéologie face à l’imaginaire, Errance, Paris-Arles, 2012, p. 111-116), le modèle théorique d’A. Berthier s’applique à une multitude de sites. Ces imprécisions ne sont pas contradictoires avec le fait que les généraux de César écrivaient à Rome et limitaient ainsi de possibles contre-vérités. Il est douteux qu’un déplacement opéré en trois jours au lieu de deux ou qu’un élément défensif soit plus ou moins espacé en fonction de l’endroit, ait pu être utilisé politiquement contre César. Il est aussi démontré (Michel Rambaud, « L’art de la déformation historique dans les commentaires de César », Lyon, 1953) que César utilise des procédés rhétoriques pour se valoriser, inquiéter le Sénat ou dissimuler certaines erreurs d’officiers dont l’appui familial lui est nécessaire. Sur ces questions, on attend avec impatience que D. Porte publie les témoignages des généraux de César qu’elle affirme posséder et avoir traduits (interview dans Le Progrès, 11 août 2016). Ces documents seraient du plus grand intérêt pour la communauté scientifique. En fait, il n’existe que quelques commentaires de Cicéron dans sa correspondance avec son frère Quintus, qui s’avère un bien piètre officier (Ch. Goudineau, César et la Gaule, Seuil, coll Points, 1990 ; rééd. 2000). En réalité, les sources évoquées par D. Porte n’existent pas.

À propos du témoignage de Diodore de Sicile sur Alésia

Commençons par présenter ce passage, extrait de la Bibliothèque historique, IV, 19 :

« Hercule donna le royaume des Ibères aux plus vertueux des indigènes. Quant à lui il se mit à la tête de son armée, et pénétra dans la Celtique ; parcourant toute cette contrée, il abolit des coutumes sauvages, et entre autres celle de tuer les étrangers. Comme son armée se composait de volontaires accourus de toutes les nations, il fonda une ville qu’il appela Alésia, nom tiré des longues courses de ses troupes. Un grand nombre d’indigènes vinrent s’y établir, et comme ils étaient plus nombreux que les autres habitants, il arriva que toute la population adopta les mœurs des Barbares. Cette ville est, jusqu’à nos jours, en honneur parmi les Celtes, qui la regardent comme le foyer et la métropole de toute la Celtique. Elle est demeurée libre et imprenable depuis Hercule jusqu’à nos jours. Mais enfin, Gaius César, divinisé pour la grandeur de ses exploits, la prit d’assaut, et la soumit avec le reste de la Celtique à la puissance des Romains. » (trad. Ferdinand Hoefer, Paris, Adolphe Delahays, 1851)

On note d’abord que l’essentiel du texte est un récit mythologique intégrant le grand héros civilisateur de l’Occident méditerranéen, Héraclès[5], procédé classique chez les auteurs grecs (Robert Turcan, Revue de l’histoire des religions, 187, 1975 : « Alésia aurait dû son nom aux courses errantes d’Héraclès qui l’aurait fondé, étymologie qui confirme l’importance du héros dans les interprétations gréco-romaines de la mythologie celtique »). Le texte se termine par une référence à la prise de la ville par César, avec d’ailleurs une erreur sur la façon dont César s’en est emparé. C’est un texte postérieur à la divinisation de César. Il est évident que Diodore ne connaît pas grand chose à Alésia. Son texte mentionne la ville, car elle a été rendue célèbre par les commentaires de César sur la Guerre des Gaules : Diodore invente donc un récit qui insère la ville dans la geste d’Héraclès en ajoutant des détails pour valoriser le site. Le problème est qu’il est l’unique auteur à citer ces éléments. Il est significatif que César n’ait pas signalé dans son texte le fait qu’Alésia était « la métropole de la Celtique et une grande place religieuse » (D. Porte), un type d’argument propre à valoriser sa victoire. Au contraire, il traite son cas en quelque mots lapidaires : « et prit la route d’Alésia, ville des Mandubiens (oppidum Mandubiorum) ». D’autre part, il est étonnant qu’une telle cité soit restée inconnue jusqu’à l’arrivée de César et après la conquête. La célébrité d’Alésia n’existe donc que chez Diodore qui est réputé comme un auteur peu fiable. (R. Turcan, ibidem, « Il faudrait connaître les sources de cette donnée pour l’apprécier à sa juste valeur (…) Le problème des sources de Diodore (Posidonius ? Timagène ?) méritait d’être posé »). On pourrait à la rigueur envisager l’hypothèse que ce texte, comme d’autres récits fondateurs, soit un témoignage mythologique d’une possible colonisation grecque au nord de Lyon mais, dans ce cas, il faudrait que D. Porte nous en apporte la preuve.

Néanmoins, nous ne suivrons pas D. Porte dans ses propos extravagants sur l’intervention des Cyclopes dans la construction des murs des cités grecques ou sur les obscurs « contemporains d’Hercule » : « En cela les murs de Chaux font très honorable figure à côté des constructions auxquelles les Cyclopes mirent la main. C’est précisément si on avait un murus gallicus autour de Chaux-des-Crotenay qu’il faudrait s’inquiéter : voilà qui affecterait à la ville une naissance autour du IIe siècle avant J.-C. … au plus tôt. En fait de métropole de toute la Celtique bâtie par des contemporains d’Hercule, on peut trouver mieux ». (L’imposture Alésia, p. 217). Nous voulons bien lire les ouvrages de D. Porte, mais on comprendra qu’il est compliqué d’avoir un débat scientifique avec quelqu’un qui possède un système de datation basé sur des récits mythologiques et qui pense visiblement, à la lire, que les Cyclopes ont existé. D. Porte, comme d’habitude, affirme de façon péremptoire des vérités qui ne sont que des hypothèses invérifiables, voire extravagantes.

Les vestiges du siège d’Alésia

Demeure la question des vestiges du siège qui ne correspondent pas toujours précisément à la description de César. On notera d’abord que d’éminents spécialistes comme R. Turcan  (http://www.persee.fr/doc/crai_00650536_1993_num_137_2_15213, p. 312), que D. Porte ne pourra accuser de ne pas connaître le latin, estiment que l’énumération par César de ses défenses s’en tient à des directives générales (haec genera munitionis instituit : BG, 7, 72), nécessairement variables dans le détail, selon le terrain à aménager. Sur une vingtaine de kilomètres, n’importe quel militaire comprend que l’on s’adapte en renforçant les points les plus menacés et en limitant les éléments défensifs quand ils sont moins nécessaires (défense naturelle). Ce point précisé, sur l’ensemble des zones fouillées à Alise, aucun piège ou élément défensif n’échappe à la description césarienne : c’est essentiellement leur association et leur organisation spatiale qui peuvent varier. Tout ceci est bien évidemment expliqué en détail dans les différentes publications liées aux fouilles de 1991-1997 que D. Porte est censée avoir lues. Il est aussi démontré que, dans certains cas, des fossés temporaires ont été aménagés pendant la période du siège. On observe aussi des repentirs (c’est à dire des corrections de tracés de lignes césariennes), qui indiquent clairement que le dispositif césarien est un système dynamique, en continuelle transformation, comme on peut s’y attendre logiquement dans la pratique d’un siège.

La question des monnaies

Franck Ferrand, le sémillant et papillonnant journaliste qui aime à se montrer en train de lire César dans le texte, assis dans une cabine d’hélicoptère (film de Canal+, 12 décembre 2008), fervent adepte de la thèse d’A. Berthier et compagnon de route de D. Porte, fait souvent référence à l’existence d’un mystérieux faux utilisé par les défenseurs du site d’Alise. En fait, les spécialistes du sujet savent bien que ce faux n’en est pas un, ou plutôt n’en est plus un, depuis l’étude de J.-B. Colbert de Beaulieu, le grand spécialiste de la monnaie celtique, à la fin des années 1960, et qu’en réalité, on est très loin d’un quelconque complot. Ce statère d’or n’est pas référencé dans l’ouvrage de Napoléon III publié en 1866 et n’a donc pas été utilisé comme preuve par l’empereur, ce qui est normal puisque l’Etat ne l’a acquis qu’en 1867 pour le verser au Musée des Antiquités nationales.

En 1866, Napoléon ne décrit que les fameux bronzes dits « obsidionaux ». Ces monnaies frappées avec les coins servant aux monnaies d’or sont en réalité façonnées dans un alliage de cuivre (laiton) et servaient de reconnaissance de dette, le possesseur pouvant les échanger contre des pièces d’or après la fin de conditions exceptionnelles, comme par exemple un siège ou une campagne militaire. Elles sont extrêmement rares et Napoléon III ne s’est pas rendu compte de l’utilisation qu’il pouvait en faire pour sa démonstration : mieux, ces monnaies ont été un moment sorties de la collection du musée (J. Harmand déclarant « il semble y avoir eu évanouissement de la monnaie de Grésigny aux Antiquités Nationales dans les dernières années du XIXe s. »), le statère d’or de 1867 remplaçant de façon absurde les monnaies de laiton jusqu’à leur re-découverte par J.-B. Colbert de Beaulieu dans les collections du musée. Comme d’habitude, dans ce dossier, il suffit de lire les résultats des recherches récentes. Depuis la fin des années 1960, le statère qui ne prouve rien a été sorti des collections d’Alise et les monnaies issues des fouilles de Napoléon III réintégrées à leur place.

Aujourd’hui, la très abondante collection monétaire d’Alise a été de nouveau expertisée et elle participe largement à conforter l’identification du site.

Comme d’habitude, les défenseurs du site de Chaux-des-Crotenay se contentent d’hypothèses dépassées et révèlent leur profonde méconnaissance des travaux récents (pour plus d’informations sur ce dossier, voir par exemple: Brigitte Fischer, Les monnaies gauloises du siège d’Alésia, Dossier d’Archéologie n° 305, Alésia. Comment un oppidum gaulois est entré dans l’histoire).

Les défenseurs du site de Chaux-des-Crotenay ignorent, dans la totalité de leurs affirmations sur Alise, les données récentes et les résultats de fouilles conduites dans les années 2000 : ils s’accrochent à des interprétations datant du siècle dernier, voire du XIXe siècle.

Que reste-t-il désormais du site de Chaux-des-Crotenay ?

Dans le dossier de la localisation d’Alésia à Chaux-des-Crotenay, on assiste à une réécriture de l’histoire, A. Berthier étant présenté comme un martyre persécuté par un obscur complot et qui aurait travaillé sans moyens, notamment sans micro-ordinateur, instrument effectivement relativement rare 15 ans avant son invention ! Cette description est étonnante quand on lit les synthèses de Jean Michel (fervent berthiériste), réalisées à partir des archives de l’association ArchéoJurasites. On se contentera ici de ces synthèses, l’accès aux archives Berthier étant refusé aux contradicteurs de son œuvre : ces archives, selon un procédé étonnant, ne sont ouvertes qu’« aux personnes qui s’intéressent positivement à la cause de l’inventeur du site Alésia-Chaux-des-Crotenay » (précision de Jean Michel, secrétaire général de l’association ArchéoJurasites) et interdites à toute personne ayant un lien familial avec un des signataires du manifeste des chercheurs de juillet 2016. Les collectivités territoriales, qui ont contribué aux 32000 euros de subventions dont l’association ArchéoJurasites a bénéficié en 2014, apprécieront[6].

André Berthier et le gouvernement français

On découvre, dans lesdites synthèses, un Berthier qui bénéficie d’autorisations de fouilles de ministres importants et de personnages influents du gaullisme, André Malraux, emblématique ministre de la Culture du Général de Gaulle, puis Jacques Duhamel, député du Jura, maire de Dole et Ministre des Affaires culturelles dans les gouvernements de Jacques Chaban-Delmas et Pierre Messmer. Il a obtenu des subventions reconduites par le Ministère de la Culture, puis des subventions d’Edgar Faure et du Conseil général du Jura (un million d’anciens francs) qui se sont ajoutés aux 200 000 anciens francs annoncés par les autorités archéologiques. Il a aussi bénéficié de la mise à disposition de tirailleurs marocains appartenant à une compagnie du 27e Régiment d’Infanterie, ainsi que d’une pelleteuse mécanique grâce à Pierre Messmer, alors ministre des Armées, et de relevés effectués par les Ponts et Chaussées, sans parler évidemment des appuis chez les archivistes, son corps d’origine. On passe aussi sous silence les sondages de l’été 1965 annoncés avec le soutien du 27e RI du Fort des Rousses et avec recours à un hélicoptère. Ce soutien de l’armée se vérifie encore sous la présidence de F. Mitterrand, quand un Mirage III-R de la base aérienne de Strasbourg effectue, en 1983, une mission photographique sur le secteur de Chaux-des-Crotenay. Nombreux sont les archéologues qui auraient apprécié, à la même période, de telles sollicitudes de la part de l’Etat et des autorités militaires. Ces soi-disant “petits sondages” de 1964 ont demandé une remise en état du site par l’entreprise A. Pernot de Champagnole qui a rebouché les cinq tranchées, et une indemnisation de l’agriculteur qui n’est pas parvenu à ré-ensemencer son champ. Cette indemnisation nécessite une intervention d’huissier en mai 1965 et l’intervention du préfet qui menace de prélever dans les subventions pour régulariser la situation (mentionné dans Jean Michel, Il y a 50 ans… 7 journées de fouille Berthier autorisées en 1965.)

Et tous ces investissements pour quels résultats ? Un rapport de fouille envoyé très tardivement et qui ne donne rien de probant, y compris pour les fouilleurs d’A. Berthier : « Le 3 janvier 1966, Albert Girard, son chef de chantier, accuse réception du rapport d’A.

Berthier, soulignant l’importance du gros mur (mur militaire) du camp des Sarrazins. S’il est globalement d’accord avec A. Berthier, il dit regretter qu’il n’y ait rien de “plus palpable et d’indiscutable” sur l’oppidum lui-même alors que les vestiges sur celui-ci ne demandent qu’à parler. » (dans Jean Michel, Il y a 50 ans… 7 journées de fouille Berthier autorisées en 1965). En fait, l’analyse des synthèses d’ArchéoJurasites montre le total amateurisme du projet : aucune investigation de terrain n’ayant été faite au préalable pour étayer la demande de fouilles, A. Berthier a perdu 26 jours de son mois de fouilles à faire des repérages qui auraient dû être effectués en amont. Dans ces conditions, il était bien évidemment impossible que les autorités archéologiques accordent des autorisations de fouilles et détachent une partie leurs maigres moyens de l’époque qui étaient mobilisés sur le site de Villards d’Héria, menacé par des travaux effectués par le Génie rural. Plutôt que de comprendre ces raisons et d’étayer son projet, A. Berthier décida de passer outre les autorités locales et d’utiliser ses propres réseaux.

Au début des années 70, les fouilles reprennent grâce à l’intervention de Bernard

Edeine, un archéologue confirmé, membre du CNRS, proche d’A. Leroi-Gourhan. Bernard Edeine a contribué par sa rigueur à faire de l’archéologie une véritable science qui s’appuie sur des protocoles précis et sur l’analyse des vestiges. Comme A. LeroiGourhan, il limite au maximum les hypothèses pour ne partir que des données des fouilles. Un personnage très éloigné des méthodes de D. Porte ! B. Edeine est, d’autre part, comme A. Leroi-Gourhan, un formateur qui a fondé l’Ecole internationale du Mont Joly, qui sera installée sur le site de Chaux entre 1969 et 1972. Les fouilles sont dans un premier temps refusées : A. Berthier fait alors jouer ses réseaux politiques et obtient le soutien du Président du Conseil Général (10 000 francs) et un hélicoptère de la gendarmerie. En août 1969, 25 stagiaires du Mont Joly s’installent dans le centre de vacances des Messageries Maritimes au hameau de Cornu : il y a là des physiciens, des géologues, des géomorphologues, des architectes, des photographes, des dessinateurs, des techniciens du CNRS et des étudiants. Ils conduisent toutes les expertises nécessaires à la mise en place d’un projet de fouilles, y compris des relevés photographiques en infra-rouge. Sur cette base, A. Berthier obtient du Ministre des Affaires culturelles une autorisation de fouilles pour l’été 1970. Face au manque de résultats probants, l’autorisation de fouilles est refusée pour 1971 mais, là encore, elle est acceptée par le Ministre des Affaires culturelles, Jacques Duhamel, ce qui entraîne la démission du Directeur des Antiquités historiques de Franche Comté, Lucien Lerat, agrégé de Lettres classiques, ancien pensionnaire de l’École d’Athènes, professeur d’Histoire de l’Art et d’Archéologie classique à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Besançon, en plein désaccord avec ces recherches.

Suite à la découverte en 1971 de nouveaux éléments lors de travaux de drainage, à La Grange d’Aufferin (Syam), une autorisation de fouilles est accordée pour l’année 1972 par Jacques-Pierre Millotte, qui a succédé à Lucien Lerat à la Direction des Antiquités de Franche-Comté. Elles sont, là encore, conduites par B. Edeine. Elles seront ses dernières, car un conflit éclate entre B. Edeine et A. Berthier sur l’analyse des résultats, le premier contestant les sur-interprétations des résultats. Il rédige un contre-rapport rappelant que l’archéologie « est l’école de la patience et de la ténacité ». La datation au carbone 14 réalisée par le laboratoire de Saclay montrera que les fosses, identifiées par A. Berthier comme des pièges de César (lilia), loin d’être romaines, datent des XIIe et XIIe siècles après J.-C. et correspondent à des pieux d’une structure agricole non identifiée. Les céramiques collectées lors des opérations de 1971 sont datées de la même époque. Mais comme nous l’avons vu, les berthiéristes s’embarrassent peu de chronologie. B. Edeine quitte alors le chantier en pleine fouille et ne procédera à aucune publication scientifique de ses travaux sur le site de Chaux.

D’autres archéologues connaîtront les mêmes mésaventures en tentant de collaborer avec A. Berthier. Le conflit entre Christophe Méloche et A. Berthier présente les mêmes caractéristiques : A. Berthier, au mépris de toute analyse du mobilier trouvé, transforme une grange médiévale en un édifice romain. Cette ultime dispute conduit à une grave crise au sein de l’association A.L.E.S.I.A, en 1993, A. Berthier refusant tout simplement de publier, dans le bulletin de l’association, les résultats et analyses de Ch. Méloche sur les éléments      découverts sur le site de Crans

(http://berthier.archeojurasites.org/content/lesecteurdelacotepoireetatdelarechercheetperspectives).

Ainsi donc, malgré le discours dominant des défenseurs du site hypothétique de Chaux-des-Crotenay, des fouilles ont bien été conduites dans ce village, et alentour, ainsi que de nombreux sondages. Des interventions sont d’ailleurs encore régulièrement conduites dans le cadre de fouilles de sauvetage commandées par l’Etat.

Des contrôles archéologiques récents

Contrairement aux affirmations péremptoires de D. Porte, le site de Chaux a bien été visité, à plusieurs reprises, par des professionnels.

En 1999, une équipe composée de Pierre Nouvel, alors archéologue bénévole et secrétaire de l’Association archéologique universitaire de Bourgogne, et de chercheurs de l’AFAN y a conduit des prospections. Ils n’ont récolté que du mobilier identique à celui trouvé par A. Berthier : l’ensemble est datable des IIe et IIIe s. après J.-C.

En 2001, un journaliste de Libération, Thierry Secrétan, accompagne deux archéologues anglais de l’université de Lincoln sur le site de Chaux : étrangement, ce rapport n’est pas rendu public par les partisans du site de Chaux.

http://www.liberation.fr/cahierspecial/2001/08/18/syamlemystererestedanslechamp_374500. Il semble que la substance du rapport des deux archéologues anglais soit bien éloignée du discours enthousiaste de Th. Secrétan.

En 2008, une équipe d’archéologues suisses et français et de géologues français a expertisé le site de Chaux-des-Crotenay, à la demande d’ArchéoJurasites : le bilan est implacable et confirme les analyses des géologues des années 1960 (N. Théobald). Aucune des structures hors-sol présentées n’a de finalité militaire ou religieuse plausible, et n’est datable de l’Antiquité : l’ensemble relève de structures agricoles « récentes », le plus souvent liées à l’évacuation de pierres pour en débarrasser les champs. Certaines structures sont tout simplement naturelles. Pourtant ces structures continuent à être présentées comme des éléments d’un supposé oppidum ou d’une ville gallo-romaine. Rappelons simplement que rien ne prouve que les murs de Chaux-des-Crotenay soient militaires : ils sont liés à l’activité agricole comme ceux du pseudo-site de Gergovie aux Côtes-de-Clermont. Les novices sont souvent stupéfaits de ce que pouvaient réaliser les agriculteurs de l’époque moderne : http://www.cotesdeclermont.fr/Ascotpierresorigine.html.

En 2011, le matériel trouvé par A. Berthier a été expertisé par J.-P. Guillaumet, A. Desbat, S. Marquié, M. et J.-R. le Nézet. Le rapport d’expertise montre que le matériel trouvé ne date pas de la période du siège et qu’il ne présente aucun caractère militaire. Il est tardif (second siècle après J.-C., médiéval et moderne). Les pièces métalliques sont très tardives (XVIe-XVIIIe siècle après J.-C.) et pour l’essentiel caractéristiques d’objets perdus lors de travaux forestiers, de réparation de clôtures ou de rejets de fumures. La céramique expertisée, si elle atteste bien une présence gallo-romaine postérieure au Ier siècle après J.-C et donc, de fait, à la conquête romaine, est atypique pour un habitat : elle correspond sans doute à des dépôts éventuellement en lien avec la présence de la source voisine.

On constate donc que l’ensemble des travaux conduits sur le site de Chaux-desCrotenay ont invalidé les théories d’A. Berthier : absence de peuplement au Ier siècle av.

J.-C., absence de mobilier militaire, absence de traces de bataille. Des éléments qualifiés d’« anthropiques » s’avèrent purement naturels. On relève aussi la découverte de mobilier médiéval lié au château de Chaux et de l’époque moderne. Des sites prétendument galloromains, selon A. Berthier, se révèlent être en réalité des édifices médiévaux, etc.

 

Toute l’exploration scientifique du site de la Chaux-des-Crotenay conduit à montrer qu’A. Berthier s’est trompé sur toute la ligne. Son refus, au début des années 90, de reconnaître la réalité des résultats des opérations des fouilles et sondages conduites depuis les années soixante, ainsi que les expertises chronologiques des structures et du mobilier, a conduit à la scission de son association, à la dispersion du matériel découvert et à l’absence d’une publication scientifique des résultats, donc de fait à l’abandon du travail d’identification des vestiges mis au jour.

Nous notons que l’association Archéojurasites refuse de publier ces rapports alors qu’elle s’y était engagée. « Ils ont rédigé un rapport que nous publieront intégralement sous une forme qui n’est pas encore définie » (Lettre d’information ArchéoJurasites de janvier 2012). On attend encore cette publication.

Concernant la pseudo-statue de la « déesse Alésia »

Les affirmations de D. Porte dans la Voix du Jura sont comme d’habitude « chronologiquement confuses« . Si on tente de reprendre les choses dans l’ordre, la statue remonterait, selon elle, « vraisemblablement à bien plus loin dans le temps » que l’Âge du Bronze et relèverait « plus de l’art préhistorique que de l’art gaulois » ; elle aurait été réalisée par « des hommes de Cro-Magnon » et aurait été usée par le passage « de quelques milliers d’années« . C’est là un florilège rare d’ignorance.

Essayons donc de replacer chronologiquement la « statue » de D. Porte.

Il y a 24 000 ans, l’emplacement de la ville actuelle de Champagnole était recouvert de plus de 200 mètres de glace ; seul le sommet du Mont-Rivel émergeait de ce glacier. Le territoire de Chaux et des environs était donc lui aussi sous la glace. Le recul complet de ce glacier a été long. La végétation à caractère très boréal mettra longtemps à s’installer, limitant ainsi le développement de la faune et, par voie de conséquence, l’exploration de ces contrées par les chasseurs-cueilleurs (au passage, nous informons D. Porte que c’est à ces reconstitutions que servent les recherches en paléoenvironnement). Ainsi donc, dans l’état actuel des recherches, les plateaux du Jura et la Haute-Chaîne (sauf dans sa partie sud), sont vides d’occupations magdaléniennes (Magdalénien qui se termine il y a environ 12 000 ans) et, bien sûr, d’occupations plus anciennes. Les sites connus pour cette époque restent à basse altitude, dans les vallées (Doubs, Ain, Suran, Seille, Ognon…) ; dans le Jura, il faut citer Arlay et Gigny. Ces sites ont été très largement – et sérieusement – fouillés. Les seules preuves d’art se présentent sous la forme de quelques bâtons percés et des séries de stries sur des outils en os. Aucune gravure. Aucune sculpture. Et bien sûr, si des sculptures avaient été façonnées par des hommes avant cette dernière glaciation (ce qui nous projette au-delà de 70 000 ans, donc au-delà des formes d’art connues aujourd’hui), elles auraient été emportées par le glacier.

Pour la période suivante (Epipaléolithique-Mésolithique), qui voit se développer les dernières tribus de chasseurs-cueilleurs ayant fréquenté notre région, là aussi, les recherches menées jusqu’à ce jour démontrent que les plateaux jurassiens, s’ils étaient fréquentés, ne révèlent aucun site majeur d’habitat ; ce type de sites se retrouve encore à des altitudes plus basses. À cette époque aussi, les découvertes d’objets relevant de l’art sont très limitées, les plus connus et les plus proches du Jura étant les galets peints et les galets gravés de Rochedane (25). Quelques galets striés, quelques parures de coquillages et d’os sont également connus. Mais là encore, pas de sculptures.

La période suivante est le Néolithique. Pour se concentrer sur le Jura, de très nombreux sites y ont été fouillés. Les plus célèbres étant ceux de Chalain et de Clairvauxles-Lacs, proches de Chaux-des-Crotenay. À cette période, les représentations figuratives sont inconnues dans notre région. Il faut aller plus à l’est de l’Europe pour trouver des sculptures de petite taille représentant des personnages. La pseudo-statue de D. Porte ne peut donc être raisonnablement préhistorique, sauf à imaginer que D. Porte ait identifié un modèle unique qui mériterait une publication dans une grande revue scientifique.

La sculpture n’est en fait qu’une merveilleuse bizarrerie de la Nature. Le lapiaz est une formation géologique très commune – presque emblématique – sur le massif jurassien. Ces formations sont retrouvées partout sur le territoire de Chaux-des-Crotenay et de ses environs, comme le soulignent les rapports de visite de M. Campy, géologue, et de Ph. Curdy, archéologue, en 2008. La « statue » n’est que l’expression de ce phénomène géologique naturel. On trouve beaucoup de ces pierres en Franche-Comté et elles ont longtemps été utilisées pour décorer les jardins des pavillons des villages de la région.

Là encore l’ignorance de D. Porte sur ces éléments a entraîné de sa part des interprétations délirantes.

Une polémique conduite par des amateurs

L’ensemble du propos des défenseurs de la thèse de Berthier est soutenu par des amateurs, certes respectables, mais dépourvus de compétences spécifiques dans les domaines évoqués. F. Ferrand a un DEA d’histoire moderne sur Versailles et se contente de recycler des thèses éculées et complotistes, sans rien apporter de nouveau. La plupart de ses ouvrages est démonté par les différents spécialistes des périodes évoquées. L’historien Philippe Oriol, spécialiste de l’affaire Dreyfus, commente ainsi le chapitre de F. Ferrand consacré à cet événement : « En 2008, ce fut au tour de Franck Ferrand de nous donner son point de vue sur l’Affaire dans son Histoire interdite. Révélations sur l’histoire de France. En trente pages qui accumulent les approximations, les erreurs et les naïvetés (on notera le superbe : « cette pièce prendra le nom de faux Henry, ce qui nous en dit long, déjà, sur son authenticité… »), il reprenait la thèse du troisième homme, occasion de fustiger la « vulgate » de « l’histoire officielle. » Ph. Oriol conclut : « Nous voulons bien qu’il y eût un deuxième, un troisième, même un quatrième homme… Mais il faudrait pour cela développer une argumentation plus convaincante et, comme toujours, avoir une connaissance du dossier un peu plus sérieuse et retourner aux sources archivistiques » (http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Faffairedreyfus.com%2F2014%2F08%2F09%2Flhistoire-interdite-de-franck-ferrand-la-legendedu-troisieme-homme%2F).

  1. Porte est une latiniste sans compétences archéologiques (elle le reconnaît ellemême, ce qui ne l’empêche pas d’identifier des statues dans des blocs de calcaire brut !) et elle n’est entourée que d’amateurs dans le domaine. Elle définit ainsi leur méthode de travail : « Chacun a fait ce qu’il a voulu en fonction de ses propres compétences » (Voix du Jura du 15 mai 2014). Reprenons donc la liste de ses fameux « chercheurs et experts » : Éric de Vaulx (vétérinaire), Régis Sébillotte (retraité des sociétés autoroutières), Yannick Jaouen (chargé d’études dans le BTP), Bernard Gay (retraité de l’armée), Jacques Rodriguez (professeur au Conservatoire), René Marchand (journaliste de presse halieutique), Arnaud Lerossignol (secteur bancaire) et François Chambon (architecte), ce dernier s’étant auto-proclamé spécialiste du LIDAR.

Attardons-nous sur ce dernier qui a annoncé dans la presse avoir découvert par LIDAR des socles de tour du système défensif romain. Cette affirmation qui, comme d’habitude, n’a donné lieu a aucune publication sérieuse, est plus qu’étonnante puisque les tours considérées n’ont pas de socle. Comme César l’indique et comme cela a été vérifié par des fouilles, ces tours sont fichées dans le remblai qui sert de muraille, elles sont en bois et seuls les trous de poteaux qu’elles laissent permettent de les identifier. Ces trous sont invisibles par technique LIDAR. Ce qu’à la rigueur M. Chambon pourrait voir, c’est l’ensemble du rempart, mais pas des socles espacés de 24 mètres. Le LIDAR est une technique en développement, très compliquée à manipuler même par des professionnels et qui, quoi qu’il en soit, ne fournit aucune preuve si elle n’est pas confrontée à une grande connaissance des structures observables et surtout de l’évolution de leurs vestiges dans le temps. On notera que le laboratoire d’archéologie de Besançon, Unité Mixte de Recherche du CNRS, possède, dans le domaine des expertises LIDAR, une reconnaissance internationale et que, contactés par M. Chambon, ses chercheurs ont invité ce dernier à venir présenter ses résultats. Il n’a jamais donné suite.

Le cas de M. Chambon n’est pas isolé. Il est impossible d’aborder scientifiquement cette question avec des auteurs rédigeant les propos suivants : « Nous en sommes donc réduits à des extrapolations aussi laborieuses qu’aléatoires, fondées sur des observations contemporaines », B. Gay, La supercherie dévoilée. On ne construit pas un argumentaire scientifique avec des extrapolations laborieuses et aléatoires sans rien connaître des travaux conduits par les archéologues. Et que dire de l’analyse démographique de Yannick Jaouen, dans le même ouvrage, analyse qui extrapole la densité du Mont Auxois à partir d’une estimation du nombre de spectateurs lors d’un concert de …. Nolwenn Leroy donné sur l’esplanade Charles-de-Gaulle de Lille, et qu’il conclut ainsi : « Toutefois, j’en conviens, cette démonstration visuelle n’a rien de scientifique … ». On ne peut que partager son avis. On notera que, comme tous les « berthiéristes », Y. Jaouen décrète l’existence d’une ville au sens moderne du terme sur le Mont Auxois, ce qui montre sa totale méconnaissance du peuplement des oppida du Ier siècle avant J.-C.

L’essentiel des auteurs modernes cités par les partisans d’Alésia à Chaux-desCrotenay sont intervenus dans le cadre de débats stériles d’une autre époque où les seules sources exploitables étaient les textes antiques. Les contradictions entre les auteurs de l’Antiquité ont même conduit certains érudits à imaginer deux « Alésia », comme on avait un temps imaginé deux Cenabum (Orléans). Ce temps est révolu :

aujourd’hui l’archéologie n’est plus là pour valider des hypothèses d’historiens, comme le pense D. Porte, mais elle est capable de produire des informations solides et datées et des éléments d’analyse qui remettent en cause l’essentiel des connaissances anciennes sur les Gaulois. Balbutiante à la fin du XIXe siècle, elle est devenue une science à part entière, avec ses outils et ses méthodes propres.

 

L’ensemble du discours des personnes qui soutiennent la localisation jurassienne n’est fondé que sur des hypothèses sans aucun fondement historique et archéologique. « César va de Langres à Genève en passant par Chaux-desCrotenay », hypothèse invérifiable et très contestable. César écrit seulement qu’il se porte au secours de la « province » (la Transalpine, future Narbonnaise), sans préciser comment il compte s’y rendre. Tel amas pierreux devient un mur défensif, telle zone naturelle une esplanade militaire, sauf que les fouilles conduites n’y trouvent rien de militaire. « Le site de Chaux correspond au texte de César », alors qu’il ne correspond, comme d’autres, qu’à un modèle élaboré par A. Berthier. 

En conclusion

Nous notons que le discours sur l’absence de fouilles relève du mythe et qu’André Berthier a bénéficié, au contraire, d’appuis politiques, journalistiques et logistiques importants dans le contexte des années 60 et 70.

Que les fouilles et sondages d’André Berthier n’ont découvert que des éléments du IIe siècle après J.-C. ou de la période médiévale, ce qui a été confirmé par tous les travaux archéologiques réalisés depuis lors.

Que de pseudo-chercheurs tiennent un discours sans base scientifique, décrivant de façon poétique sinon fantaisiste des pseudo-structures archéologiques sans apporter aucune preuve concrète pour justifier leur affirmation.

Que les défenseurs du site de Chaux-des-Crotenay ne s’appuient sur aucune expertise scientifique et se contentent d’hypothèses anciennes qu’ils font passer pour des vérités historiques.

Que ces personnes ignorent les progrès des recherches historiques et archéologiques des 30 dernières années, alors même que celles-ci sont dûment publiées.  Que ces mêmes personnes dissimulent sciemment des expertises sur le terrain,  anglaises et franco-suisses (2008) qui confirment les analyses des archéologues et géologues français réalisées depuis 40 ans et qu’ils ne publient que de très courts passages, anodins, des expertises du mobilier réalisées (par exemple, par J.-P. Guillaumet, A. Desbat, S. Marquié, M. et J.-R. le Nézet, en 2011). Pire, malgré ces preuves évidentes, ils continuent, au mépris de toute déontologie, à présenter le site de la Chaux-des-Crotenay comme un site militaire du Ier s. avant J.-C. alors que les vestiges qui s’y trouvent sont agricoles et plus tardifs.

Ce culte du secret est caractéristique de personnes dépourvues de pratique scientifique, qui se satisfont de l’absence de rapport de fouille et de sondage détaillés, de l’absence de tout enregistrement chrono-stratigraphique, ce qui est commode pour transformer des structures médiévales, modernes ou contemporaines en vestiges celtiques ou gallo-romains, de l’absence de toute publication scientifique argumentée, catégorie de publication dont D. Porte et F. Ferrand sont parfaitement incapables, faute de formation adéquate, du moins quand ils évoquent le dossier d’Alésia.

 Pour toutes ces raisons, nous confirmons que les différents sites de Chauxdes-Crotenay témoignent d’une occupation agricole de l’Antiquité tardive et de l’époque médiévale liée à la proximité de l’agglomération gallo-romaine du Mont Rivel, puis à une seigneurie médiévale et donc au château de Chaux-des-Crotenay. Et qu’avant d’y envisager des fouilles, il est nécessaire d’y conduire un travail historique sur les archives et les plans anciens afin de préciser l’histoire globale du site. Ce qu’A. Berthier aurait dû effectuer avant d’investir de l’argent public dans cette aventure. Il est évident que les différents sites de Syam, Crans et de Chauxdes-Crotenay présentent un réel intérêt archéologique et historique, comme l’ont montré les rapports de Ch. Méloche, et qu’ils devraient faire l’objet non seulement de publications scientifiques, mais aussi d’une valorisation appropriée. Mais il faudrait, pour cela, monter un projet scientifique rigoureux avec des spécialistes des périodes concernées (médiévistes et modernistes) et cesser de faire croire que ces sites ont un quelconque rapport avec un siège militaire du Ier siècle avant J.-C. L’acharnement des défenseurs d’une Alésia jurassienne à nier la réalité des faits porte clairement préjudice à ces sites, qu’ils sont pourtant censés défendre, en empêchant tout travail scientifique serein dans cette zone.

  L’archéologie a en revanche démontré, dès 1861, que l’oppidum du Mont

Auxois avait été l’objet d’un siège militaire au milieu du Ier siècle av. J.-C. dont les vestiges nombreux, vérifiés à de multiples reprises par des techniques diverses (dont la photographie aérienne et des fouilles scientifiques de grande ampleur dans les années 1990), correspondent avec une grande précision à la description que donne César du siège d’Alésia. Quand on ajoute que le nom antique Alesia est attesté par plusieurs inscriptions gallo-romaines trouvées sur le mont Auxois, on comprendra que la communauté archéologique du début du XXIe siècle soit lassée de l’audience que la presse, et parfois même les pouvoirs publics, accordent aux élucubrations de Monsieur Berthier et de ses émules.

À lire : 

Grand public

Dossier d’Archéologie n° 305, Alésia. Comment un oppidum gaulois est entré dans l’histoire, Dijon, juillet/août 2005.

REDDÉ Michel, 2003. Alésia, l’archéologie face à l’imaginaire, Hauts-lieux de l’histoire, Errance, Paris.

Ouvrages et articles savants

GOUDINEAU Christian, 2001. Le dossier Vercingétorix, Paris, Actes Sud/Errance.

GOUDINEAU Christian, 2002. Par Toutatis ! Que reste-t-il de la Gaule ? Paris, Le Seuil.

REDDÉ Michel et VON SCHNURBEIN Siegmar (dir.), 2001. Alésia : fouilles et recherches franco-allemandes sur les travaux militaires romains autour du Mont-Auxois (1991-1997). Paris, Diffusion de Boccard (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ; 22).

REDDÉ Michel et VON SCHNURBEIN Siegmar (dir.), 2008. Alésia et la bataille du Teutoburg. Un parallèle critique des sources, Thorbecke, 2008.

REDDÉ Michel, von SCHNURBEIN Siegmar, BARRAL Philippe, BÉNARD Jacky, BROUQUIER-REDDÉ Véronique, GOGUEY

René, JOLY Martine, KÖHLER Heinz-Jürgen, PETIT Christophe, 1995. “Fouilles et recherches nouvelles sur les travaux de

César devant Alésia (1991-1994). Neue Ausgraben und Forschungen zu den Belagerungswerken Caesars um Alesia (19911994)”, Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 76, p. 73-158, pl. 25-38, cartes 1-10.

VIDAL Jonhattan et PETIT Christophe, « L’eau sur le site d’Alésia : la contrainte hydrogéologique lors du siège de 52 av. J.-C. »,

Revue archéologique de l’Est, Tome 59-1 | 2010, [En ligne], mis en ligne le 05 janvier 2012. URL : http://rae.revues.org/6500.

[1] Sur les flancs du Réa, différents indices laissent supposer l’existence d’au moins un camp, sur un faux plat sensible, au-dessus du « camp D », les fouilles du XIXe siècle y avaient mis au jour une structure très particulière, qui ressemble beaucoup à une clavicula, et du matériel militaire romain a été trouvé en prospection juste au-dessus. Plus à l’ouest, au-dessus des abattoirs des Laumes, différentes lignes brisées laissent supposer l’existence possible d’un grand cantonnement : là aussi la documentation de Stoffel est insuffisante (…)». M. Reddé, Alésia, L’archéologie face à l’imaginaire, 2003, p. 162.

[2]reliquum spatium, quod est non amplius pedum MDC, qua flumen intermittit, mons continet magna altitudine, ita ut radices eius montis ex utraque parte ripae fluminis contingant,” (BG, 1, 38).

[3]Ipsum erat oppidum Alesia in colle summo admodum edito loco.” (BG, 7, 69).

[4] Les peuples du Jura à l’époque de César, in Richard (A.) dir. – L’isthme européen Rhin-Saône-Rhône dans la Protohistoire, Mélanges Jacques-Pierre Millotte, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, Besançon, 2009, p. 361-367 (Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté 860, Environnement, sociétés et archéologie, 13).

[5] Jourdain Annequin C., Héraclès aux portes du soir. Mythe et histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1989.

[6] On est d’ailleurs en droit de s’étonner du soutien apporté à ces associations pro-Alésia en Franche-Comté, par certaines collectivités locales, pourtant dûment averties, à maintes reprises, par les autorités de l’Etat, voire par leurs propres services, du peu de crédit scientifique dont ces thèses sont créditées.

 

Enseignement et pratiques numériques : centraliser en ligne les questions des étudiants via Ask.fm

Récemment, j’ai évoqué sur Twitter une idée qui m’était venue quant à la façon de gérer les questions des étudiants. J’essayais durant mon séjour d’étude en Italie d’imaginer la recette que j’adopterais si j’étais enseignant en CM ou en TD à l’université, et notamment le point des questions des étudiants me bloquait : est-il mieux de dire aux étudiants qu’il peuvent couper le cours à tout instant pour poser des questions (plus humain, mais potentiellement chronophage sur le temps effectif d’enseignement) ? Ou bien de leur dire de venir en fin de cours (peu commode avec des salles utilisées en continu) ? Ou bien d’organiser une séance spécifique pour débroussailler milieu / fin de semestre les questions (qui laisserait de côté ceux qui ne peuvent pas y venir, et qui aurait lieu une seule fois, trop peux régulier pour être utile) ?

Rapidement je me suis aperçu que toutes ces méthodes avaient des défauts (ceux évoqués entre parenthèses), et notamment un : la difficulté d’archiver toutes ces questions pour qu’elles ne soient pas posées 10 fois, pour qu’elles soient accessibles à tous les étudiants (ceux qui ne peuvent pas venir au CM, ceux en contrôle terminal, ceux qui travaillent, ceux qui pour des raisons X ou Y ont manqué un cours ponctuellement). Comme tout enseignant débutant n’est lui non plus pas parfait, il fallait imaginer un système qui permettrait aussi à l’enseignant de s’offrir un retour sur lui-même et sa pédagogie par le biais des questions de ses étudiants.

Puis, l’idée est apparue spontanément : pourquoi ne pas créer une sorte de « chat » / live-FAQ qui permettrait aux étudiants de poser toutes les questions qu’ils veulent à l’enseignant, sans forcément interrompre le cours, tout en gardant une trace de toutes les questions pour d’éventuels absents du jour, et tout en permettant une forme d’anonymat pour débloquer les éventuelles « timidités scolaires » qui on le sait demeurent fortes dans notre système scolaire pour plein de raisons sur lesquelles je ne reviendrai pas. Passant en revue les plateformes existantes et à la mode sur les réseaux sociaux, mon choix s’est porté sur la solution « Ask.fm »

Le principe :

  • Ask.fm est un réseau social qui permet de poser anonymement ou non des questions à quelqu’un, sur n’importe quel sujet. Certain-e-s blogueu-r-se-s s’en servent couramment, à l’instar de curiouschat par exemple, pour répondre à leurs communautés de fans sur des points qu’ils n’abordent pas dans leurs vidéos / articles / timelines diverses.
  • Il suffit de s’inscrire en utilisant son adresse mail / facebook / twitter / gmail / etc. pour pouvoir disposer d’un compte, poser et répondre aux questions, qui une fois réponse faites apparaissent dans le « question feed » du compte.

L’application :

  • Créer un ask.fm correspondant au cours. Exemple : « Archéologie Romaine Paris 1 2019 »
  • Communiquer l’adresse du ask.fm aux étudiants par le biais : 1) de la brochure de cours 2) des EPI du cours 3) de vive voix lors du premier cours.
  • Créer une nomenclature des questions afin de pouvoir mieux retrouver / classifier. Exemple : faire intituler chaque question par le N° de séance concerné « CM 1 », « TD 6 », puis demander un type de question « Bibliographie », « Point non compris », « Oeuvre », « Aller plus loin », « Méthodologie » etc. etc.
  • Choisir un rythme de consultation – réponse des questions : une fois ou deux fois par semaine, ou bien au fur et à mesure chaque jour, tout dépend bien sûr du temps que ça prend.
  • La page ask.fm peut être partagée ou non avec les autres chargés de TD, ou avec les tuteurs, via un accès Login / Password commun, afin que tous – en concertation sur la teneur des réponses à fournir – puissent répondre aux questions.
  • A la fin du semestre, faire un document Word / PDF de toutes les questions posées, anonymisées, et les diffuser sur la liste mail de la promotion pour que tous les étudiants aient accès au résultat de la page Ask en consultant ses mails, ainsi les révisions s’en trouvent facilitées, orientées, mieux guidées finalement par le biais de l’outil.

Avantages et inconvénients :

  • Les avantages sont ceux évoqués plus haut : centralisation, archivage, diffusion possible, analyses statistiques et thématiques des questions possibles par l’enseignant a posteriori, anonymisation permettant à des étudiants timides et n’osant pas intervenir de le faire sereinement, sans se sentir « jugés » par leurs camarades. N’est pas incompatible avec le maintien des questions pendant le cours, avec possibilité pour les questions les plus longues / complexes de réorienter l’étudiant vers le Ask.fm pour pouvoir y répondre sans rogner sur le temps d’enseignement effectif. Permet de renvoyer l’étudiant à des liens internet de bonne qualité s’ils existent. Aucun troll possible, puisque les questions ne sont visibles que de l’administrateur du compte avant leur validation par la réponse. Ultime avantage : c’est quand même moins rébarbatif que de répondre à 85 mails commençant tous par Madame / Monsieur, et finissant par « bien à vous » sur une interface mail universitaire peu ergonomique dans 90% des cas. L’idée étant de créer un échange rapide, presque informel, proche de celui de l’intervention en cours, mais avec trace écrite.
  • Les inconvénients éventuels : bien sûr, ce transfert de charge peut déshumaniser le contact entre enseignant et étudiant, si la plateforme Ask.fm devient le seul vecteur d’interaction entre auditoire et orateur (ce que je ne conseille pas). Par ailleurs, il nécessite que tous les étudiants aient chez eux un accès à internet, ce qui est certes le cas d’une majorité écrasante, mais pas systématique cependant (ce pour quoi les accès internet des bibliothèques universitaires seraient rendus encore plus utiles).

Cette idée d’exploitation des réseaux sociaux comme outil pédagogique est bien sûr tout à fait libre d’usage, et j’encourage tous ceux qui voudront l’essayer à m’en fournir un retour d’expérience que je pourrai partager sur ce même carnet.

Sépulture et culture matérielle en Italie méridionale : fonctionnalité, « funeral kit » et modèles interprétatifs

Les sépultures constituent en archéologie des ensembles clos et des réservoirs à culture matérielle très efficaces. Associant un discours sur le mort, la mort et les vivants, dans un rapport complexe, elles permettent de mieux comprendre les réalités matérielles des sociétés, dont elles sont parfois – hélas – le seul témoignage. Cependant ce rapport entre la sépulture et son contenu est problématique, pas toujours linéaire : c’est un point que nous avions souhaité soulever durant nos recherches de Master sur la Lucanie antique. Pour ce faire, nous avions cherché à brosser rapidement l’état des théories et des débats sur la question.

L’objet de ce billet est donc de parcourir par petits sauts l’état des problèmes en archéologie funéraire en ce qui concerne : la place générale de l’objet dans la tombe, le cas particulier des funérailles dites « héroïques » dans l’Antiquité, le problème du « modèle aristocratique » dans l’interprétation des populations funéraires et enfin le problème du rapport entre pratiques funéraires, culture matérielle, et ethnicité des défunts. Ces quatre problèmes sont constamment présents dans l’archéologie classique, et constituent souvent des points très débattus.

o   Un rapport constant mais problématique à l’objet

La sépulture est un conteneur riche et intéressant pour entrevoir la culture matérielle. Ce fait est indéniable, et même s’il ne doit pas nous orienter vers des schémas trop mécaniques de réflexion, on ne peut omettre ce paramètre dans l’étude des faits funéraires. La sépulture, donc, est un ensemble clos (c’est à dire, dans le cas des sépultures individuelles non perturbées, qui ne contient que des objets antérieurs et/ou contemporains de l’inhumation), associant individu, objets, fonctions des objets, dans un discours organisé, comme le résume ce schéma, proposé par L. Baray en 2007.

Fun4

Que peut-on dire sur la société à partir des données de l’archéologie funéraire ? Trois questions différentes à différents niveaux de concept se posent : pourquoi les pratiques funéraires diffèrent ? Comment elles évoluent ? Comment ces pratiques, matérielles ou immatérielles traduisent un fait social (individuel, collectif, structurel) ?

La première précaution à prendre est de ne pas plaquer à des sociétés anciennes nos propres conceptions de modernes. Il apparaît par exemple désormais de plus en plus inutile de parler d’offrande quand les objets déposés appartiennent au mort avant le trépas. La notion de transformation du cadavre et de conversion de l’image du vivant dans l’image du mort n’induit en effet pas une rupture totale de la relation de propriété que l’individu avait avec ses biens ; dit autrement, mourir ne dépossède pas forcément un individu de ses possessions terrestres, c’est même parfois l’inverse dans les sociétés anciennes : certains objets semblent devenir impropres à l’héritage et à la transmission une fois un individu décédé. Laisser des objets au mort, dans la tombe, ce n’est donc pas nécessairement les lui offrir : il peut s’agir de les rassembler, de les sortir du champ du quotidien, car ils sont devenus impurs, notamment s’ils ont servi à l’embaumement (vases pour contenir des fluides corporels, vases ayant servi à l’ultime toilette). Il faut donc reconsidérer les fonctions supposées d’une catégorie d’objets omniprésente dans les tombes : la céramique, qui peut avoir été transformée par le rituel funéraire. Une oinochoé (cruche) par exemple peut avoir avant tout et surtout servi au rite d’inhumation (lavage du corps) et ne pas être un témoignage du banquet, quand bien même il s’agit d’un vase attesté en association avec le symposion en Italie méridionale dès le VIIe siècle av. J.-C. Il en va de même pour les chaudrons-phiales qui comme nous le verrons ont pu servir à faire bouillir des viandes non consommées.

Les catégories d’analyse de l’objet dans la tombe peuvent être résumées par plusieurs éléments : typologie, provenance, matériau, fonction. Typologie et fonction relèvent, indépendamment des deux autres critères, des fonctions du funeral kit. Le funeral kit est un outil théorique descriptif qui sert, en archéologie funéraire, à établir la liste des fonctions présentes dans les différents échelons du rituel funéraire, site par site, espace funéraire par espace funéraire, selon le sexe et l’âge du défunt. Le funeral kit place au centre de la réflexion l’aspect fonctionnel – et non plus la valeur – de l’objet au premier plan du raisonnement. Provenance et matériau sont, traditionnellement, lus selon le prisme de la richesse et/ou de l’acculturation de l’individu à une origine de l’objet. Or, comme l’évoquait Lévi-Strauss dans « La pensée sauvage », les « bricolages » culturels sont nombreux[1]. A fortiori, dans des régions telles que la Lucanie qui reçoivent très tôt des éléments de culture matérielle villanovienne, adriatique, grecque, les « bricolages » et transformations ne sont pas une exception, bien au contraire. Ainsi il en va de même pour les ceinturons utilisés comme trophée et associés à des cuirasses longues (alors que les ceinturons se portent avec des cuirasses courtes au combat) que pour ces casques apulo-corinthiens[2] issus d’une réinterprétation du casque corinthien classique (et qui se porte relevé sur le haut du crâne). Peut-on donc concevoir que ce qui préside au dépôt d’un objet dans une tombe c’est d’abord sa fonction dans un rituel donné, et non sa valeur intrinsèque ? C’est tout l’objet d’un débat qui se tient depuis plusieurs décennies au sein de la recherche, et qui prend bien sa place dans le cas des funérailles dites héroïques.

o   Un cas typique de l’Antiquité : rites héroïques – rites homériques. Deux versants d’une même question ?

Le rapprochement entre des pratiques funéraires « réelles », mises en évidence à partir de contextes archéologiques précis, et celles que l’on rencontre dans la poésie épique homérique n’est pas nouveau et est en fait un problème récurrent en archéologie classique, surtout quand il concerne des sociétés étroitement liées au monde grec, mais qui ne sont pas grecques. Le débat a été singulièrement réactualisé dans les années 1960 et 1970 à la suite de la mise au jour et de l’étude précise des tombes « princières » à Érétrie, en Eubée, à Chypre, d’une part et à Pontecagnano et Sala Consilina en Italie du Sud, d’autre part. Ces ensembles funéraires datent tous de la fin des âges obscurs et de l’époque archaïque, jusqu’à l’époque orientalisante, entre le XIè et le VIIIè siècle av. J.-C. et renvoyaient donc à un horizon chronologique supposé être celui de l’époque immédiatement postérieure à la guerre de Troie, jusqu’à l’époque même de composition des poèmes homériques. Ces travaux faisaient preuve d’une prudence extrême dans les hypothèses alors avancées. Il n’est pas sûr, selon notamment Pascal Ruby, que les notions convoquées de funérailles « héroïques » ou « homériques » aient été par la suite, et par d’autres auteurs, employées avec la même prudence ni avec la même pertinence.

« Si l’on voulait résumer la situation actuelle dans le domaine des études sur la protohistoire et l’époque archaïque de l’Italie centrale tyrrhénienne sans trop la caricaturer, on pourrait soutenir que les recherches ne parviennent pas toujours à se démarquer des travaux portant sur la Grèce ancienne, comme s’il fallait subir, aujourd’hui encore, les derniers avatars – positifs ou négatifs – de l’hellénocentrisme. Ainsi, une tendance récemment affirmée dans les études sur l’époque orientalisante se manifeste par l’appréhension de la société latiale (mais parfois également étrusque) comme une société «homérique». Dans certains cas, on va jusqu’à proposer une lecture dans des termes identiques pour des phénomènes propres à la période précédente, le premier âge du fer. À cette tendance s’oppose celle défendue par des chercheurs engagés, pour la plupart, dans des études sur des époques antérieures (l’âge du bronze en particulier) et dont le porte-parole le plus passionné est dans doute A. Guidi : «II est difficile de faire comprendre aux historiens, souligne-t-il, que les Grecs ne nous ont pas apporté, en même temps que leurs vases et leur alphabet, les cités et les mille autres caractéristiques d’une société stratifiée». »[3]

En suivant P. Ruby, pour tout archéologue impliqué dans une recherche sur le premier millénaire av. J.-C. en Italie, il conviendrait donc de s’attacher à mettre en évidence que les caractères structuraux des sociétés italiques (étrusco-latiales, apuliennes, oinotro-lucaniennes, campaniennes, ou d’autres) sont déjà en place ou en construction de façon embryonnaire dès le début du premier âge du fer, bien avant qu’un seul Grec engagé dans les « circulations » précoloniales n’ait pu entrer en « contact » (terme encore une fois univoque) même indirect avec les habitants de la péninsule italienne[4].

Il en résulte un débat nourri, et ce n’est pas un hasard si depuis les années 90 ce secteur d’études est parmi les plus dynamiques de l’archéologie italienne (en témoignent les développements sur la société « homérique » telle qu’elle serait représentée à Braida di Vaglio et à Torre di Satriano). Certaines interrogations nous sont donc permises[5].

D’un côté, si l’essentiel des aspects homériques retenus comme valides pour décrire la situation à Pontecagnano, dans le Latium ou l’Etrurie archaïques concernent le don (don d’objets par la circulation des biens de prestige, don de personnes par le mariage), n’est-il pas souhaitable, toujours selon Pascal Ruby, de dépasser ce comparatisme pour atteindre une analyse « anthropologique » de pratiques largement répandues dans des sociétés archaïques méditerranéennes[6] ?

P. Ruby[7] remet bien en question l’idée qu’entre rituel homérique et héroïque, les catégories fluctuent, soit de par nos considérations de modernes, soit de par la structure des typologies réalisées sur des exemples finalement rares, travaillées en reflet d’un texte homérique dont la datation et la composition varient. Ces variations qui d’ailleurs font clairement changer l’interprétation, comme Ruby le rappelle dans toute la généalogie et l’historiographie des approches de ce fait : sommes-nous face à des inspirations orientales ? Ou bien sommes nous face à une application stricte du récit homérique ? Ou enfin, s’agirait-il de considérer que le récit homérique imiterait un rituel déjà existant a priori ?

Pour la Lucanie et l’Italie méridionale en général, les questions sont nombreuses, et l’avatar de l’homérisme et de l’héroïsme funéraire se retrouve fréquemment « réinjecté » dans l’analyse des vestiges des nécropoles[8]. Quand il s’agit des époques archaïques, avant donc même l’époque « lucanienne », on tente de percevoir dans les rituels dits « oenôtres » des traces de la culture héroïque comme un produit de la colonisation grecque. Il n’en est peut-être tout à fait rien. Comme le remarque P. Ruby, l’influence orientale se ressent en Italie bien avant la colonisation grecque, et le paradigme même de la grécité des funérailles héroïques pourrait bien être sérieusement à repenser face à une approche plus globale, plus systémique, moins hellénocentrée, de l’origine de ces pratiques. Il s’agit tout simplement, à l’échelle de la « méditerranéisation[9] » chère aux auteurs des travaux les plus récents sur diverses productions matérielles, de l’émergence de la royauté, et des chefs de guerre, dont on trouve des traces de proche en proche jusque dans l’Anatolie hittite. En définitive, la lecture a priori héroïque des pratiques lucaniennes doit être pensée de manière plus formelle, avec un aspect typologique. Les critères souvent retenus sont : l’iconographie des vases, la présence d’une couronne[10] ou d’un armement, ou même pour les tombes de Paestum au IVe s. av. J.-C. la peinture murale. On insiste ainsi sur une idéologie agonistique, impliquant une compétition féroce entre les élites, dans une lecture très « classique ».

Le décorum funéraire, les pratiques qui s’y associent, les rites sociaux qui s’y déroulent, tout ceci est d’abord l’incarnation de relations économiques et sociales de l’individu avec son entourage, avant même de permettre d’activer des catégories gnoséologiques. Ainsi, s’il est évident qu’il n’y a aucune raison de douter de la diffusion des mythes homériques en Italie méridionale, et ce dès le haut archaïsme (VIIIe siècle av. J.-C.), le maintien de certaines pratiques analogues peut donc relever d’un changement de sémiologie tout à fait assumé par les populations italiques, notre regard de moderne ne faisant que constater la continuité d’un certain langage des formes céramiques, pouvant être tout à fait indépendant, idéologiquement, d’un rapport à l’homérisme ou à l’héroïsation du défunt. Par ailleurs, en renversant le point de vue, on pourrait tout autant constater un recul des catégories du « rituel homérique » : d’une part, la vaisselle métallique se raréfie dans le temps (alors qu’elle est présente dans la poésie épique), de même que la pratique de la crémation (qui disparaît progressivement chez les populations italiques et grecques du sud de l’Italie) ; seules certains pans de cette tradition survivent aux évolutions progressives : comme le suggère Claude Pouzadoux dans sa thèse récemment publiée, le cratère du peintre de Darius souligne par exemple le rôle structurant des funérailles de Patrocle et de son récit, et son interprétation face à des catégories « indigènes », notamment dans l’armement représenté sur le bûcher. En définitive, il y a transformation du fond homérique et réappropriation dans un contexte italique. Cette transformation des catégories se fait selon deux branches : soit elles disparaissent, soit elles perdurent, mais voient leur sens progressivement modifié.

A titre d’exemple, le cas du chaudron en bronze déposé dans la tombe est éloquent. Il a été étudié pour les époques archaïques par Valenza Mele, en 1982. Le chaudron-phiale sert d’abord à faire bouillir les viandes du sacrifice mortuaire dans la poésie homérique, notamment dans les funérailles de Patrocle[11]. Ainsi la présence du chaudron dans une tombe peut n’avoir rien en commun avec une composition funéraire liée à une vision homérique ou héroïque du défunt, mais simplement avec la persistance d’une fonction du rituel : cuire les viandes consommées ou déposées avec le défunt, qui est une pratique attestée assez couramment dans l’Antiquité, même en dehors des funérailles de héros. Cette cuisson des viandes, dans le cas cette fois de Médée, est selon V. Mele un rituel lié à la résurrection, à l’immortalité, et au rajeunissement des chairs. Le fait qu’on atteste en Lucanie, au Ve siècle av. J.-C. et au IVe siècle av. J.-C., des dépôts de chaudrons dans des tombes masculines et féminines n’ayant que peu d’autres traits communs avec le rituel homérique, permet donc de relativiser ce rapport direct.

Quel pourrait donc alors être le sens de la débauche d’ostentation matérielle telle qu’on la constate à Paestum dès les années 425 av. J.-C. (dizaines de vases, parois peintes, armement très riche) ? S’agit-il d’une réactivation des catégories homériques et héroïques, ou, dès lors qu’on considère la notion de lieu funéraire, s’agit-il d’un discours sur la distance sociale qui cherche à se maintenir entre une communauté arrivante (les Lucaniens, qui prennent le contrôle de Paestum vers les années 430 av. J.-C.) ou une communauté locale (les Poséïdoniates conquis) ? Y avait-il un intérêt stratégique pour ces « indigènes » de soutenir un double langage funéraire mêlant intégration à la grécité, et distance sociale entre vainqueurs et vaincus, à une époque où les armes sont absentes des tombes proprement grecques et où le guerrier n’est pas la figure centrale du rituel grec ? Selon nous, oui, cet intérêt consiste en ce que le droit à une sépulture plus que formelle dans la cité est un privilège certes grand, mais pas suffisant pour inscrire dans le territoire une communauté qui ethniquement (par la langue, l’osque, et par l’autonymie de l’ethnos lucanien) se démarquerait d’un substrat local (grec). En des termes simples, à partir d’un moment ou le conquérant lucanien sait qu’il peut se faire inhumer avec une certaine pompe, au même titre que les citoyens établis de Paestum se faisaient inhumer dans une certaine pratique de l’isonomie, il doit dépasser et outrepasser le décorum plutôt sobre des funérailles grecques et induire la distance sociale nécessaire.

Cet exemple des funérailles homériques et héroïques doit nous permettre de nous interroger sur le rang social et le rôle actif des individus dans les communautés, sans se borner à des lectures strictement aristocratiques de la question de la culture matérielle des tombes.

o   L’écueil du « tout aristocratique »

On n’aurait que peu besoin de le rappeler, mais les dépôts funéraires sont liés aux hiérarchies sociales. Si ce rapport n’est pas nécessairement proportionnel, ou mécanique, il y a des aspects idéologiques et socio-économiques au sein d’un dépôt funéraire qu’il convient d’expliciter mais aussi de déconstruire.

Des inégalités constatées dans le mobilier funéraire, on a souvent conclu à des inégalités hiérarchiques dans la société des vivants. Il y a une part de vérité dans ce constat : il faut avoir de la richesse pour que celle-ci soit partiellement déposée dans sa tombe. Cependant, être riche n’implique pas toujours la détention d’un statut, d’un pouvoir, d’un prestige personnel. Ce qui compte, dans le prestige des élites (pour reprendre le titre de l’ouvrage d’Alain Duplouy), c’est d’abord l’utilisation revendiquée de la richesse, pas seulement sa détention. Créer des rapports de don / contre-don, des rapports de dépendance et de clientèle, créer un langage évergétique (lié à la générosité) autour de la possession des plus riches, c’est le moyen de mettre en valeur sa richesse au sein du groupe. L’acception simplement ploutocratique du pouvoir relève globalement dans l’Antiquité d’un anachronisme : les nouveaux riches n’ont pas toujours, dans des sociétés documentées par la littérature historique, une meilleure position que d’anciennes familles moins aisées sur le strict plan quantitatif, c’est même parfois le contraire.

Le mobilier funéraire produit ainsi inévitablement un effet de source : il biaise considérablement la vision que l’on a des membres les moins favorisés de la communauté, ou de ceux qui choisissent volontairement de ne pas faire preuve d’ostentation dans la mort. De fait, la plupart des tombes grecques de Poséïdonia sont globalement pauvres, à se baser sur la stricte teneur matérielle du mobilier funéraire, on en conclurait aisément à des configurations sociales égalitaires et à une homogénéité de la richesse. Le mobilier écrase souvent le reste, c’est une base documentaire facilement orientée, et surtout facilement trompeuse.

Pour des raisons historiographiques propres à l’Italie du sud, peu de tombes sont publiées. Dans les meilleurs cas de figures, ce sont quelques dizaines d’entre elles sur plusieurs centaines. Dans la majorité, seules les tombes les plus remarquables sont publiées : comment donc ne pas faire l’erreur du « tout aristocratique » en lisant avec nos clés de lectures traditionnelles les mobiliers funéraires qui sont accessibles ?

Par ailleurs, la notion même d’aristocratie est historiographiquement orientée. Ce terme n’existe pas en grec ancien ni en latin pour désigner une frange dominante de la population, il ne désigne à ma connaissance qu’un type de régime politique. Les aristoi ne sont pas pour autant des aristocrates. Nous comprenons cependant la facilité que constitue l’utilisation de ce terme : on désignerait une forme de noblesse constituée sur une base gentilice et foncière, dans un statut inscrit relativement tôt dans la vie de l’individu. L’aristocratie est une téléologie, en ce qu’elle projette des catégories bien documentées pour le contexte latin ou athénien sur des réalités dont la textualité nous est inaccessible. Nous avons donc préféré dans cette approche le terme d’ « élite ». Catégorisable, externe, analytique, il est à notre sens plus efficace pour faire la part entre différentes acception du « rang » et du « statut ».

Ainsi, le choix du terme d’élite, loin d’être une simple discipline de langage quand le mot « aristocratie » s’imposerait de manière très spontanée, est un outil historique plus efficace, et moins risqué, quand on s’intéresse aux membres éminents d’un groupe humain documenté archéologiquement.

Au-delà des lectures sociales, linéaires, liant richesse du mobilier funéraire et organisation sociale, l’autre grand biais de l’archéologie funéraire, c’est le lien entre ethnicité et culture matérielle.

o   Ethnicité et migrations des individus : des questions sans issues a priori ?

Longtemps, et encore aujourd’hui, la qualité ethnique des individus est un point central du débat en Italie. Partant des textes grecs on cherchait, on cherche, et on cherchera encore pendant longtemps à résoudre des problématiques de peuplement par l’ethnonymie. Ce rapport univoque et unidirectionnel du texte à la culture matérielle est problématique. En effet, nombreux sont les choix érudits modernes visant à relier une production céramique à une ethnie. Céramique oenôtre, céramique peucétienne, céramique daunienne, sont des clés de lectures qui peuvent semer la confusion dans la lecture de la documentation. On aurait trop tendance à vouloir réaliser un raccourci, une équivalence, entre :

  • La véracité de la nature « oenotre », « peucétienne », « daunienne » de la céramique ;
  • L’ethnicité des individus ayant utilisé ces productions ;
  • La correspondance exacte entre une réalité textuelle grecque et des réalités indigènes majoritairement mal comprises par les auteurs anciens ;

Il faut rappeler que ces désignations sont toutes hétéronymes. Il faut rappeler que ces désignations ont pu faire l’impasse sur d’autres populations qui ne se reconnaissaient dans aucun de ces paradigmes ethniques. Il faut enfin rappeler que si l’équivalence entre ethnicité et culture matérielle était si exacte et si linéaire, on pourrait conclure de certaines tombes qu’elles contiennent des Grecs et non des indigènes (ce qui mettrait vite un peu de désordre) !

Dans une perspective archéologique plus actuelle, il apparaît crucial de partir de la documentation de terrain : typologie, technologie, répartition, sériation, et visualisation sont des outils suffisamment performants pour étudier des dynamiques de peuplement, des dynamiques économiques, sans que nous ayons à ressentir le besoin de faire de l’ethnicité une valeur argumentaire a priori.

A priori toujours, il est problématique de chercher à confirmer par l’archéologie ce que des topoi rhétoriques nous enseignent au sujet des mouvements de populations antiques : en effet, dans le cadre de l’Italie préromaine, le lieu-commun de la migration comme élément fondateur des origines des peuples est très présent. C’est notamment le cas des Samnites qui seraient à l’origine des Lucaniens eux-mêmes à l’origine des Bruttiens faisant leur ethnogenèse en 357 av. J.-C. Prendre pour point de départ argumentaire la nature de la culture matérielle pour affirmer une migration évoquée chez Strabon est peut-être la première erreur : s’intéresser par contre aux phénomènes archéologiquement perceptibles qui peuvent être la conséquence d’une migration antique de masse semble une meilleure démarche. On ne rappellera jamais assez que Strabon et d’autres décrivent des réalités ethniques propres à des époques très postérieures : guerre sociale, époque augustéenne, soit, au mieux, près de quatre siècles après les événements supposés. La différence culturelle entre les Samnites et les Lucaniens à l’époque de la guerre sociale est évidemment faible : près de deux siècles de « romanisation » auront suffi à faire dire à Strabon que ce qui unit les Lucaniens et les Samnites, au-delà de leurs griefs contre Rome au début du Ier siècle av. J.-C., c’est une parenté ethnique très ancienne, et non une conjoncture politique et sociale commune par ailleurs à d’autres peuples.

En jeu se trouve donc un ensemble de constructions érudites modernes, nourries par des sources antiques : qu’on cherche des ethnogenèses ou des migrations, il y a un problème de modèle. Ce modèle est soit évolutionniste, linéaire, soit accorde trop de confiance à une source littéraire devant être pondérée [12].

[1] Il réhabilite par ce constat ce « travail de sauvage » qu’est le bricolage. Il met en balance la pensée scientifique moderne et ce qu’il appelle la pensée mythique qui prédominait chez les populations dites « primitives ». Il y explique que la pensée mythique bricole. Elle prend ce qui passe à sa portée et elle se construit au gré des opportunités. Cette méthode est bien sûr limitée, mais elle fait au mieux avec ce dont elle dispose. La pensée scientifique va beaucoup plus loin selon lui, elle dispose de nombreux matériaux et outils. Mais, dit Lévi Strauss, « ne nous y trompons pas : il ne s’agit pas de deux stades, ou de deux phases de l’évolution du savoir, car les deux démarches sont également valides ». Il n’y a pas contradiction, mais complémentarité entre ces deux niveaux. Sans doute faut-il en rester à cette définition ambivalente. C’est en tous cas vers cela que tendent les dernières études réalisées sur les processus d’innovation et de gestion des connaissances : combiner les protocoles rationnels avec les espaces de libre créativité où les connexions imprévues, l’émotionnel, l’affectif et tout simplement la conversation, ont toute leur place. A la suite mécanique, logique, systématique, d’événements et d’évolutions que proposent certains modèles interprétatifs, il nous semble tout aussi pertinent de ne pas scientiser les évolutions culturelles qui naissent parfois des pratiques les plus humbles et les plus communes. « La poésie du bricolage lui vient aussi, et surtout, de ce qu’il ne se borne pas à accomplir ou exécuter ; il raconte (…) le caractère et la vie de son auteur. Sans jamais remplir son projet, le bricoleur y met toujours quelque chose de soi. »

[2] Bottini 1990, « Gli elmi apulo-corinzi », in AION 1990 ; Olympia Bericht VIII, 1967 fig. 56, tab. 90, p. 166 ; Feugère 2011, p. 24.

[3] Ruby P., 1993 Tarquinia, entre la Grèce et Sala Consilina. Éléments pour l’étude de la circulation des biens de prestige dans l’Italie centrale et méridionale protohistorique. In: Mélanges de l’Ecole française de Rome. Antiquité T. 105, N°2. 1993. p. 779

[4] Ibid. p. 780

[5] Ibid. p. 781

[6] Ibid. p. 782

[7] Ruby P., 2007 : « et l’on brûlera tous les héros… Poésie épique, pratiques funéraires et formes du pouvoir dans la protohistoire méditerranéenne du début du Ie millénaire avant n.è. » dans Baray L., Brun P. et al. (2007) – Pratiques funéraires et sociétés. Nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale. Actes du colloque interdisciplinaire de Sens, éd. universitaires de Dijon, Dijon, Collection Art, archéologie & patrimoine, p. 321-349.

[8] Comme c’est le cas dans les tombes les plus remarquables : Braida di Vaglio, Torre di Satriano, Chiaromonte, Banzi, Alianello.

[9] Notamment par Claude Pouzadoux dans la récente publication de sa thèse, à propos de la céramique apulienne et des sépultures princières dauniennes.

[10] De la Genière, J., 1989, « Épire et Basilicate. À propos de la couronne d’Armento ». MEFRA 101, 691-698.

[11] Valenza Mele, 1982, Da Micene ad Omero : dalla phiale al lebete, dans AION(archeol), IV, p. 97-133.

[12] Voir la mise au point de Pascal Ruby in Ruby P., 2006, « Peuples, fictions/Ethnicité, identité, ethnique et sociétés anciennes », Revue des Études Anciennes, 108, 1, p. 25-60.

Historiographie : archéologie funéraire et études antiques en Europe occidentale, une brève approche

Depuis maintenant 70 ans, l’archéologie a considérablement renouvelé ses approches méthodologiques, dans tous les domaines. La « révolution processuelle » et la new archaeology, puis le post-processualisme, l’archéologie structuraliste sont venus remplacer les préoccupations migrationnistes, racistes, et diffusionnistes de la première moitié du XXe siècle. Posant tour à tour la question du rapport entre histoire et archéologie, posant les problèmes liés à la différenciation sociale et intégrant au fur et à mesure de nouveaux outils de lecture des données (archéogéographie, archéothanatologie, archéologie des techniques, etc.), les différentes écoles de l’archéologie classique ont intégré les apports d’autres champs disciplinaires et ont développé des problématiques nouvelles : l’archéologie des périodes de marges, de transition, des périodes sans sources historiques. Là où M. H. Hansen désire faire l’histoire de la cité grecque par un rapport exclusif aux textes et aux attestations littéraires[1], d’autres ont perçu assez vite la nécessité de se nourrir de l’archéologie protohistorique pour comprendre des sociétés qui ne peuvent être envisagées uniquement à rebours, en fonction d’un état de fait plus récent. En somme, on a compris qu’on ne pouvait lire la Grèce des âges obscurs par le prisme exclusif de l’époque classique et de l’archaïsme récent, tout autant qu’on ne pouvait plus faire l’archéologie et l’histoire des populations italiques par le biais de la tradition romaine ou magno-grecque. Par ailleurs, à l’initiative de chercheurs tels que Massimo Pallottino[2], ou Ettore Lepore[3], on a pris conscience des travers de l’archéologie italienne telle qu’elle s’était constituée dans le giron de l’unification d’une part, puis dans celui du fascisme naissant et du climat politique européen de la première moitié du siècle d’autre part. On s’est alors mis à chercher ce qui faisait la diversité des peuplements italiques, avec un fort regain d’intérêt pour les populations indigènes entre autres d’Italie méridionale : quels sont les éléments qui caractérisent ces populations avant et pendant la montée en puissance romaine, comment la romanisation s’opère-t-elle ? Mais aussi, quelles autres influences existent ? L’archéologie funéraire, qui n’était pas inexistante alors, se vit profondément renouvelée par l’intégration de modèles théoriques nouveaux.

o   Des premières découvertes au positivisme, un rapprochement entre sciences humaines et sciences naturelles

 

Le bilan historiographique le plus récent concernant l’archéologie funéraire en Italie est le travail de post-doctorat de Valentino Nizzo[4]. Ce dernier a entrepris de rassembler dans une synthèse l’ensemble des traditions de recherche autour de la mort et de l’idéologie funéraire en Italie, notamment entre la fin de l’âge du bronze et l’époque orientalisante. Si chronologiquement son objet d’étude est légèrement différent de celui qui nous préoccupe ici, les tendances de la recherche qu’il décrit concernent bel et bien l’archéologie historique de l’Italie et touche, nous le verrons, les problèmes posés par l’archéologie funéraire des époques classiques et hellénistiques. Nizzo, dans son travail, identifie principalement sept temps, sept phases dans l’historiographie de l’approche de la mort en archéologie.

En premier lieu, c’est d’abord le temps de la prise de conscience du rôle des sépultures dans la compréhension du passé. La découverte de nombreuses tombes de peuples non romains (étrusques, celtiques, « pelasges », etc.), et l’intérêt que ces dernières vont susciter auprès des collectionneurs, antiquaires, érudits locaux, devint alors un moyen de retrouver une époque « perdue ». Nourrie par l’ethnographie ancienne, et les grandes épopées de la littérature classique, on s’est immédiatement mis en quête, par les tombes, par la diversité des mobiliers funéraires, de l’origine des peuples italiques, de leur ethnogenèse. Peuples mythiques, peuples historiques, constructions érudites : l’archéologie funéraire servait dans le contexte de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle à accompagner la construction de l’état-nation italien, et donc de la nation italienne, en quête d’origines collectives, d’identités communes, de référents au passé, sans se soucier des conséquences scientifiques d’un tel protochronisme.

La deuxième phase prend place dans les premières années du XXe siècle, qui sont l’aube d’un renouvellement épistémologique généralisé à toutes les sciences humaines, et l’archéologie funéraire n’échappe pas à cette révolution : celle de l’anthropologie et de la sociologie de la mort. Se mêlent alors positivisme, évolutionnisme, et les premiers balbutiements de l’anthropologie sociale, avec les travaux d’Hertz[5], de Von Gennep[6], ainsi que l’école sociologique française. On développe alors le concept d’inhumation primaire, d’inhumation secondaire, et se dessine petit à petit une conceptualisation accrue du geste funéraire, afin de définir de manière plus rigoureuse les termes employés (tombe, sépulture, tombeau, geste funéraire, rituel, rite, espace funéraire, etc.). Le concept de « parure du mort » émerge par ailleurs, sous la plume de Frazer[7]. Travers de l’époque, duquel nous sommes partiellement revenus, le développement des thèses freudiennes sur la psychanalyse va donner naissance à une « psychologie de la mort ». Si la psycho-histoire est critiquable en soi, cette tendance de la recherche a néanmoins permis de mettre l’accent sur quelques aspect fondamentaux : la négation de l’individu décédé, la notion de transition vers le deuil, la suspension de la présence du vivant en attendant la sépulture finale, le refoulement du cadavre, les processus de transformation / réduction de l’image du mort[8]. Cependant, le problème principal des théories évolutionnistes et positivistes, c’est dans un premier temps leur aspect mécaniste, automatique, voire cyclique. C’est tout le problème des concepts de « différenciation », « complexification » sociale, qui supposent des transitions naturelles et systématiques de la tribu au clan élargi, puis à la chefferie, à un régime princier / aristocratique et à l’Etat. Autre conséquence de l’évolutionnisme et du scientisme, c’est le corollaire racialiste qui en a découlé, notamment chez Kossinna[9] et l’école de Vienne : il existerait un moyen de retrouver, en remontant de proche en proche, par l’archéologie, les invasions, les migrations anciennes, un peuple originel, pur, dont la culture et la biologie seraient idéales. Dans ce climat, enfin, les morts servent à nourrir les thèses sur la craniométrie, et sont exploités par les partisans de cette démarche pour assouvir la quête de « l’homme indo-européen », des sumériens originels, ou même des aryens, qui auraient eu une morphologie particulière que les mesures pourraient révéler. En somme, les idéologies fascistes des années 30 ont considérablement influencé ce champ d’étude, et ce jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Au sein de cette même période, dans le courant des années 20, c’est Raffaele Pettazzoni[10] qui par le chemin détourné de l’histoire des religions, se mêle d’études funéraires. Il propose pour la première fois avec ses confrères de ce qu’on a désigné plus tard comme « l’école de Rome », de faire une approche historique des pratiques religieuses, et non plus uniquement une approche eschatologique, philosophique, ou théologique de celles-ci. C’est ainsi en partie grâce à lui que l’étude de la mort s’éloigne peu à peu du poncif traditionnel suggérant que les pratiques funéraires sont toujours religieusement connotées et liées à une conception du sacré. On prenait alors conscience des limites de nos catégories mentales sur notre façon de concevoir la mort dans des sociétés qui n’étaient pas judéo-chrétiennes. Naît alors la notion de « coutume funéraire », envisagée donc comme un élément déterminant, spécifique à un système culturel donné, et non plus uniquement à un « peuple ». Entre idéalisme, historicisme, et naissance de l’anthropologie, l’étude de la mort dans les années 30 et 40 n’échappe donc pas aux dérives idéologiques de son temps, tout en suivant la lente gestation des sciences humaines et sociales modernes.

Le troisième volet de cette histoire de l’archéologie et de l’anthropologie funéraire selon Nizzo, c’est celui du rapprochement entre sciences naturelles et sciences humaines, cette fois-ci non plus uniquement sous l’angle de la craniométrie et du racisme des années 20 et 30, mais sous l’angle fonctionnaliste de l’anthropologie italienne. L’organisme biologique est dès lors conçu comme une partie intégrante du système social : le corps est un objet social, vivant comme mort. C’est, aussi, le développement, dans les années 50 et 60 du XXe siècle, du structuralisme en anthropologie, issu du structuralisme linguistique. Très vite, on repense les modèles de la fin du XIXe siècle : néoévolutionnisme marxiste (de Gordon Childe), « révolution écologique » en écho aux conceptions géographiques de Vidal de la Blache, en bref, les années qui suivent la seconde guerre mondiale sont une époque de remise en question des certitudes. C’est celle de « l’utopie analytique », et de la naissance de la New Archaeology. Les notions de processus, d’artefact idéo-techniques, font leur entrée dans l’analyse des pratiques funéraires. La mort est vue comme un processus social impliquant la communauté, des artefacts dont la sémiologie est spécifique à la mort, et dont on peut retrouver archéologiquement certaines étapes. C’est aussi l’âge du comparatisme, mais aussi de la prise de conscience de ses limites. C’est l’époque d’Evans-Pritchard[11], de Murdock[12], de Gluckman[13], de la redécouverte de l’école sociologique française. Avec la New Archaeology, Binford[14] développe la démarche analytique sur la dimension sociale des « pratiques mortuaires » qui font l’objet d’une théorisation très poussée par ce dernier, ainsi que par Arthur A. Saxe[15]. Les limites de leurs travaux se trouvent dans la nécessaire confrontation du modèle théorique face à la pratique. On comprend dès lors que le modèle n’est pas uniquement voué à l’hypothético déductif, mais se fonde d’abord sur l’étude comportementale : c’est la raison d’être de la Behavioural Archaeology.

o   Le second après-guerre et le renouvellement

 

En parallèle de ces développements théoriques et épistémologiques, Nizzo identifie une phase majeure de renouvellement : celle du renouveau de l’archéologie italienne de terrain après la seconde guerre mondiale, avec entre autre la redécouverte de la protohistoire du Latium, les travaux de de Gjerstad[16] et Glerow[17], de Peroni[18], mettant en place une approche typologico-associative qui fait toujours école actuellement. En Italie méridionale, notamment sur la façade tyrrhénienne, les grands travaux et le boom urbanistique sont synonymes de grandes fouilles et donc de grandes découvertes : Pratica di Mare, Sala Consilina, Francavilla Marittima, l’Incoronata de Métaponte, Pontecagnano, autant de grands sites funéraires qui vont permettre d’expérimenter et d’appliquer de nouvelles méthodes. Ces grands programmes de recherche et de valorisation scientifique restent exemplaires par bien des aspects : la quantité de données mises en série, l’aspect inédits de nécropoles et de sites tels que l’Incoronata et Francavilla Marittima, aux frontières des colonies grecques à l’époque de leur fondation, la lumière apportée sur les populations indigènes jusque-là méconnues sur des périodes allant du premier âge du fer à l’époque classique (Sala Consilina). Autre grand site ayant renouvelé les problématiques : Pithekoussai, dont les nécropoles ont livré des documents exceptionnels pour la compréhension des premiers temps de la colonisation (comme la coupe de Nestor). Les méthodes de fouilles s’améliorent sensiblement alors : on considère désormais mieux la place du cadavre et des ossements au moment de la fouille, on prend conscience des différents dispositifs de surface liés à la tombe, on prend conscience de la planimétrie qui peut révéler des pratiques post-funéraires en surface. On améliore sensiblement les méthodes d’enregistrement des sépultures lors des fouilles. On peut cependant poser une limite à ce progrès : seules les grandes fouilles ont bénéficié de ces évolutions. La plupart des petites opérations de terrain des années 60, 70, et 80, ne faisaient que peu de cas de la stratigraphie horizontale et verticale, et les décapages ont considérablement limité la documentation, ajouté au fait que pour beaucoup de cas, aucun dessin du squelette n’a jamais été réalisé.

Des fouilles à l’interprétation, les progrès furent permis par le développement de plusieurs revues : notamment les Dialoghi di Archeologia, mais aussi par des colloques ayant imprimé leur marque durablement sur plusieurs générations de chercheurs, tels que « La mort, les morts dans les sociétés anciennes », organisé notamment par Jean-Pierre Vernant à Naples et à Ischia en 1977[19]. A propos du Latium protohistorique, ce sont les ouvrages « Lazio arcaico e mondo greco » (dans la revue Parola Del Passato n°32) ainsi que les travaux de Sestieri à l’Osteria dell’Osa[20]. Les 30 glorieuses de ce renouveau de l’archéologie funéraire en Italie sont donc à placer entre les années 50 et 80 du XXe siècle, période fertile d’échanges internationaux, voulus par les surintendances d’Italie méridionale notamment, période de développement des grands congrès annuels de Tarente, permettant de faire le jour sur la connaissance des sociétés indigènes, et de présenter des travaux conduits dans les grands sites grecs comme italiques. Ces congrès furent le lieu aussi de reformulation des paradigmes liés à la colonisation, à l’identité grecque et indigène. D’une vision colonialiste univoque, monothétique, nous sommes passés à une vision à plusieurs voies, avec un réel souci pour l’archéologie des populations non-grecques (« Popoli anellenici in Basilicata » était d’ailleurs le titre d’un des premières expositions archéologiques après la création de la surintendance), étudiées non plus seulement dans le prisme de leur hellénisation, mais bien dans leur rôle actif dans des systèmes d’échanges culturels et économiques dont ils ne sont pas que les réceptacles.

La fin du XXe siècle est un temps de montée en puissance de l’archéologie post-processuelle, y compris dans le domaine funéraire. On passe progressivement d’un relativisme social à un relativisme du réel : la pensée –emic fait son entrée dans l’archéologie, on comprend la nécessité de problématiser le sens du réel et de la cognition des populations anciennes. E. Leach[21] établit le rapport entre la mort et la fluidité des systèmes socio-culturels : la mort est une frontière, qui vient à la fois activer les catégories d’un groupe et qui les renouvelle par ailleurs. La mort se produit et agit au sein de système multi-agencés, polythétiques, qui voient culture matérielle et pratiques se codifier et se modifier dans le temps. Le nom même de l’archéologie funéraire évolue : on tend à parler de thanatologie, d’archéothanatologie. Il faut parler archéologiquement de la mort en tant qu’objet social, et non des pratiques funéraires uniquement. Les perspectives de cette archéologie de la mort sont nombreuses en termes de catégories mentales concernées : fertilité, régénération, immortalité, pouvoir, célébration, colère, deuil. L’univers sémantique de la mort s’enrichit donc dans la déconstruction des modèles des processuels. La prise de conscience de cet aspect multiforme de la mort fut à l’origine d’une reconsidération de la sémiotique du « rituel » : la mort est un ensemble de symboles en action, qui souligne des relations sociales. Le pouvoir et ses symboles sont présents autour et pendant la mort, qui entretient un rapport dialectique avec elle. En Europe occidentale, les sépultures mégalithiques ont alimenté ce discours sur ce rapport. La mort, toujours en tant qu’ensemble de symboles, est aussi à comprendre dans une dimension ethnique, à ceci près que l’association systématique que nous évoquions précédemment est cette fois-ci critiquée : dans une dynamique post-colonialiste, on tend à déconstruire les constructions érudites sur l’ethnicité.

Le développement de l’ostéologie permet de percevoir de plus en plus d’éléments au sein de la tombe : âge, sexe, maladies. La Gender Archaeology ainsi que le concept d’Ageing battent leur plein : on cherche à étudier le sens du corps, ses représentations, le sens du sexe, du genre, de l’âge physique, de l’âge social, et des conséquences que ces faits ont dans le rapport à la mort et à la tombe. L’archéologie féministe fait son apparition par ailleurs, et, les tombes étant souvent le lieu de cohabitation entre des femmes et les objets de leur vie quotidienne, on se saisit de cette documentation pour construire une réflexion sur leur rôle dans les populations anciennes.

o   Morris, les âges obscurs, et l’âge d’or du post-processualisme

 

Le post-processualisme se caractérise avant tout par deux trajectoires : d’une part la prise de conscience de la nécessité processuelle – jusqu’à un certain point – et d’autre part le retour lui aussi nécessaire de l’archéologie vers un rapport à l’histoire. C’est Hodder qui est ici aux avant-postes de cette nouvelle épistémologie, de cette nouvelle théorisation de la connaissance archéologique. Ian Hodder[22] écrit en effet qu’il faut clore cette intermède de théorisation analytique et qu’il faut certes en garder les meilleurs fruits mais réintégrer une pensée anthropologique de l’histoire des sociétés passées. Si la complémentarité des historiographies est vitale la progressive accumulation de modèles théoriques très différents et liés à des systèmes de pensées datés et parfois dépassés nécessite des reprises complètes de certains dossiers pour montrer les limites dont ils souffrent. Nizzo pointe d’ailleurs ici le renouveau apporté par les travaux sur la Grèce de Snodgrass[23] et Morris.  Aux origines de ces travaux fondateurs, on trouve la controverse « égalitaristes – inégalitaristes » : Snodgrass, Desborough[24] et Coldstream[25] ont tous les trois produit des synthèses monumentales sur l’age du fer en Grèce, s’accordant tous les trois sur plusieurs points : premièrement la transition bronze – fer est un marqueur structurel de mutation sociétale. Deuxièmement l’acception que les âges obscurs furent une époque de sociétés simples, homogènes, égalitaires, pastorales et tribales. Morris lui, en réinterprétant les tombes athéniennes, reprend des conclusions différentes : pour lui, les documents écrits et matériels pointent dans la même direction, contrairement à la tradition archéologique de Snodgrass qui va à l’encontre de la vision homérique de la question. Pour Morris, la société grecque des âges obscurs est une société de classe, profondément divisée. Snodgrass de répondre en 1993 que les deux traditions s’opposent selon un schéma et une conception archéologiques opposés à un schéma et une conception historiques. Les archéologues sont, selon Snodgrass, égalitaristes et les historiens seraient inégalitaristes, du fait de la place que tient la littérature homérique. Dit autrement, selon Snodgrass, on exagère le déclin matériel après 1200 av. J.-C., tandis que les historiens se baseraient trop sur Homère pour raisonner sur la documentation archéologique. L’œuvre de Morris tombe pour Snodgrass dans la catégorie « historique » de sa réflexion. Pour Snodgrass, le VIIIe siècle av. J.-C. est une période dans laquelle les aristocraties se mettent à dominer des sociétés jusque-là égalitaires. Pour Morris c’est l’inverse, les âges obscurs sont déjà des sociétés pseudo-féodales, inégalitaires, basées sur la paysannerie dépendante et des élites fortes. Pour lui, le VIIIe siècle av. J.-C. est en fait le moment où cette élite s’effondre et où on voit l’émergence d’une société plus égalitaire, d’une communauté de mâles égaux : l’âge des cités-Etats. Morris pour autant partage nombre des paradigmes de Snodgrass et plusieurs arguments : comme Snodgrass, il est discontinuiste, il établit clairement l’effondrement mycénien. Et comme chez Snodgrass, le VIIIe est bien le siècle de l’émergence de la cité. Il y a désaccord sur ce que cela signifie simplement, mais il le fait dans un cadre assez commun. Le travail de Morris est fondateur en ce qu’il ne reprend pas la documentation archéologique de manière strictement téléologique, l’Iliade en main[26].

On peut résumer l’ensemble de cette controverse à une réflexion divergente sur la naissance de la cité grecque. On cherchait à opérer une projection sur les époques archaïques de la réalité des époques historiques. Entre classicisme, quantification et projection donc, on tirait des tombes des résultats que l’on faisait tendre vers deux acceptions différentes de la cité grecque. Dans l’une d’elle, le thème des héros et de la société homériques était omniprésent. Dans l’autre, c’est le rapport à la propriété foncière, à la citoyenneté et à la construction de l’identité civique au travers de l’identité funéraire qui est mis en avant. La représentativité des échantillons et les filtres démographiques qu’on y applique ont permis, grâce à Morris, de renouveler profondément la lecture de la population funéraire d’un site. De fait, nous le verrons dans ce mémoire, il y a des divergences considérables entre certaines nécropoles lucaniennes, qui nous amènent à repenser le sens que l’on donne aux rituels et à leur représentativité.

Dans la lignée de Morris, il faut aussi citer les travaux de Parker Pearson[27], qui dans une synthèse, « Archaeology of Death and Burial » permet de donner un cadre unitaire à l’archéologie funéraire post-processuelle. Par la suite, de nouveaux problèmes sont pris en compte : le paysage de la mort, la topographie des nécropoles, les politiques funéraires liées au genre, le rapport trompeur entre quantité et richesse au sein des dépôts funéraires, le pouvoir des morts oscillant entre séparation / isolation et agrégation (monumentalité des tombes contre inhumations ad sanctos), le sens territorial des sépultures.

Ce qu’il faut retenir, au final, de cette lente maturation, c’est la « totalisation » du sujet de la mort et de la pensée funéraire grâce au post-processualisme et grâce à la prise de conscience des limites du rapprochement entre sciences naturelles et sciences humaines. Le sujet « tombe » en tant que structure et ensemble stratigraphique clos contenant des objets s’est élargi, il s’est théorisé, il s’est enrichi de nouveaux problèmes liés aux processus post-dépositionnels et aux évolutions conceptuelles sur la notion de culture matérielle et d’assemblage funéraire. La mort est un « moment » de la vie, non seulement de l’individu, mais aussi des différents cercles d’individus auxquels il appartient : famille, clan, tribu, communauté urbaine, cité, Etat, nation, empire, peuple, ethnie, genre. La mort s’est désormais conçue comme un élément propre à la mise en place de stratégies sociales (ostentation, valorisation, mémoire, valeur personnelle, relations économiques et de dépendance), propre à l’expression d’une cosmogonie, d’une représentation du monde et des forces qui y prennent part. La mort renvoie d’une part à un système et à un processus, mais aussi à un environnement, à une gestion rationnelle de la subsistance et de la survie du groupe, ainsi qu’à une volonté de perpétuer le souvenir (ou de le refouler, selon les cultures, selon les choix). La mort est un temps dans lequel le pouvoir peut avoir un rôle à jouer dans le déroulement des funérailles, dans le nombre de personnes impliquées par le deuil, dans la sémantique complexe qui est mise en place pour la commémorer et organiser le temps funéraire. La mort enfin est aussi une affaire de droit, et d’appartenance à certaines catégories : archéologiquement, il est largement démontré que tout individu ne fait pas l’objet d’une sépulture, et que tout individu n’est pas inhumé n’importe où, ni n’importe comment. En définitive, la mort et l’archéologie funéraire sont des objets autant que des moyens d’appréhender l’espace de vie d’une population, ainsi que des catégories mentales et économiques intrinsèques à des systèmes de circulation et d’échanges.

o   Le cas de l’Italie : l’archéologie funéraire italienne et le post-processualisme

 

L’Italie, comme nous l’avons déjà évoqué précédemment, prend part à ces évolutions nombreuses de l’archéologie funéraire, avec ses propres figures tutélaires, ses propres écoles, et ses propres problématiques locales. Le clivage majeur qui anime l’archéologie funéraire en Italie est celui qui oppose, comme dans le cas de Morris et de Snodgrass, innovation et tradition. Entre prospective et « gap théorique », Nizzo souligne dans son travail de post-doctorat les problèmes sous-jacents à l’approche anthropologique de la mort en archéologie.

L’archéologie funéraire souffre en effet en Italie d’une césure académique majeure : celle entre l’anthropologie physique et l’anthropologie sociale. Entre science naturelle et normalisation de la pratique archéologique, c’est donc un problème de documentation analytique qui se pose face aux enjeux de l’ostéologie humaine dans la compréhension des rituels funéraires. Une tentative fut formulée par ailleurs dans les années 80 par J. de la Genière pour remédier à ce problème : les DANIMS (Documentation Analytique des Nécropoles d’Italie Méridionale et de Sicile)[28]. Ce projet, malheureusement avorté, avait pour but d’établir une normalisation de la documentation des nécropoles, afin de rendre plus compréhensible les résultats des fouilles de chaque ensembles funéraires.

Le résultat de cette tentative, bien qu’intéressant et novateur au sein de l’état des publications de nécropoles en Italie méridionale, est finalement resté lettre morte pour beaucoup. De fait, la majorité des nécropoles fouillées en dehors des grands programmes internationaux n’ont jamais vu leur matériel publié de façon intégrale. L’accès aux données reste donc biaisé sur le plan statistique, quantitatif et typologique. De surcroit, aucune publication majeure de nécropoles de cette région ne propose une réelle approche ostéologique des individus inhumés : aucun recrutement, aucune analyse des processus post-dépositionnels, aucune étude paléopathologique publiée, aucune pyramide des âges estimés, aucune étude du vieillissement et des caractères discrets, aucune étude des morts violentes. En somme, la fracture est maintenue entre les aspects théoriques et l’état de la documentation. La sépulture n’est globalement analysée et étudiée que selon des catégories anciennes, relatives à une forme de néo-marxisme historique, tirant vers l’évolutionnisme dont le cadre est fixé par un hellénocentrisme certain, qui chercherait par ailleurs à percevoir dans l’archéologie funéraire (et non funéraire) une évolution allant d’une société pseudo-homérique, traversée par une crise, à l’émergence de la cité indigène.

Du reste, la tendance évoquée au début de cette historiographie, celle de « l’ethnicité », reste très forte, tant et si bien qu’il ne se trouve aucune publication ne proposant pas une lecture entre céramique et ethnicité (céramique Daunienne, Peucétienne, Oenôtre, etc.). Il s’agit ici de pures reconstructions modernes, associant la répartition spatiale d’une production relativement homogène avec une ethnicité établie et définie, voire supposée. Ces reconstructions sont le prolongement des sources anciennes que l’on cherche à confirmer par les données de terrain. Ce problème de modèle renvoie directement à deux concepts : premièrement celui de faciès archéologique, concept « horizontal », et à celui, vertical, de différenciation-complexification sociale. En Italie méridionale, l’aller-retour est fréquent entre des interprétations liées au rang et celles liées au rôle. Le rang relève d’un statut inscrit, inné, donné par la naissance, le rôle renvoie quant à lui à un statut acquis, obtenu, construit. On peut lire dans ces différences des problèmes de traditions académiques : école sociologique française contre anglaise, approche de protohistorien contre approche d’historien, vision d’une société de classes contre vision d’une société d’ordres. On peut donc aisément comprendre toute la disparité des interprétations liées aux tombes : la richesse est-elle liée au rang ? La richesse confère-t-elle le statut ? Le statut donne-t-il un rôle ?

L’introduction progressive de modèles sociologiques à l’époque du post-processualisme a permis de mieux catégoriser les termes employés et les réalités sous-jacentes, c’est indéniable : rareté, valeur, degré de différenciation, richesse, statut, rôle, rang, genre, âge, famille, etc. La recherche Italienne comme dans d’autres pays, a construit une « thanatosémiologie » analytique, théorique, pour laquelle il reste encore à déconstruire les mécanismes trop systématiques liés à l’ethnicités et pour laquelle il faudrait passer à la pratique.

[1] Hansen, M.H. & Copenhagen polis centre eds., 1996. Introduction to an inventory of “Poleis”: symposium August, 23-26 1995, Copenhagen, Danemark: The Royal Danish academy of sciences and letters. ; Hansen, M.H. & Nielsen, T.H., 2004. An inventory of archaic and classical poleis Copenhagen polis centre, ed., Oxford, Royaume-Uni.

[2] Pallottino, M., 1977. Etruscologia, Milano, Italie: U. Hoepli. ; Pallottino, M., 1955. Le origini storiche dei popoli italici, Firenze, Italie: G. C. Sansoni,. ; Pallottino, M., 1985. Storia della prima italia, Milano: Rusconi. ; Pallottino, M., 1994. Storia della prima italia, Milano, Italie: Rusconi libri. ; Pallottino, M., 1970. Una mostra dell’Abruzzo arcaico e I problemi della civiltà italica medio-Adriatica, Zagreb, Croatie.

[3] Finley, M.I. et al., 2000. Le colonie degli antichi e dei moderni, Roma, Italie: Donzelli. ; Lepore, E., 1989a. Colonie greche dell’Occidente antico, Roma, Italie: La Nuova Italia Scientifica. ; Lepore, E., 1989b. Origini e strutture della Campania antica: saggi di storia etno-sociale, Bologna, Italie: Il Mulino. ; Lepore, E. & Vernant, J.-P., 2000. La Grande Grèce: aspects et problèmes d’une “colonisation” ancienne, Naples, Italie: Centre Jean Bérard. ; Pontrandolfo Greco, A. & Lepore, E., 1982. I Lucani: etnografia e archeologia di una regione antica, Milano, Italie: Longanesi.

[4] Nizzo V., « L’ideologia funeraria dell’Italia tirrenica tra l’età del Bronzo finale e l’Orientalizzante:metodi, problemi e prospettive di ricerca »,

[5] Hertz, R. 1907. « Contribution à une étude de la représentation collective de la mort », in R. Hertz, Sociologie religieuse et folklore, Paris, Puf. ; Hertz, R., Hertz, A.R. & Mauss, M., 1928. Mélanges de sociologie religieuse et folklore, Paris, France: F. Alcan.

[6] Van Gennep, A., 2001. Chroniques de folklore d’Arnold Van Gennep: recueil de textes parus dans le Mercure de France, 1905-1949 J.-M. Privat, ed., Paris, France: Ed.du CTHS. ; Van Gennep, A., 2011. Les  rites de passage: étude systématique des rites de la porte et du seuil, de l’hospitalité, de l’adoption, de la grossesse et de l’accouchement, de la naissance, de l’enfance…, Paris, France: Picard.

[7] Frazer, J.G., 1994a. Studies in greek scenery, legend and history: selected from his commentary on Pausanias’ Description of Greece, Richmond, Royaume-Uni: Curzon press. ; Frazer, J.G., 1994b. The belief in immortality and the workship of the dead, Richmond, Royaume-Uni, Japon: Curzon press. ; Frazer, J.G., 1994c. The fear of the dead in primitive religion, Richmond, Royaume-Uni, Japon: Curzon press. ; Frazer, J.G., 1995. The golden bough: a study in magic and religion, London, Royaume-Uni: Papermac. ; Frazer, J.G., 1994d. The magical origin of kings, Richmond, Royaume-Uni: Curzon press.

[8] Lagache, D. 1938. « Le travail du deuil. Ethnologie et psychanalyse », Revue Française de Psychanalyse 10(4) : p. 693-708.

[9] Kossinna, G., 1942. Altgermanische kulturhöhe: eine einführung in die deutsche vor- und frühgeschichte, Leipzig ; Kossinna, G., 1919. Das Weichselland, ein uralter Heimatboden der Germanen, Danzig. : Kossinna, G., 1941. Die deutsche vorgeschichte: eine hervorragend nationale wissenschaft W. Hülle, ed., Leipzig ; Kossinna, G., 1921. Die Indogermanen, Leipzig, Allemagne. ; Kossinna, G., 1934. Ursprung und Verbreitung der Germanen in vor und frühgeschichtlicher Zeit, Leipzig, Allemagne.

[10] Pettazzoni, R., 1952. Italia religiosa, Bari, Italie: G. Laterza & figli. ; Pettazzoni, R., 1912. Lo studio delle religioni in Italia, Roma, Italie: Nuova Antologia. ; Spineto, N., 1999. Le concept de phenomene religieux dans l’oeuvre de Raffaele Pettazzoni et de Mircea Eliade. Thèse de doctorat. France.

[11] Evans-Pritchard, E., 1974. Les anthropologues face à l’histoire et à la religion, Paris, France: Presses universitaires de France. ; Evans-Pritchard, E., 1972. Social anthropology, London, Royaume-Uni: Routledge & Kegan Paul.

[12] Murdock, G.P. & Panoff, M., 1972. De la structure sociale, Paris, France: Payot.

[13] Gluckman, M. ed., 1962. Essays on the ritual of social relations, Manchester, Royaume-Uni: University Press.

[14] Binford, L.R., 1962. Archaeology as Anthropology, Chicago, 1962, Etats-Unis. ; Binford, L.R., 1984. In pursuit of the past: decoding the archaeological record J. F. Cherry & R. Torrence, eds., Londres, Royaume-Uni : Thames and Hudson.

[15] Saxe, A., 1970 Social Dimensions of Mortuary Practices. Ph.D. dissertation, University of Michigan.

[16] Gjerstad, E., 1966. Early Rome, Lund, Suède: C.W.K. Gleerup. ; Gjerstad, E., 1962. Legends and facts of early Roman history, Lund, Suède: Gleerup,. ; Gjerstad, E., 1926. Studies on prehistoric Cyprus. Dissertation. Uppsala, Suède. ; Gjerstad, E. & Calvet, Y., 1977. Greek geometric and archaic pottery found in Cyprus, Stockholm, Suède: Svenska Institutet i Athen.

[17] Gierow, P. G., 1964, The Iron Age culture of Latium, C. W. K. Gleerup, Lund

[18] Peroni, R., 1994, Introduzione alla protostoria italiana, Laterza, Roma-Bari ; Peroni, R., 1980, Il bronzo finale in Italia, De Donato, Bari ; Peroni, R., 1981, Studi di protostoria adriatica, L’erma Di Bretschneider, Roma

[19] Gnoli, G., Vernant, J.-P., et al. eds., 1982. La mort, les morts dans les sociétés anciennes. Cambridge, Royaume-Uni.

[20] Anzidei, A.P., 1984. Preistoria e protostoria nel territorio di Roma A. M. Bietti Sestieri, ed., Roma, Italie: De Luca. ; Bietti Sestieri, A.M., 1992a. La Necropoli Laziale di osteria dell’osa: Tavole, Roma, Italie: Quasar. ; Bietti Sestieri, A.M., 1992b. La Necropoli Laziale di osteria dell’osa: Testo, Roma, Italie: Quasar. ; Bietti Sestieri, A.M., 1982. Ricerca su una comunità del Lazio protostorico: il sepolcreto dell’ Osteria dell’Osa sulla via Prenestina Italie. Soprintendenza per i Beni archeologici della Puglia, ed., Taranto, Italie: Brizio Grafiche. ; Bietti Sestieri, A.M., 1992c. The Iron Age community of Osteria dell’Osa: a study of socio-political development in central Tyrrhenian Italy, Cambridge, Royaume-Uni, Etats-Unis.

[21] Leach, E.R., 1982. Social anthropology, Glasgow, Royaume-Uni: Fontana Paperbacks.

[22] Hodder, I. ed., 1991. Archaeological theory in Europe: the last three decades, London, Royaume-Uni. ; Hodder, I. ed., 2001. Archaeological theory today, Cambridge, UK, Royaume-Uni: Polity. ; Hodder, I., 2009. Symbols in Action: Ethnoarchaeological Studies of Material Culture, Cambridge, Royaume-Uni: Cambridge University Press. ; Hodder, I., 1999. The archaeological process: an introduction, Oxford, Royaume-Uni.  ;Hodder, I., 1987. The Archaeology of contextual meanings, Cambridge Cambridgeshire, Royaume-Uni.  ; Hodder, I., 2012. The present past: an introduction to anthropology for archaeologists, Barnsley England, Royaume-Uni: Pen & Sword Books.

Hodder, I., 1982. The present past: an introduction to anthropology for archaeologists, London, Royaume-Uni: Batsford.  ; Hodder, I., 1978. The Spatial organisation of culture, London, Royaume-Uni: Duckworth. ; Hodder, I., 1995. Theory and practice in archaeology, London, Royaume-Uni. ; Hodder, I., Shanks, M. & Alexandri, A., 1995. Interpreting Archaeology, London, Royaume-Uni: Routledge. ; Hodder, I. & World Archaeological Congress, 1989. The Meanings of things : material culture and symbolic expression, London, Royaume-Uni. ; University of Cambridge, 1982. Symbolic and structural archaeology, I. Hodder, ed., Cambridge Cambridgeshire, Royaume-Uni.

[23] Snodgrass, A.M., 1971. An archaeology of Greece: the present state and future scope of discipline, Berkeley, Etats-Unis. ; Snodgrass, A.M., 2006. Archaeology and the emergence of Greece, Ithaca (N. Y.), Etats-Unis: Cornell University Press. ; Snodgrass, A.M., 1977. Archaeology and the rise of the Greek state: an inaugural lecture, Cambridge Eng., Royaume-Uni. ; Snodgrass, A.M., 1980. Archaic Greece: the age of experiment, London, Royaume-Uni, Australie, Canada. ; Snodgrass, A.M., 1982. Arms and armour of the Greeks: with 60 illustrations, London, Royaume-Uni: Thames & Hudson. ; Snodgrass, A.M., 1964. Early greek armour and weapons: from the end of the Bronze Age to 600 b.c, Edinburgh, Royaume-Uni: at the University Press. ; Snodgrass, A.M., 2000. The dark age of Greece: an archaeological survey of the eleventh to the eighth centuries BC, New York, Etats-Unis: Routledge.

[24] D’Arba Desborough, V. R., 1972, The Greek Dark Ages, Palgrave Macmillan.

[25] Coldstream, J.N., 1979. Geometric Greece, London, Royaume-Uni: Methuen. ; Coldstream, J.N. & Catling, H.W. eds., 1996. Knossos North Cemetery: early Greek tombs, London, Royaume-Uni: British School at Athens. ; Coldstream, J.N., Catling, H.W. & Carington-Smith, J., 1996a. Knossos North cemetery: early Greek tombs, London, Royaume-Uni: The British School at Athens. ; Coldstream, J.N., Catling, H.W. & Carington-Smith, J., 1996b. Knossos North cemetery: early Greek tombs, London, Royaume-Uni: The British School at Athens.

[26] Morris fait le point sur l’historiographie de cette controverse dans son article « Burial and Ancient Society after ten years », issu de sa communication au colloque « Nécropoles et pouvoir: idéologies, pratiques et interprétations : actes du colloque Théories de la nécropole antique », Lyon 21-25 janvier 1995, édité par Sophie Marchegay, Marie-Thérèse Le Dinahet et Jean-François Salles. Reprenant les reproches qui lui étaient faits, et les arguments qu’il avait constitué dans sa thèse, puis dans ses travaux de jeune chercheur, Morris réunissait ici 10 années de controverse l’ayant opposé à de nombreux chercheurs. Insistant de nouveau sur les statistiques réalisées sur les tombes athéniennes, ainsi que sur la non-représentativité démographique de ces ensembles de tombes, Morris concluait à raison qu’il y avait plus en jeu qu’une simple évolution démographique, mais bien un rapport au droit à la sépulture qui était en plein bouleversement au VIIIe siècle.

[27] Parker Pearson, M., 1999. The archaeology of death and burial, Stroud, Royaume-Uni: Sutton.

[28] De La Genière, J. 1968, L’Âge du Fer en Italie Méridionale: Sala Consilina, Naples. ; De La Genière, J., Nenci, G. 1984, Per una documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (DANIMS). Contributo allo studio delle società antiche, AnnPisa 14, p. 347 – 367, Pise. ; De La Genière, J., Nenci, G. 1984, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia, AnnPisa 16, p. 977 – 1074, Pise. ; De La Genière, J., Nenci, G., Tagliente, M. 1988, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia. Contributo allo studio delle società antiche, AnnPisa 18, p. 11 – 60, Pise ; De La Genière, J.,  Nenci, G., Niro, M. 1991, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia, AnnPisa 21, p. 1 – 123, Pise. ; De La Genière, J., Nenci, G. 1995, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (DANIMS). Contributo allo studio delle società antiche, AnnPisa 25, p. 7 – 218, Pise.

Congeries Armorum

Lorsque paraissait l’ouvrage de Massimo Pallottino « Storia della Prima Italia », ce dernier soulignait la nécessité et l’intérêt que pouvait avoir l’écriture d’une histoire des peuples de l’Italie préromaine, une histoire et une archéologie de l’Italie différentes, finalement, de ce qu’avaient dès l’Antiquité constitué les auteurs latins ou grecs. Insistant sur le besoin d’un renouvellement des études italiques, le fondateur de l’étruscologie moderne faisait date et entendait faire l’étude des populations de l’Italie autrement que par leurs rapports à Rome et à l’hellénisme « colonial ». L’histoire propre de ces populations occupant le Samnium, la Campanie, la Lucanie, le Bruttium, l’Apulie et la Sicile ou les régions septentrionales de la péninsule, était donc à faire. Dans ce contexte assez récent, les études italiques ont connu un regain d’intérêt. On peut mentionner outre les travaux de M. Crawford sur les Imagines Italicae ceux de S. Bourdin sur les peuples de l’Italie préromaine. De nombreux sujets ont vu leur grille d’analyse évoluer, et de nombreuses sources se sont vues repensées. Les domaines de la guerre, de l’armement et des pratiques militaires des peuples de l’Italie préromaine, n’échappent pas à ce changement.

Les découvertes récentes d’équipements hoplitiques à Braida di Vaglio en Lucanie interne, les tombes pourvues d’armes et de décorations peintes des différentes nécropoles de Paestum, mais aussi les synthèses récentes sur les combattants italiques (Les enfants de Mars, I figli di Marte, de G. Tagliamonte, qui traite du  mercenariat et de la mobilité militaire) et sur les origines de la cavalerie romaine (Le cavalier tyrrhénien, de N. Lubtchansky), permettent à l’heure actuelle de donner une suite aux travaux fondateurs de Chr. Saulnier sur la guerre et les armées étrusques, romaines et samnites entre le Ve et le IIIe siècles av. J.-C., ou encore à ceux de Cl. Nicolet sur les armées de la Rome républicaine. Toujours dans la tradition française des études sur  l’Italie préromaine les travaux d’A.-M. Adam, d’A. Rouveret et de D. Briquel ont considérablement contribué à faire avancer l’histoire de la guerre dans la péninsule avant notre ère, en se penchant sur le mobilier métallique et la peinture funéraire notamment. Ces travaux mettent en évidence l’idée que le début du Ve siècle av. J.-C. est marqué par une réelle rupture : d’abord sur la nature des équipements militaires découverts en contexte funéraire et ensuite sur l’imagerie qui y est associée de manière directe. Auparavant en effet les populations italiques produisaient peu d’images en comparaison des céramiques figurées grecques, on peinait donc à identifier des choix iconographiques originaux. Au Ve siècle donc, des images nouvelles apparaissent, et ont pour principal support des productions de vases figurés italiques et italiotes (étudiés par A. D. Trendall dont les travaux ont connu un réelle mise à jour récente), des peintures funéraires, une petite plastique en relief, ainsi que des lieux de culte et de mise en scène de la catégorie fonctionnelle militaire, à laquelle nous nous intéressons. Cette iconographie est foisonnante et insiste sur le rôle plus grand de la mise en scène du combattant. De même, les realia, les armes retrouvées en contexte archéologique, suggèrent l’existence d’une circulation des modèles guerriers, des emprunts de pièces d’armement d’un peuple à l’autre. De ce point de vue, le Ve siècle marque bien l’émergence d’un armement italique original, qui n’est plus uniquement le produit d’une copie des modèles grecs : cuirasses bilobées, trilobées, sabres de cavalerie « lucaniens », ceinturons dits « samnites » : si l’armement « grec » perdure dans ses formes, dans la présence de production hybrides, il faut constater l’invention d’un nouveau guerrier qui, organisé en armées, est décrit par les sources comme un danger potentiel pour les établissements coloniaux, comme en attestent les conquêtes de Paestum et de Laos entre les années 420 et 390 av. J.-C. Ces sujets sont autant de thèmes désormais défrichés, et forment une problématique à part entière dans l’étude du fait militaire.

L’objet de ma thèse de doctorat, et donc de ce carnet, par extension, est de tenter de faire l’archéologie du guerrier italique, de la pratique du métier des armes, du fonctionnement des armées, par le biais de toutes les sources directes ou indirectes, archéologiques, textuelles, iconographiques. Il s’agira de comprendre toutes les dimensions de la vie militaire, du maniement des armes, et de réalités sociales sous-jacentes, ainsi que les mécanismes de production des images de la guerre au sein de populations partiellement hellénisées qui forment la mosaïque des peuples italiques, monde à la fois ancien par ses origines culturelles, mais loin d’être inerte du fait des intenses circulations qui s’y déroulent depuis le début de l’âge du fer.

Mes premiers travaux de recherches, en Master ont été consacrés à l’étude des élites militaires lucaniennes par le biais de leurs tombes, de leurs armes, et de l’iconographie qui les mettait en scène, et constituait de fait la mise en place méthodologique et documentaire de mes travaux actuels, qui cette fois ci concerneront toute l’Italie parlant la langue osque (les oscophones), ainsi que l’Apulie, et la Sicile. Les populations oscophones, intimement liées par la culture matérielle, la langue, et l’histoire politique, constituent un espace humain cohérent. La proximité de ces territoires avec les cités grecques d’Italie, moteur d’échanges pacifiques comme conflictuels, permet entre autre d’envisager la guerre comme un  « savoir partagé » et assez symétrique (les textes latins parle de « communis mars », de « mars commun »). Cette géographie desserrée permettra de mettre en série des documents issus de toutes les cultures italiques de l’Italie méridionale, afin d’envisager non plus seulement des faciès ethno-culturels, mais bien des dynamiques plus larges. La particularité de ces espaces et de ces dynamiques réside aussi dans la présence d’un grand nombre d’images : la production de céramiques à figures rouges (apulienne, lucanienne, paestane, sicilienne, campanienne) en Italie même à partir du dernier tiers du Ve siècle av. J.-C. fut finalement l’occasion pour les populations italiques de mettre en œuvre leur propre langage iconographique, leur propre grammaire de l’image, de représenter « autre chose » que ce que la production attique offrait auparavant. On s’intéressera donc aussi aux effets de transferts culturels, aux formes d’appropriation et de réseaux qui peuvent se démarquer dans ces productions, et particulièrement donc au sujet de l’imagerie militaire : le guerrier seul, le duel, les scènes de combat mythologique, autant de compositions qui, en ce qu’elles mettent en scène des équipements militaires, peuvent être comparées à des réalités archéologiques. On se demandera aussi de fait si ces guerriers italiques sont de ces « autres guerriers », pour reprendre la formule de F. Lissarrague, ou bien s’ils ne sont en réalité pas si différents de l’hoplite grec pour lesquels on dispose des représentations dans ces régions au Ve siècle. Après la conquête de la Grande Grèce, le guerrier s’efface au profit du citoyen. Le sens de cette évolution est donc central, et sera à mettre en lien avec les évolutions de la typologie des armements, mais aussi, et surtout, avec la lente disparition des dépôts d’armes, tous contextes confondus.

Dans cette démarche sur le matériel et sur les images, il faudra considérer trois phénomènes majeurs et intimement liés. D’abord la professionnalisation progressive des armées grecques et italiques au cours de la période, accélérée par des conflits impliquant toute la région, autant d’évènements qui impliquèrent des contingents issus des populations italiques, et qui font de la guerre une pratique récurrente, obéissant à une technique et une organisation tactique nouvelle. Ces facteurs ont pu influencer non seulement les choix matériels, mais aussi les choix iconographiques. Dans un second temps, manier les armes, les fabriquer, ou faire partie d’une troupe reconnue et efficace, devient un savoir-faire collectif. Comprendre par quels processus et par quels moyens ce savoir-faire se manifeste et se constitue, à la fois dans les vestiges archéologiques et dans l’iconographie, est donc un questionnement central. Le développement de la poliorcétique n’est pas quant à lui sans conséquence sur l’art de la guerre, puisque des traités sur la manière d’assiéger les villes, notamment celui de Philon de Byzance, se diffusent alors. L’Italie centro-méridionale est d’le lieu d’établissement, dès le milieu du Ve siècle, d’un grand nombre de fortifications, dont certaines sont dotées d’éléments de défense active qui n’ont jamais été étudiés en série. Ce champ d’étude, vierge de toute synthèse, constituera un moyen de comprendre comment les populations adaptent leur habitat à ces nouvelles pratiques militaires, à cette récurrence des conflits. Il s’agira finalement de voir quelle est la part de présence de la sphère militaire dans le quotidien, à la fois par la vision des armes dans l’espace collectif (sanctuaires et habitat défendu), ou privé (iconographie sur vase, tombes), et comment cette sphère militaire se construit au sein de la mosaïque des peuples italiques.

Congeries Armorum, c’est donc l’amas de toutes ces armes : réelles, dessinées, peintes, gravées, dédiées, brûlées, clouées, parlantes ou muettes, elles sont les reliefs éminents d’un monde italique marqué par la guerre, par la prééminence sociale du combattant, issu le plus souvent des élites sociales de chacun des peuples, et c’est le titre du carnet par lequel j’essayerai de vous en parler.

Bibliographie

  • ADAM. A.-M., ROUVERET. A. (éds.), 1984: « Guerre et sociétés en Italie (Ve-IVe s. avant J.-C.). », Actes de la Table ronde (Paris, 5 mai 1984), Paris, p. 19 – 28.
  • BENASSAI. R., 2001: « La pittura dei Campani e dei Sanniti. », Roma.
  • BOTTINI. A. (éd.), 1993: « Armi: Gli Strumenti della Guerra in Lucania. », Bari.
  • DENOYELLE, M., LIPPOLIS, E., & MAZZEI, M., 2005: « La céramique apulienne: bilan et perspectives », Naples, Italie: Centre Jean Bérard.
  • GUILAINE, J., 2011: « L’armement et l’image du guerrier dans les sociétés anciennes : de l’objet à la tombe », Dijon, France: Éd. universitaires de Dijon.
  • INALL. Y., 2009: « A Typological Assessment of Iron Age Weapons in South Italy. », Thèse de Doctorat, Université de Sydney.
  • LUBTCHANSKY. N., 2005: « Le cavalier tyrrhénien: représentations équestres dans l’Italie archaïque. », Rome.
  • PALLOTTINO, M., 1985: « Storia della prima italia », Milano: Rusconi.
  • PONTRANDOLFO. A., ROUVERET. A., 1992: « Le tombe dipinte di Paestum. », Modène.
  •  POUZADOUX, C., 2013: « Eloge d’un prince daunien: mythes et images en Italie méridionale au IVe siècle av. J.-C. », Rome, Italie: École française de Rome, 2013.
  •  SAULNIER. Ch., 1983: « L’armée et la guerre chez les peuples samnites: VIIe-IVe s. », Paris.
  • TAGLIAMONTE. G., 1994a: « I figli di Marte. Mobilità, mercenari e mercenariato italici in Magna Grecia e Sicilia. », Rome.