Second manifeste du « groupe des 25 » au sujet d’Alésia et de Chaux des Crotenay

Ci-après, le texte reproduit du second manifeste en réponse à Danielle Porte et ArcheoJurasites :

Alésia à Chaux-des-Crotenay : une escroquerie intellectuelle

Les arguments des partisans de la localisation d’Alésia à Chaux-des-Crotenay ont été repris une nouvelle fois par la presse jurassienne en décembre 2016. Ces articles faisaient suite à un long texte de 28 pages, daté du 15 décembre 2016, signé de l’association ArchéoJuraSites, de Danielle Porte, François Chambon et Franck Ferrand. Nous présentons ici une analyse très précise de ce texte où nous reprenons nombre d’arguments de leurs auteurs, en revenant aux sources de la documentation textuelle et archéologique, en décortiquant chacun de leurs raisonnements et chacune de leurs affirmations. Nous mettons ainsi en évidence des manipulations des textes antiques, la falsification des résultats de fouilles archéologiques, une succession de contre-vérités et de mensonges faisant ainsi de cette théorie jurassienne une imposture manifeste. La recherche poussée que nous avons menée démontre d’abord une interprétation souvent orientée de la Guerre des Gaules dans le seul but de « faire coller » le texte de César à la topographie locale et à la théorie de A. Berthier. Ainsi, en refusant d’admettre que la localisation d’Alésia relève pour la plus grande part de l’archéologie, Danielle Porte se discrédite totalement. Comment en effet prétendre résoudre une question scientifique en occultant une partie essentielle et décisive de la documentation disponible. La démarche scientifique est d’abord fondée sur une hypothèse qui, pour être admissible, doit être confirmée ou infirmée par le retour à la documentation de base, pour le cas qui nous occupe : aux textes, aux rapports de prospections (au sol, géophysiques, aériennes, Lidar…), aux minutes et aux rapports de fouille, aux plans et aux cartes, et bien sûr à la totalité du matériel archéologique recueilli lors des fouilles et des prospections. L’acceptation définitive de l’hypothèse de départ se fera au cours du processus de publication des résultats, publication qui ne sera validée qu’après la soumission de l’ensemble du raisonnement à des scientifiques reconnus. Les « pseudo-scientifiques » de Chaux-des-Crotenay (nous reprenons ici, avec encore plus de virulence, le terme employé dans notre manifeste du 20 octobre 2016) refusent l’accès aux archives et au matériel archéologique qu’ils détiennent aux adversaires de leur hypothèse, illustrant ainsi leur conception bien particulière de la démarche scientifique. ArchéoJuraSites sait que l’accès à la totalité de leur documentation risque de mettre à mal leur fonds de commerce alors que, paradoxalement, ils se disent défenseurs d’une approche scientifique du patrimoine archéologique régional. Dans le même sens, ils refusent également de proposer leurs résultats à des revues historiques et à des colloques spécialisés. Nous demandons donc un accès à la totalité de la documentation dans le seul but de publier collectivement, dans une revue reconnue, l’ensemble des résultats des fouilles effectuées autour de Chaux-des-Crotenay, notamment celles du site de Crans.

En reprenant tous les arguments du texte du 20 décembre d’ArchéoJuraSites et consorts, nous démontrons qu’aucune preuve sérieuse – scientifiquement validée – ne permet de prouver qu’Alésia se situe dans le Jura. On peut comprendre la déception des tenants de Chaux-des-Crotenay qui voient détruites des années de passion et d’investissement personnel. En revanche, comment est-il possible d’admettre que certaines personnes formées aux sciences historiques puissent être aveugles à ce point et, surtout, comment est-il encore possible à des responsables politiques de s’enferrer dans cette voie sans issue ? L’attachement à un territoire et à son développement ne peut pas tout excuser.

Réponse à ArchéoJuraSites

La presse jurassienne s’est fait l’écho, en décembre 2016 (Le Progrès, le 28 ; La Voix du Jura, le 29), d’une réponse des partisans de la localisation d’Alésia à Chaux des-Crotenay à notre manifeste du 20 octobre 20161. Cette réponse a été adressée par courrier à plusieurs d’entre nous. Intitulé « À propos des “sornettes” reprochées aux partisans d’Alésia à Chaux-des-Crotenay. La réponse légitime des “pseudo chercheurs” au manifeste de 25 archéologues », daté du 20 octobre 2016, ce long texte de 28 pages, daté du 15 décembre 2016, est signé d’ArchéoJuraSites et de Danielle Porte, François Chambon et Franck Ferrand. Ce document expose les deux lignes argumentaires et contradictoires des partisans de l’hypothèse d’André Berthier qu’on peut résumer ainsi.

1°) Après avoir, depuis l’Algérie, localisé sur des cartes topographiques le site d’Alésia à partir de son interprétation des indications géographiques données par le récit de César dans son ouvrage sur La Guerre des Gaules, dont il a modélisé la combinaison topographique (le fameux triangle qui s’avère en réalité une pure invention de sa part), André Berthier a tenté de retrouver sur le terrain les vestiges du siège, à Chaux-des-Crotenay, à Syam et à Crans, malgré les obstacles multiples que lui ont opposés la Direction régionale des Antiquités historiques et ses directeurs successifs. Aujourd’hui, ses disciples réclament l’ouverture de nouvelles fouilles sur le vaste espace constitué par le prétendu oppidum assiégé et ses alentours, pour identifier les camps gaulois et romains et les structures bâties et fossoyées du siège.

2°) La ligne de Danielle Porte, plus originale, est de répéter que la localisation d’Alésia ne relève pas de l’archéologie, mais de l’exégèse des textes qu’elle maîtrise parfaitement, selon ses déclarations, comme Franck Ferrand, contrairement aux archéologues en général et aux agrégés de littérature classique issus de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm qui se sont penchés sur ce dossier. Les défenseurs de l’Alésia jurassienne sont persuadés que la répétition de contre-vérités finira par emporter l’adhésion du public, des élus, des décideurs et de l’université.

La ligne qui accorde quelque intérêt à l’investigation archéologique emprunte deux cheminements discursifs : la voie selon laquelle André Berthier recherchait les vestiges du siège d’Alésia et il en a trouvés et, plus récente, la voie selon laquelle il n’était intéressé que par la carte archéologique de la région de Chaux-des-Crotenay et qu’il a enregistré dans ce domaine des résultats remarquables. En réalité cette stratégie, loin d’avoir un quelconque rapport avec A. Berthier, a suscité la création d’ArchéoJuraSites qui s’est orientée utilement vers l’inventaire des ressources archéologiques du territoire, en tout cas jusqu’en 2008, ce qui à l’époque lui avait valu les foudres de D. Porte (dans L’imposture Alésia : l’imaginaire de l’archéologie, p. 490) :

« Dans le même temps, l’association ALESIA, créée par A. Berthier en 1980, prépare, puis consacre sa propre disparition. Les journaux ne parlaient déjà plus, ces deniers mois, d’une association qui se nommait jadis fièrement ALESIA, mais d’un groupe « d’érudits locaux ». Madame se meurt, Madame est morte. Qu’avec le nom maudit s’éteignent alors les échos importuns qu’il suscitait ! Faut-il qui dérangeât, ce nom … Convaincue de l’abandonner après vingt-sept ans d’existence, l’ALESIA est devenue, le 18 avril 2007, l’ArchéoJuraSites, qui s’occupe à présent de traquer les dinosaures et de recenser les tumulus, en reniant César et celui qui prouva sa présence en terre jurassienne. Les statuts qui accompagnent la transformation ne mentionnent même plus, à la date du 4 mai 1980, où il fonda l’association, le nom d’André Berthier ; a fortiori, le pourquoi de cette fondation. »

D. Porte critiquait alors le changement d’orientation stratégique de l’association qui, sous l’impulsion de son président A. Mariot, se tournait effectivement vers une démarche de collaboration avec les scientifiques et avec les services du patrimoine du Département dans le but de valoriser les vestiges archéologiques du plateau de Champagnole pour ce qu’ils sont et non pour une hypothétique relation avec Alésia. C’est dans ce cadre qu’ont été demandées les expertises que nous évoquons, qu’ont été lancés les travaux autour du château et, qu’en collaboration avec F. Leng, un recensement des sites du plateau a été effectué. Certains élus pensent encore que l’association est toujours sur cette ligne politique : « Leur démarche n’est pas de dire qu’ici est forcément Alésia, mais qu’il s’est passé des choses, peut-être Alésia » Daniel Vionnet, Maire de Chaux-des-Crotenay, dans Le Progrès, 28 décembre 2016). C’est oublier que, depuis la disparition d’A. Mariot, l’association a été reprise en main et s’est de nouveau tournée vers la défense d’une Alésia jurassienne. Les six derniers mois auront au moins permis de faire tomber les masques. MM. André Alix et Jean Michel témoignent de ce retour à une ligne obscurantiste. Leurs interventions à l’été 2016 dans un débat qui ne les concernait pas montre bien leurs intentions réelles. Les conférences de J. Michel, tant à Polytechnique qu’à Pontarlier, continuent à affirmer des contre-vérités, faisant passer, entre autres, des fosses médiévales pour des pièges césariens. Leur association avec D. Porte, gardienne du dogme berthiériste, devrait achever de convaincre les derniers hésitants sur la nature des intentions de l’actuelle direction d’ArchéoJuraSites.

Retour sur les moyens accordés par l’État à André Berthier :

Nous maintenons qu’André Berthier a bénéficié d’appuis politiques et logistiques exceptionnels. Affirmer le contraire, c’est manifester sa méconnaissance des conditions de fouille archéologique dans les années 60-70 en France en général et dans le contexte des fouilles de bénévoles en particulier. Nous mettons au défi nos contradicteurs de nous trouver un exemple d’archéologue amateur, voire professionnel, ayant bénéficié de l’aide massive des plus hauts dignitaires de l’État et de la mise à disposition des moyens militaires évoqués (mise à disposition de soldats, une mission photographique réalisée par un Mirage III, mise à disposition d’un hélicoptère de la Gendarmerie, etc.). Les fouilles et particulièrement les sondages se faisaient systématiquement l’été avec du personnel bénévole, sur des temps courts. Ces conditions de fouilles sur le site de Chaux-des-Crotenay n’ont donc rien d’exceptionnel dans le contexte des fouilles bénévoles de cette époque, et elles sont encore courantes sur les chantiers tant au tournant des années 90 qu’actuellement. Seuls quelques sites exceptionnels, intégrant des programmes de recherche d’envergure nationale ou internationale, bénéficiaient d’équipes professionnelles. L’essentiel des moyens de l’archéologie française étaient à l’époque mobilisé sur les sites à l’étranger (Italie, Grèce, Egypte et Proche-Orient).

Nous n’avons jamais évoqué de moyens financiers exceptionnels. En revanche nous confirmons qu’A. Berthier a bénéficié de réseaux influents dont celui des archivistes qui lui ont ouvert les portes des hautes sphères de l’État, ce qui est confirmé dans tous les textes d’ArchéoJuraSites que nous avons cités ainsi que dans la biographie d’A. Berthier proposée par la même association : « Berthier s’était adressé en premier lieu au directeur des Archives nationales qui obtint d’André Malraux la première autorisation de fouilles. » (André Berthier. Un homme. Une œuvre, ArchéoJuraSites, 2012). Personne parmi nous n’est jaloux de ces appuis : nous signalons seulement qu’A. Berthier était loin d’être la victime isolée qui nous est décrite. De même, les équipes coordonnées par Bernard Edeine étaient composées d’archéologues très bien formés. Si B. Edeine quitte le chantier, c’est bien suite au rapport complètement erroné d’A. Berthier, type de rapport dont il s’était fait une spécialité. Les refus d’autorisation de sondage au début des années 90 relèveront des mêmes causes – et non pas d’une quelconque cabale des instances dirigeantes de l’archéologie de l’époque –, A. Berthier modifiant, sans aucun fondement scientifique, les conclusions de rapports des archéologues qui pilotaient les fouilles, notamment Ch. Meloche. A. Berthier n’était pas capable de monter un projet de fouille et de rédiger des rapports de type scientifique : ArchéoJuraSites rappelle elle-même « Les difficultés d’André Berthier à se plier aux exigences et injonctions de la Direction (communication des rapports de fouilles, explications sur les projets de fouilles envisagées…) », dans André Berthier. Un homme. Une oeuvre, ArchéoJuraSitess, 2012.

Les fouilles de Syam et de Crans

Ce qui est rapporté à l’activité remarquable d’André Berthier, ce sont essentiellement les fouilles de Bernard Édeine et de Christophe Méloche, à Syam et à Crans. Ce sont les seules fouilles dont on puisse connaître les résultats selon les règles de la communication publique de résultats scientifiques. Le discours d’ArchéoJuraSites confond sciemment deux niveaux d’information : l’information scientifique objective et les interprétations fantaisistes d’André Berthier. C’est ce divorce entre les données scientifiques et les interprétations erronées d’André Berthier qui est à l’origine du départ de Bernard Edeine, durant l’été 1972, et de l’éviction de fait de Jean-Yves Guillaumin, président de l’association A.L.E.S.I.A., et de Christophe Méloche, dont la compétence archéologique a été reconnue par l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN), puis par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), ses employeurs successifs.

Pour résumer, A. Berthier n’a jamais découvert un ustrinum, un puteal et un fanum commémorant la victoire de César, pas plus que des lilia (pièges de l’armée césarienne formés d’un puits conique armé d’un pieu effilé en pointe vers le haut). Continuer à évoquer ces découvertes en leur donnant du crédit est une véritable escroquerie intellectuelle. En revanche, les 23 fosses de La Grange d’Aufferin fouillées et interprétées par A. Berthier comme des lilia sont des trous de poteaux médiévaux et ont un comblement daté des XIIe -XIIIe siècles de notre ère par le radiocarbone (cf. : Christophe Méloche, Les granges laïques des bailliages d’Aval et de Dole au travers de la documentation moderne XVe. XVIe s., Programme 20. Rapport d’activité, S.R.A de Franche-Comté, Besançon, 2003, 275 pages, 43 figures : p. 224-229 ; p. 225 et 228) : ce sondage de 1971 et 1972, dans une tranchée creusée par le propriétaire, G. Tissot, a été effectué par A. Berthier et B. Edeine pour vérifier la localisation du camp nord de l’armée romaine attaqué par l’armée de secours des Gaulois. André Berthier sait ce qu’il recherche : prétendre le contraire, comme le fait ArchéoJuraSites, pour valoriser à tout prix son activité archéologique relève là aussi, sinon d’une naïveté confondante, d’une vraie malhonnêteté intellectuelle :

« Comme indiqué précédemment, Berthier a globalement très peu fouillé ou sondé, uniquement sur 3 ou 4 lieux très précis, sur des surfaces ne représentant que 2 ou 3 ha au maximum, avec des objectifs de recherche bien spécifiques (sans nécessairement en lien avec la bataille d’Alésia). Mettre au jour du mobilier médiéval sur une parcelle d’une dizaine de m 2 qui a produit par ailleurs des milliers d’artefacts antiques ne peut absolument pas être avancé comme une preuve dirimante permettant de dire que Berthier a définitivement échoué dans sa quête de l’Alésia de César. » (ArchéoJuraSites)

Si, on peut l’affirmer, car A. Berthier a prétendu reconnaître des vestiges du siège d’Alésia dans les structures purement médiévales des sites de la Grange d’Aufferin, à Syam, et des Étangs, à Crans. Quant au mobilier gallo-romain de ce dernier site, il est lié à la proximité d’une nécropole à incinérations dont les vestiges ont servi de remblai pour colmater les restes de la grange médiévale.

Le site des Étangs, à Crans, a livré en effet les vestiges d’une grange médiévale du XIVe s. abandonnée vers 1375 et installée sur les vestiges d’un établissement du Xe s. (Christophe Méloche, Une grande féodale du XIVe siècle à Crans (Jura), Mémoire de maîtrise de Sciences et Techniques, université de Lyon, 1994 ; Christophe Méloche, « Crans (Jura) : une grange féodale du XIVe siècle sur le deuxième plateau jurassien », dans Jean-Michel Poisson, Pierre-Yves Laffont dir., Pages d‘archéologie médiévale en Rhône-Alpes. Actes de la 2ème Rencontre Rhône-Alpes d’Archéologie Médiévale, Lyon, 11 décembre 1994, Lyon, 1995, p. 63-74 ; Christophe Meloche, « Le four à pain de la grange de Crans (XIIIe-XIVe s.), dans Jean-Luc Mordefroid, Tournez moulins ! Céréales, moulins & fours du Jura. Ve-XVIe siècles, catalogue d’exposition, Lons-le-Saunier, p. 47 à 53, 5 fig.). Signalés par des microreliefs, des structures bâties ont été fouillées en 1971 et interprétées, pour la plus importante, comme un ustrinum du I er s. (cf. Les annales d’Alésia, bilan de vingt années de recherches archéologiques sur le site présumé d’Alésia, Association Lemme et Saine d’intérêt archéologique, 1984, p. 43-45.), et les autres comme des redoutes ayant supporté des tours de bois (cf. Annales d’Alésia, p. 38-41). En 1982, la structure reconnue comme un ustrinum en 1971, et dont la fouille a repris en 1978, est interprétée comme une « plate-forme supportant un engin de jet » (cf. A. Berthier et alii, « Alésia, une découverte qui change tout », Les dossiers de l’histoire, 38, 1982, p. 25 et 35). Elle est réputée appartenir à « un petit camp carré » bordé à l’est par deux autres plates-formes. Il s’agit en fait des bâtiments 4, 5 et 6 de la grange médiévale dont les vestiges ont été enfouis sous un remblai conséquent (fig. 1). En 1990, en annexe de l’ouvrage rédigé avec André Wartelle, Alésia, publié aux Nouvelles Éditions Latines, Paris, p. 310-311, A. Berthier identifie le bâtiment 4 comme un fanum commémoratif de la bataille d’Alésia. C’est dire combien cette grange médiévale a suscité chez A. Berthier différentes hypothèses totalement fantaisistes et dépourvues de fondements, pour faire coïncider des vestiges archéologiques authentiques avec un présupposé aveuglant : « le fanum retrouvé a une particulière importance dans l’hypothèse d’Alésia. On peut dire qu’il était attendu, sinon nécessaire. » A. Berthier l’a donc inventé, comme le reste. Il fallait en effet que « le militaire et le sacré » se rejoignissent, étroitement mêlés sur le terrain, « là où le premier choc s’était produit ».

Les vestiges de la Grange médiévale de Crans : bâtiment 4 avec sa cheminée,
bâtiments 5 et 6, bâtiment 2 et four à pain (S1)

ArchéoJuraSites reprend sans esprit critique les interprétations fantaisistes d’A. Berthier sur l’ustrinum, les fours gallo-romains et le fanum et leur fait place dans l’interprétation de Ch. Méloche : beau tour de passe-passe anachronique ! Le mobilier gallo-romain n’a pas été trouvé sous la grange médiévale, mais bien sur elle, en position secondaire, ce qui permet de l’identifier comme un remblai issu pour l’essentiel d’une nécropole gallo-romaine identifiée par les fouilles. Ch. Meloche avait donc raison, et A. Berthier tort.

« Pour ArchéoJuraSites, il est inacceptable (comme certains l’ont laissé entendre sans avoir eu connaissance ni du rapport, ni des données relatives aux contextes de collecte des objets) de prétendre boucler définitivement la problématique de la localisation réelle du siège d’Alésia à partir de cet examen rapide d’un corpus d’artefacts ne constituant qu’une photographie très partielle de ce que recèle potentiellement le site immense de Chaux-desCrotenay. Répétons-le, au cas où cela n’aurait pas été bien compris, les objets recueillis et étudiés ne concernent que trois emplacements limités, sans lien immédiat ou évident avec de possibles zones de combat antique. »

Là encore cette affirmation est contraire à la démarche consciente d’A. Berthier, que celui-ci a soulignée dans sa contribution au 109e Congrès des sociétés savantes, à Dijon, le 5 avril 1984 :

« La conduite de la recherche sur le terrain a été entreprise conformément aux impératifs du portrait-robot. Ce n’est pas en nous promenant ou en prospectant au hasard que nous avons fait des découvertes. C’est en allant directement vers des endroits prédéterminés qui avaient été pointés sur la carte d’après les renseignements donnés par César » (« La méthode du portrait-robot dans la recherche d’Alésia »).

C’est donc parfaitement clair : Berthier a fouillé là où le portrait-robot lui dictait de fouiller. Le site de Crans a été choisi car A. Berthier pensait y trouver les camps nord des légions romaines. Le site de Syam où il a ouvert des tranchées devait correspondre aux lieux de la bataille. Nous constatons qu’il n’y a strictement rien trouvé ayant un quelconque rapport avec un événement militaire du I er siècle avant. Il y a découvert des structures agraires et médiévales dont l’intérêt archéologique est certes incontestable mais sans rapport avec Alésia. Nous notons d’ailleurs que la toponymie avait conservé la mémoire de ces établissements agricoles (Grange d’Aufferin, Grange des Étangs, etc.).

La vérité sur la réception des résultats de Christophe Méloche par A. Berthier

Concernant le projet d’article de Ch. Meloche censuré par A. Berthier, nous nous contentons de rappeler les commentaires des notices, puisqu’ArchéoJuraSites nous refuse l’accès à ses archives :

« Le texte fourmille de détails très utiles pour la compréhension des évènements des années 90-94 (évolution de l’association A.L.E.S.I.A.) ainsi que sur les pratiques de certaines personnes associées aux recherches. Deux versions du document avec des annotations critiques d’André Berthier qui s’opposera finalement à la publication du texte dans le Bulletin de l’A.L.E.S.I.A. » http://berthier.archeojurasites.org/content/le-secteur-de-la-cote-poire-etatde-la-recherche-et-perspectives

Ici c’est bien A. Berthier qui s’est opposé à la publication de l’article et pas « l’équipe en charge de la rédaction du bulletin ».

« Trois versions de ce texte considéré par André Berthier comme une clarification indispensable par rapport aux affirmations critiques de Christophe Méloche. Ce texte, auquel il ne sera pas répondu par les personnes concernées, sera le point de départ d’une brouille sérieuse entre plusieurs membres de l’équipe Berthier qui conduira à la crise de l’association A.L.E.S.I.A. lors de l’assemblée générale d’août 1993. » http://berthier.archeojurasites.org/content/propos-dun-memoire-dechristophe-meloche-concernant-les-vestiges-de-la-combe-de-crans

Ici on évoque « une brouille sérieuse » alors que l‘équipe actuelle d’ArchéoJuraSites réduit à des « remous » les évènements de 1993. Rappelons que lesdits « remous » entraîneront le départ de tous les « scientifiques » d’ArchéoJuraSites, tant Ch. Méloche que J.-Y. Guillaumin, ce dernier s’étant vu interdire par le maire de Crans, G. Tissot, de paraître sur le territoire communal et notamment aux Étangs. Le départ de ces personnes, les seules réellement qualifiées et capables d’entretenir des relations normales avec les autorités archéologiques, met définitivement fin aux campagnes de sondages et entraînera la fin de l’association dont J.-Y. Guillaumin était alors le président.

Prétendre qu’A. Berthier avait accepté l’idée d’une grange médiévale sur le site des étangs, c’est là encore une affirmation en contradiction avec la notice du site d’ArchéoJuraSites :

« La controverse porte sur l’hypothèse de la grange médiévale soutenue par C. Méloche. Berthier développe d’abord et longuement les caractéristiques des fermes seigneuriales connues et présente 5 objections face aux affirmations de Méloche. Il revient sur les constructions des Etangs de Crans, sur certaines particularités (cheminée, monument cylindrique,…) ainsi que sur les mobiliers trouvés et leur expertise. Il développe l’idée que la structure cylindrique en tuf puisse être un puits d’honneur ou puteal et conteste l’interprétation de la structure en couronne comme étant la base d’un four à pain. Enfin, à travers l’examen des mobiliers trouvés (céramique, clous, agrafes…), Berthier démontre que les thèses de Méloche ne sont pas crédibles (grange seigneuriale, nécropole gallo-romaine, four à pain…) et propose un certain nombre d’axes pour des travaux futurs. » http://berthier.archeojurasites.org/content/propos-dun-memoire-dechristophe-meloche-concernant-les-vestiges-de-la-combe-de-crans

On note ici qu’A. Berthier ne jugeait pas crédible l’existence d’une grange médiévale, d’une nécropole gallo-romaine et d’un four à pain.

La vérité de l’expertise du mobilier archéologique

Toutes les interprétations scientifiques de Ch. Méloche sont confirmées par la fameuse expertise de 2011 dont ArchéoJuraSites refuse de rendre publics les rapports, alors que, malgré ses affirmations, elle est parfaitement rédigée et totalement compréhensible sans avoir besoin de l’exégèse des membres de ladite association. Malgré les affirmations de l’association, l’expertise avait bien été commandée pour vérifier si le mobilier recueilli pouvait avoir un rapport avec le siège d’Alésia et valider ainsi, ou invalider, la théorie d’A. Berthier :

« André Berthier, archiviste paléographe de l’École des Chartes et Directeur de la circonscription archéologique de Constantine, se consacre plus tard à l’étude de la région de Champagnole/Chaux-des-Crotenay et y développe sa théorie d’Alesia, connue depuis, hors des frontières jurassiennes, tant elle fut l’objet de nombreuses discussions polémiques et de controverses. Adhésion à cette théorie ou contestation ? » « Le mobilier issu des fouilles, mis à disposition, devait donc permettre de lever le voile sur les incertitudes liées à la datation des sites explorés. En effet, depuis de nombreuses années, la fouille stratigraphique, le croisement d’informations et, lorsqu’elle est nécessaire, l’utilisation de méthodes chimiques ont permis d’établir des typologies donnant aux objets exhumés une valeur datante incontestable. » Daniel Jacquiot, administrateur, a alors décidé, en accord avec son président, Alain Mariot, et le bureau de l’association, de contacter les experts indispensables à la réalisation de ce travail. » Introduction du rapport d’expertise de 2011.

D’autre part, loin d’invalider les interprétations de Ch. Méloche, le rapport d’expertise les confirme systématiquement en rappelant l’origine médiévale des constructions de la grande des Étangs :

« La céramique médiévale est également bien représentée avec 21,4% du matériel (tableau 1). Elle comprend des marmites globulaires en particulier à lèvre en bandeau vernissée et décor de cordons digités verticaux (photo 7) ainsi que des marmites à panse côtelée (photo 8). Elle comprend également des pichets vernissés à décor de croisillons vert et brun (photo 9). La plupart de ces céramiques provient des secteurs G-H-I (fouilles 1990-1991) en liaison avec des vestiges maçonnés (habitat). Leur origine reste à déterminer, mais il s’agit de productions des XIIIe -XIVe » Rapport d’expertise de 2011.

La tentative maladroite de dévaloriser le travail de J.-P. Guillaumet prête à sourire, les membres d’ArchéoJuraSites n’ayant strictement aucune compétence dans l’expertise des objets métalliques, à l’inverse, J.-P. Guillaumet est un expert reconnu au niveau international. S’il n’a pas identifié d’armes, c’est qu’il n’y avait tout simplement pas d’armes.

Par ailleurs, l’expertise mentionne clairement que les différences entre le matériel métallique et céramique s’expliquent facilement par l’origine différente des deux types de mobilier :

« En effet la céramique présente une proportion importante de mobilier romain postérieur à la conquête, alors que le métal représente une occupation plus récente. Il est toutefois mentionné, dans un des rapports, une utilisation autorisée d’un détecteur de métaux ce qui a pour effet immédiat de déséquilibrer les proportions entre la terre cuite et les objets métalliques et d’en mélanger les époques. »

D’autre part, on ajoutera que les céramologues avaient rapidement identifié l’origine religieuse de la céramique expertisée :

« Concernant le mobilier romain, il faut souligner l’importance des céramiques fines en particulier celles à revêtement argileux (gobelets) et la quasi-absence de céramiques culinaires. Un tel faciès est tout à fait atypique pour un habitat. On peut donc se demander s’il ne s’agit pas de dépôts éventuellement en lien avec la présence de la source voisine. »

Enfin l’expertise rappelle l’extrême faiblesse du mobilier protohistorique, ce qui contredit l’hypothèse d’un site d’occupation antérieure à la conquête romaine et contribue à invalider la possibilité d’un siège militaire du I er siècle avant J.-C.

Les erreurs d’interprétation grossières commises par A. Berthier qui tentait désespérément de relier ses découvertes avec le siège d’Alésia (le pseudo-fanum de la Grange des Étangs était censé commémorer la victoire romaine) expliquent que ses rapports ont été systématiquement invalidés par la Direction régionale des Antiquités historiques et, par conséquent, les autorisations de fouilles non reconduites. Aujourd’hui encore ces mesures s’appliquent à des responsables d’investigations archéologiques dont l’activité est contestée par les Commissions Territoriales de la Recherche Archéologique (CTRA), composées de professionnels de l’archéologie, recrutés au sein du Ministère de la Culture, sous-direction de l’Archéologie, de l’université, du CNRS, de l’INRAP et des services archéologiques de collectivités.

Il est temps de consacrer une publication scientifique aux vestiges découverts à Crans et à Syam. Christophe Méloche peut la prendre en charge et les « Documents d’Archéologie de Rhône-Alpes », ouverts à la publication de sites médiévaux pourraient éditer à Lyon un volume de sa collection à ces sites. Pour mener à bien cette entreprise éditoriale, Ch. Méloche a besoin de travailler sur le mobilier détenu par ArchéoJuraSites. Les collections expertisées en 2011 restent interdites d’accès à la communauté scientifique. L’association le justifie par le caractère privé de cette expertise. Pourtant, la communauté scientifique compte nombre d’experts en céramologie et en mobilier métallique pour compléter et affiner l’évaluation de 2011 dont l’association regrette le caractère limité, hâtif et superficiel. Notre laboratoire peut confier à des chercheurs confirmés, comme à des étudiants en formation, le soin d’affiner cette expertise. C’est d’ailleurs ce que conseillait Jean-René Le Nézet, rapporteur de l’expertise, à ArchéoJuraSites : « Certaines études récentes et sérieuses existent, dont celle de Christophe Méloche. Elle traite plus spécifiquement du Moyen Âge. Pourtant un réexamen méticuleux de toute la documentation par un étudiant, encadré par les acteurs des dernières opérations, serait souhaitable. Il permettrait en effet une meilleure mise en relation entre la numérotation des boîtes, les différents sites explorés et les méthodes adoptées : sondages, fouilles, prospections, etc… ». Les publications scientifiques consacrées aux sites de Franche-Comté regorgent d’expertises spécialisées sur la céramique et le mobilier métallique. La publication dirigée par Gérald Barbet et alii sur la nécropole des Charmes d’Amont, à Tavaux (39), atteste l’intérêt attaché aux armes gauloises et gallo-romaines retrouvées dans cette nécropole et dans le Finage dolois. L’horizon de l’expertise ne se limite donc pas aux individus sollicités en 2011. On remarquera qu’Armand Desbat, dont l’association loue la compétence incontestée dans le domaine de la céramologie, a participé au jury de Master professionnel qui a validé le mémoire de Christophe Méloche sur la grange de Crans et qu’Élise Boucharlat, qui a été directrice des Antiquités historiques de Franche-Comté, a salué, le 23 janvier 1995, « ce travail mené avec rigueur jusqu’à son terme ».

Nous proposons à l’association de rencontrer ses dirigeants pour faciliter le travail de Ch. Méloche.

Avec les fouilles à Syam et à Crans, on a fait le tour des vestiges archéologiques consistants découverts par l’équipe Berthier. C’est peu, et ces résultats ne peuvent nullement rivaliser avec les vestiges découverts à Alise-Sainte-Reine et dans des alentours du Mont Auxois.
Faute d’arguments archéologiques décisifs, sauf pour les élus locaux qui se satisfont de peu et s’ingénient à installer Alésia là où ce site n’existe pas, sinon dans les noms de rue et de différents édifices, ce qui est bon pour le tourisme, les partisans de l’Alésia jurassienne, – pour l’instant localisée à Chaux-des-Crotenay, mais d’autres candidates sont prêtes à reprendre le flambeau –, s’ingénient à dénoncer les interprétations des vestiges de tous ordres découverts à Alise-Sainte-Reine.
À tous, mais notamment aux élus, nous rappellerons la conclusion du rapport rédigé à la suite de la visite des archéologues suisses le 9 octobre 2008 sur les sites de Chaux-des-Crotenay :

« Conclusion : Philippe Curdy conservateur du musée de Sion
– Ne se lancerait pas dans la réalisation d’un sentier aménagé destiné aux visiteurs pour présenter les vestiges que l’on vient de lui montrer : trop d’inconnu.
– Nous invite à faire un travail de relevé : photo et repérage sur carte ; nous conseille de ne pas trop s’accrocher à ces informations frustrantes, et plutôt de prendre du recul.
– Il nous pousse à essayer de tisser des liens avec l’Université.
– Il est prêt à nous inviter un été en Suisse pour nous présenter les repérages de murs dans les alpages : les vestiges de bergeries récentes sont tout aussi intéressants que ceux de bergeries plus anciennes.
– Point positif : on aimerait avoir plus de gens comme vous en Suisse, intéressés par l’archéologie. »

Nous rappellerons pour exemple l’expertise, par les mêmes archéologues, des fameuses structures dites « mystérieuses » des Abbatois (structures en U).

«- Robert Le Pennec, archéologue amateur de Saint-Claude, spécialiste des fours à chaux du Jura : « Nous sommes en présence de deux bancs calcaire en place, orientés à l’est »
– Michel Campy, géologue, professeur d’université : « Les gros blocs sont en place. Il s’agit d’un lapiaz dont on aurait enlevé quelques éléments. Pas de présence d’éléments construits. Simple structure d’érosion en terrain calcaire. »
– Philippe Curdy, conservateur du musée de Sion : « Ne semble pas très ancien. C’est comme si l’on avait rejeté les petites pierres pour faire les tertres. Présence d’un déblai moderne : sondage Berthier. »
– Alain Benkert, archéologue de Neuchâtel : – « C’est un lapiaz avec extraction de matière : carrière de gros blocs, suivi d’une intervention plus récente : tertres en cailloutis »

Le reste du rapport est à l’envi : on comprend mieux pourquoi l’actuelle direction d’ArchéoJuraSites refuse de le rendre public. Elle préfère, comme M. Pernot, continuer à croire que « ces éléments naturels » sont des découvertes mystérieuses, voire « un site remarquable » (Le Progrès, 28 décembre 2016). On attend d’ailleurs que M. Pernot nous cite les noms « des stratèges de l’archéologie » et des « archéologues étrangers » qui contestent la thèse d’Alésia à Alise-Sainte-Reine. Quant à la conscience des élus pour l’intérêt touristique des sites archéologiques, nous nous permettons d’en douter devant la déshérence dans laquelle se trouvent lesdits sites. Nous rappellerons ainsi que le site majeur de Villards d’Héria est toujours fermé suite à des « incidents techniques » et ce, jusqu’à nouvel ordre, du fait de l’incurie des services de l’État, certes, mais aussi des mésententes entre collectivités territoriales. Et nous regretterons que les tentatives de prospections au sol sur le Mont Rivel et dans la commune de Saint-Germain-en-Montagne, activité non invasive de collecte de l’information sur des sites incontestablement antiques, aient rencontré si peu d’intérêt des propriétaires et des exploitants et si peu d’appui logistique des élus.

Quand on ne trouve pas dans le Jura, on nie ce qu’on trouve à Alise-Sainte-Reine

Comme nous l’avons vu, la seconde stratégie des défenseurs du site de Chauxdes-Crotenay consiste à tenter de dévaloriser les découvertes effectuées à Alise et de contester les travaux des professionnels. Leur argumentaire est somme toute classique. Le choix d’Alise serait un « argument d’autorité de même nature que celui qui condamna Galilée ».
La comparaison est osée et amusante : Galilée était un scientifique qui défendait des arguments scientifiques, ce qui est notre cas, contre des idées sans fondement scientifique. Nous avons montré que nos contradicteurs sont incapables de fournir la moindre preuve de ce qu’ils affirment et nous allons continuer à le montrer ici. Ils se contentent de réciter un bréviaire dépassé au mépris de tous les progrès et découvertes sur la période concernée.
Malgré ce qu’affirment les disciples d’A. Berthier, la localisation d’Alésia à Alise est parfaitement cohérente avec le texte césarien. Que nous décrit César ? D’abord il localise une région. Il affirme faire route vers le pays séquane, aux confins du territoire lingon, soit l’Yonne ou le nord de la Côte-d’Or actuelle. Jamais César ne précise avoir pénétré en territoire séquane, ni s’y être enfoncé profondément, ni ne situe Alésia chez les Séquanes. C’est Dion Cassius qui le prétend, deux siècles après César (Histoire romaine, 40, 39).
Après avoir vaincu Vercingétorix, César le pourchasse jusqu’à l’oppidum des Mandubiens qui est, d’après le texte de César, sur une colline (collis, -e), et non sur une montagne (mons, -tis), comme continue à l’affirmer D. Porte, entourée d’autres collines avec, au nord, un petit mont et, à l’est, un flanc de colline entièrement occupé par des troupes gauloises.

« Deux rivières lèchent ses bords” (César). L’Oze et l’Ozerain coulent à 300 m des bords de l’oppidum. Il en existe deux autres, la Brenne, bien plus importante, et le Rabutin. »

La colline est flanquée de deux cours d’eau. Notons que César désigne tous types de cours d’eau par le terme générique de flumen, le terme de rivus qui désigne en latin des plus petits cours d’eau, n’est utilisé dans l’ensemble des ouvrages de César que sept fois. On notera que César utilise par exemple le terme de flumen pour décrire la rivière qui coule au pied de Bourges et qui est très loin d’être un fleuve. Cette critique souvent formulée par les partisans de la thèse Berthier montre une nouvelle fois une méconnaissance du vocabulaire césarien.

« Au nord, une montagne” (César). Le mont Réa s’élève au nord-ouest, pas au nord. »

La montagne au nord d’Alise est effectivement au nord-ouest, mais César ne précise jamais que la montagne est exactement au nord, et il est très rare que le latin indique les points cardinaux intermédiaires (nord-ouest, nord-est, etc.). Il est donc parfaitement normal qu’il utilise le terme générique de nord pour localiser un relief qui, de fait, est bien au nord pour César.

D’autre part, pour prétendre être le site d’Alésia, il faut disposer d’un oppidum à assiéger et de vestiges d’un siège militaire du premier siècle avant J.-C. qui renseignent les éléments décrits par César, soit deux lignes de défenses protégées par différents pièges. Ce qui est le cas à Alise, mais pas à Chaux-des-Crotenay. Il n’y a aucune contradiction majeure entre le site d’Alise et la description de César. Il existe en revanche des différences entre le site bourguignon et le texte césarien, d’une part, et les récits tardifs et indirects d’auteurs grecs qui n’ont pas participé à l’évènement et qui se contentent de résumer des récits antérieurs. On trouve d’ailleurs les mêmes contradictions dans la description de la reddition de Vercingétorix qui est très variable d’un auteur à l’autre. La vision des auteurs grecs tardifs sur cet événement est très éloignée de celle donnée par César.

Autre procédé polémique : nous attribuer des affirmations que nous n’avons pas formulées

Nous précisons à nouveau que jamais nous n’avons affirmé que César mentait et que Y. le Bohec, cité par nos contradicteurs, n’a pas rédigé notre texte. D. Porte nous attribue ici des propos qui ne sont pas les nôtres. Concernant les sources textuelles, nous ne prétendons pas qu’elles n’ont pas existé. Nous affirmons simplement que ces sources n’existent pas aujourd’hui et que donc il est impossible que D. Porte « ait recoupé des témoignages de César et ceux de ses généraux », comme elle l’affirme dans Le Progrès. Une fois encore, D. Porte prend ses désirs pour des réalités.

À propos des monnaies en orichalque découvertes à Alise-Sainte-Reine

Ces monnaies ont été étudiées par Sylvia Nieto, numismate et archéomètre au CNRS : l’orichalque est un autre nom du laiton (alliage composé de cuivre et de zinc), qui ressemble à de l’or, d’où son usage. D. Porte cite partiellement la dernière phrase du résumé en tête d’un article de 20 p. (cf : Sylvia Nieto, « Monnaies arvernes (Vercingétorix, Cas) en orichalque », Revue numismatique, 160, 2004, p. 5-25) : (…) « les résultats obtenus posent néanmoins le problème de leur fabrication dans le contexte de la bataille d’Alésia en 52 av. J.-C. ». Ce membre de phrase est ainsi commenté : « Car l’orichalque est un alliage inconnu dans le monnayage à l’époque d’Alésia. » Le problème que négligent de signaler nos « experts numismates » d’ArchéoJuraSites, c’est que ces deux monnaies en orichalque, Musée des Antiquités nationales (MAN) n° 283 et MAN n° 285, retrouvées dans les fossés de Grésigny Sainte-Reine lors des fouilles de Napoléon III, ont été frappées au nom de Vercingétorix et avec les coins utilisés pour produire ses statères d’or (BnF 3775 et Beistegui 240). On notera déjà qu’il est plus qu’improbable que des monnaies à l’effigie de Vercingétorix aient été frappées après 52 avec les coins qui étaient utilisés pour frapper ses statères d’or !

En outre, l’article de Sylvia Nieto, qui ne doute pas que ces pièces en orichalque ont été frappées à l’initiative du chef arverne, ouvre en réalité une réflexion sur l’origine des métaux qui ont servi à frapper ces pièces. Si elle explique que ces pièces gauloises n’ont pas été fondues à partir de pièces romaines qui, effectivement, ne sont pas en circulation en 52 av. J.-C., elle montre que ces monnaies ont pu être fondues à partir de fibules en orichalque dont un exemplaire a été trouvé dans un des fossés d’Alésia. Si ces pièces ont réellement été frappées dans un contexte de pénurie de métal, il est logique que l’on ait utilisé, pour les frapper, un métal qui, à l’époque, ne servait pas aux échanges monétaires.

Pour conclure ce faux débat, on retiendra que 1°) Vercingétorix a fait frapper des monnaies en orichalque à son nom et aux types de ses statères d’or ; 2°) deux de ces monnaies ont été retrouvées à Alise-Sainte-Reine, dans un fossé du camp D, et un troisième exemplaire sur l’oppidum de Nages, dans le Gard (cf. Sylvia Nieto-Pelletier, « Une nouvelle monnaie de laiton au nom de Vercingétorix », Bulletin de la société française de Numismatique, 67-2, 2012, p. 34-37) ; 3°) en revanche, aucune monnaie gauloise datant de l’indépendance n’a été retrouvée sur les sites jurassiens réputés correspondre à l’oppidum des Mandubiens, au « camp gaulois » installé au pied des remparts de l’oppidum et dans les lieux du siège.

Le monnayage de l’Arverne Epasnactos, indésirable à Alésia

Le passage sur Epasnactos est remarquable de naïveté. Les pièces frappées par ce grand monnayeur ne peuvent pas, d’après l’Abbé Villette, se trouver dans les fossés d’Alésia avec celles des autres nations gauloises, car ce chef arverne était resté fidèle à César. Pourquoi cette interprétation est-elle naïve et absurde ? D’abord parce qu’il faudrait considérer qu’une monnaie ne peut se trouver que là où son monnayeur est passé, ce qui équivaudrait à méconnaître les processus de diffusion des monnaies, notamment celles des peuples importants comme les Arvernes. D’autre part, Epasnactos n’est cité comme un allié des Romains qu’après l’épisode d’Alésia, dans le livre VIII – le récit de la bataille d’Alésia se trouvant dans le livre VII –, mais on ne sait pas dans quel camp il se trouvait en 52. On peut simplement affirmer que le personnage est considéré, après la reddition de Vercingétorix, comme un ami des Romains et qu’il a sans doute rallié César comme d’autres dignitaires arvernes. Il faut rappeler que les élites gauloises ne cessent de changer de camp au cours de la guerre des Gaules et que Vercingétorix lui-même a été, d’après Dion Cassius, un supplétif de César. On notera que, quand il propose de rallier la rébellion, il est chassé de Gergovie par son propre oncle. Après Alésia, César indique qu’il épargne les Arvernes et les Éduens qui ne sont pas réduits en esclavage pour « essayer de se servir d’eux pour regagner ces peuples » (B.G., VII, 89). Un peu plus loin « Des ambassadeurs arvernes viennent l’y trouver, se déclarant prêts à exécuter ses ordres. » (B.G., VII, 90). Après Alésia, Epasnactos a pu, comme les autres Arvernes, rallier César avec qui il collaborait avant 52.

D’autre part, l’abbé Villette étant décédé en 1991, il n’a pas eu accès à deux informations importantes. D’une part, le fossé où ont été trouvées ces monnaies n’est pas celui de la circonvallation (donc accessible aux armées de secours) comme le pensaient les fouilleurs de Napoléon III et donc J.-B. Colbert de Beaulieu, mais celui de la ligne de contrevallation (qui fait face aux assiégés). Il est plus que probable que les monnaies qui s’y trouvent ne proviennent pas de soldats gaulois de l’armée de secours mais qu’elles constituaient le butin d’un légionnaire ou d’un auxiliaire. Ce qui expliquerait que la composition monétaire du dépôt suive la géographie des campagnes de César. D’autre part, l’abbé ignorait aussi que 15 concentrations monétaires du même type que celle des fossés de Grésigny ont été retrouvées sur un autre champ de bataille, relié au désastre de Varus, à Teutoburg, en 9 ap. J.-C., et il semble désormais probable que les légionnaires, à la veille d’une bataille, cachaient leur pécule avant d’aller le récupérer s’ils survivaient au combat, ce qui n’a pas été le cas lors du désastre de Teutoburg.

Le flanc oriental d’Alésia et le combat de cavalerie

Danielle Porte nous répond à propos de l’est de l’oppidum d’Alise :

« César ne dit pas du tout que le camp gaulois se trouve uniquement à l’est. Il dit en revanche, très précisément, que tout le flanc oriental était occupé par les troupes gauloises : c’est ce qu’il voit depuis ses positions. »

« Pour le site de Chaux, des troupes gauloises pouvaient aisément occuper tout le flanc oriental de la colline. Les études topographiques menées par ArchéoJuraSites ont révélé la succession d’importantes plates-formes ou terrasses échelonnées les unes au-dessus des autres sur tout ce flanc est de l’éperon barré, avec des cheminements relativement faciles permettant de monter depuis le pied de l’oppidum vers la ville au sommet de la colline. Une partie de l’armée gauloise a facilement pu s’installer sur cette succession de terrasses. »

Comme souvent, armée de sa foi du charbonnier, Danielle Porte prend ses désirs pour des réalités et s’accorde beaucoup de latitude sur la topographie. Laissons César s’exprimer :

« Au pied du rempart, tout le flanc oriental de la colline était occupé par les troupes gauloises, et en avant elles avaient creusé un fossé et construit un mur grossier de six pieds. » (BG, 69).

« Les travaux étaient en cours d’exécution quand a lieu un combat de cavalerie dans la plaine qui, comme nous l’avons expliqué tout à l’heure, s’étendait entre les collines sur une longueur de trois mille pas. L’acharnement est extrême de part et d’autre. César envoie les Germains au secours des nôtres qui fléchissent, et il range ses légions en avant du camp, pour prévenir une attaque soudaine de l’infanterie ennemie. L’appui des légions donne du cœur à nos combattants ; les ennemis sont mis en déroute ; leur nombre les gêne, et comme on a laissé des portes trop étroites, ils s’y écrasent. Les Germains les poursuivent vivement jusqu’aux fortifications. Ils en tuent beaucoup ; un assez grand nombre abandonnent leurs chevaux pour tenter de franchir le fossé et d’escalader la muraille. César fait avancer un peu les légions qu’il avait établies en avant du retranchement. Un trouble égal à celui des fuyards s’empare des Gaulois qui étaient derrière la muraille : ils s’imaginent qu’on marche sur eux de ce pas, et ils crient aux armes ; un certain nombre, pris de panique, se précipitent dans la ville. Vercingétorix fait fermer les portes, pour éviter que le camp ne se vide. » (B.G., 70).

L’argumentation de Danielle Porte sur cette question est comme à son habitude jésuitique et incompréhensible :

« César ne dit pas du tout que le camp gaulois se trouve uniquement à l’est. Il dit en revanche, très précisément, que tout le flanc oriental était occupé par les troupes gauloises : c’est ce qu’il voit depuis ses positions. »

La description de César ne localise des troupes gauloises que sur le flanc oriental de la colline et c’est le seul endroit où il précise que ces troupes, situées au pied du rempart de l’oppidum, ont creusé un fossé et élevé un mur : nous en déduisons que les Gaulois ont construit à cet endroit une fortification pour s’abriter et on donne communément à ce dispositif le nom de « camp ». D’ailleurs César le précise quand il décrit la réaction de Vercingétorix à la débandade de ses cavaliers : Vercingetorix iubet portas claudi, ne castra nudentur. « Vercingétorix fait fermer les portes, pour éviter que le camp ne se vide. » Nous laissons à D. Porte la pleine responsabilité de ses affirmations farfelues sur la possibilité d’occuper les versants abrupts de la vallée de la Saine, voire d’y conduire des charges de cavalerie que César décrit avec précision. Nous nous demandons aussi quel serait l’intérêt militaire d’occuper des terrasses sur les versants de la Saine alors que cette vallée est facilement fortifiable au niveau du lit de la rivière transformant ainsi les gorges de la Saine en Thermopyles celtes.

On s’étonnera aussi de la stratégie de César : pourquoi assiéger Chaux-des-Crotenay alors que, à partir du moment où il aurait pris position à Entre-deux-Monts pour l’encercler, il lui suffisait justement de conduire des assauts qu’il opère traditionnellement dans ce type de situation. Car le site de Chaux-des-Crotenay n’est pas la colline inattaquable décrite par César, mais bien un éperon qui, s’il avait été fortifié par des Gaulois, aurait été barré au sud par un murus gallicus que César aurait tenté de prendre d’assaut comme il le fait habituellement face à de semblables dispositifs. Jamais il n’aurait qualifié une telle place comme impossible à prendre d’assaut puisque, justement, il prend d’habitude d’assaut ce type de forteresse. Or, il n’en est rien. Les fortifications gauloises sont décrites à l’est, mais pas au sud, où, à Chaux-des-Crotenay elles seraient pourtant indispensables et auraient sans doute été conservées et seraient visuellement repérables sous le couvert forestier. En revanche, sur le flanc oriental du site de Chaux-des-Crotenay, elles ne serviraient strictement à rien, car on est ici en présence de défenses naturelles qui ne nécessitent aucune construction qui, d’ailleurs, seraient impossibles vu la nature du terrain. Le site de Chaux-des-Crotenay ne correspond pas à la description de César et le « portrait robot » montre ici toutes ses limites car il n’intègre pas des paramètres importants. A. Berthier a confondu, comme souvent, ses désirs et la réalité. En revanche, le site d’Alise correspond parfaitement à la description de César, y compris évidemment, comme le signale D. Porte, la localisation des troupes gauloises sur le flanc oriental de la colline.

La comparaison des profils de pente entre le site bourguignon et le site jurassien tranche la question sur l’accessibilité du flanc oriental à des charges de cavalerie jusqu’au retranchement des Gaulois aménagé au pied de l’oppidum.

Alésia-Alise, un paysage mou selon D. Porte

Ainsi s’exprime César :

« La ville proprement dite était au sommet d’une colline, à une grande altitude, en sorte qu’on voyait bien qu’il était impossible de la prendre autrement que par un siège en règle. Le pied de la colline était de deux côtés baigné par des cours d’eau. En avant de la ville une plaine s’étendait, sur une longueur d’environ trois milles ; de tous les autres côtés la colline était entourée à peu de distance de hauteurs dont l’altitude égalait la sienne. » (B. G., VII, 69)

Ainsi s’exprime D. Porte :

« Deux rivières lèchent ses bords” (César). L’Oze et l’Ozerain coulent à 300 m des bords de l’oppidum. »

Il faut comprendre qu’elles ne coulent pas au pied de l’oppidum, selon D. Porte, dont la traduction est erronée et joue sur l’ambiguïté du mot « bord » qu’elle adopte de son propre chef. Le texte de César précise que les deux rivières baignent (subluebant) le pied (radices) de la colline (collis). Ce qui est le cas à Alise-Sainte-Reine, que D. Porte le veuille ou non.

Toujours d’après D. Porte : « Il en existe deux autres, la Brenne, bien plus importante, et le Rabutin ». 

L’argument est évidemment sans grand intérêt : la Berne et le Rabutin ne sont pas à proximité de l’oppidum et ne peuvent donc intégrer la description de César. Nous pourrions aussi nous amuser à compter tous les cours d’eau de la région de Chaux-des-Crotenay. Pourquoi César n’évoque pas le Quénot et les autres affluents de la Lemme ?

Toujours d’après D. Porte :

« Les rives en sont escarpées (Florus) ; celles des ruisseaux d’Alise sont de douces et plates prairies. »

Comme César ne suffit pas à nous éclairer, D. Porte convoque Florus. Le problème, c’est que Florus, auteur du second siècle après J.-C., confond tout de même Alésia et Gergovie, et n’évoque pas les rives des rivières, mais les « rives escarpées » d’une étrange Gergovie :

« Attaquant alors les villes qui constituaient les bastions mêmes de la guerre, il enleva Avaricum avec ses 40.000 défenseurs, rasa par le feu Alésia, que soutenaient 250.000 hommes en âge de porter les armes. Mais c’est autour de la Gergovie des Arvernes que porta tout le poids de la guerre. En effet, tandis que 80.000 hommes défendaient cette très grande ville, grâce à son rempart, à sa citadelle et à des rives escarpées, il l’entoura d’un retranchement de pieux, d’un fossé et d’une rivière détournée dans le fossé, en plus de cela de dix-huit fortins et d’une énorme palissade, et la dompta d’abord par la faim, puis l’écrasa devant le retranchement et au milieu des pieux lorsqu’elle osa tenter des sorties, enfin il l’obligea à se rendre ». (d’après la traduction donnée dans l’ouvrage d’A. Berthier et A. Wartelle, Alésia, Nouvelles éditions latines, Paris, 1990, p. 65).

Comme à son habitude D. Porte cherche à faire correspondre les textes avec le site de Chaux au mépris de toute analyse sérieuse de ces textes et sans évidemment les traiter avec le recul critique nécessaire. Florus est ici un auteur peu fiable qui confond les différents sites de la Guerre des Gaules et particulièrement Gergovie et Alésia : quant à l’Alésia qu’il décrit, on se demande bien avec quelle ville il la confond.

On s’étonnera d’ailleurs que les défenseurs du site de Chaux-des-Crotenay oublient de citer les auteurs antiques qui confirment une localisation à Alise : d’abord Pline l’Ancien qui décrit précisément la maîtrise, par les artisans d’Alésia, de techniques métallurgiques dont l’existence a été attestée sur le site d’Alise et ensuite Strabon qui fait des Mandubiens un peuple « proche » (homórou) des Arvernes ou « de connivence » avec eux (homonoû) (cf. : A. Berthier et A. Wartelle, Alésia, Nouvelles éditions latines, Paris, 1990, p. 63, d’après la restitution philologique de l’abbé G. Villette, Dossiers de l’Histoire, 40, 1982, p. 36), ce qui rend plausible la présence de Vercingétorix dans leur murs mais éloigne d’autant le site hypothétique du plateau de Champagnole, où aucun signe ne prouve la présence d’un tel peuple indépendant des Séquanes et proche ou allié des Arvernes. On rappellera à toutes fins utiles qu’Alésia n’est pas un oppidum des Séquanes, mais bien des Mandubiens, comme le précise César lui-même.

Nous livrons aux lecteurs cette vue des escarpements qui bordent le plateau de l’Auxois sur le versant sud : nous proposons à nos pseudo-experts militaires de tenter d’approcher et d’escalader ces falaises sous les tirs de quelques défenseurs.

Les ressources en eau des assiégés d’Alésia

Une autre technique des défenseurs du site de Chaux-des-Crotenay consiste à travestir les arguments scientifiques et à les remettre en cause soit par ignorance, soit par malhonnêteté intellectuelle.

« Des sources ont dû jaillir miraculeusement depuis que L. Matruchot, cité par Victor Pernet (pro Alesia, 1, 1907) signalait une seule source sur le mont Auxois, P.-M. Duval précisant qu’il fallait chercher de l’eau au bas des pentes (Archeologia, 24, 1968). »

Comment accepter que l’on compare ainsi les résultats de l’article de Christophe Petit, géologue et archéologue, aujourd’hui professeur d’université, et de Jonhattan Vidal, alors doctorant, portant sur l’eau à Alise-Sainte-Reine, au terme d’une campagne d’étude utilisant une grande rigueur scientifique (cf. : Jonhattan Vidal et Christophe Petit, « L’eau sur le site d’Alésia : la contrainte hydrogéologique lors du siège de 52 av. J.-C. », Revue archéologique de l’Est, Tome 59-1, 2010, mis en ligne le 05 janvier 2012. URL : http://rae.revues.org/6500.), avec un texte daté de 1907 dont on ne retient que l’information de l’existence d’une seule source sur le Mont-Auxois ? De toute évidence, nos experts n’ont pas lu l’article ou, s’ils l’ont lu, n’ont pas compris l’argumentaire détaillant les ressources en eau des assiégés et des assiégeants. Cet article est en ligne et tout lecteur curieux peut juger sur pièces.

Le lexique césarien des installations militaires : castra, castella, praesidia

Nous laissons les lecteurs relire César que nous avons abondamment cité. Ils vérifieront que les légions ne stationnent pas dans les « camps », mais sur l’ensemble du dispositif du siège. Danielle Porte nie ici tout simplement la réalité du texte césarien. Rappelons à notre latiniste émérite la leçon instructive de Georges Macherat à propos du lexique des retranchements césariens :

« Notre conception courante des camps établis par César (ou par ses lieutenants) est assez fausse. Elle ne correspond pas à la réalité parce qu’elle repose sur la notion du « camp romain » qui nous a été suggérée par Polybe, Végèce et leurs commentateurs. Ce que César désigne par le mot « castra » s’avère [p. 84] beaucoup moins simple : c’est, à l’ordinaire, un ensemble complexe et savant où la régularité cède le pas devant l’utilisation judicieuse du terrain, les portées de tir et les exigences de la situation. Employée dans un sens général, l’expression « castra » concerne un groupe d’enceintes de différentes dimensions, séparées les unes des autres, ou réunies à l’intérieur d’une autre enceinte plus grande, défendue, suivant les cas d’espèce, par une ou plusieurs lignes de contrevallation. De l’enceinte principale part un réseau de valla secondaires, tenant lieu de « boyaux » et appelés brachia, qui assurent sa liaison permanente, non seulement avec les autres lignes mais avec tous les ouvrages extérieurs, gravitant autour d’elles (sources, turres isolées, burgi, præsidia, castella, autres camps, etc.). »

L’énoncé de D. Porte, page 19 de l’argumentaire d’ArchéoJuraSites, est strictement incompréhensible. Le camp C de Labiénus se trouve sur la montagne de Bussy, et le camp nord sur le Mont Réa, dans un endroit pour l’instant indéterminé du fait de l’impossibilité, pour les archéologues d’accéder à la plus grande partie de la zone. Si du matériel archéologique a été trouvé sur le Mont Réa, il a été, pour l’instant, impossible d’y conduire des fouilles sérieuses. D’autre part, Labiénus ne se rend pas au camp nord avec 44 cohortes, comme l’affirme D. Porte, mais avec seulement 6 : « Quand il apprend cela, César envoie Labiénus avec six cohortes au secours de ceux qui sont en péril » (B. G., VII, 86). Les 39 autres cohortes ne viennent pas de l’arrière, mais des postes voisins des combats de la montagne nord : « (Labiénus) rassemble trente-neuf cohortes, qu’il eut la chance de pouvoir tirer des postes voisins (ex proximis praesidiis) » (il se trouve alors déjà engagé dans la bataille du Réa). César lui-même apporte 4 cohortes provenant, là encore, non pas d’un camp mais d’un castellum : « il prend quatre cohortes au fort le plus voisin » (B. G., VII, 87). Aucune de ces 43 cohortes ne vient d’un camp militaire, mais bien des fortins dispersés sur la ligne de défense. Donc D. Porte se trompe : les légions n’occupent pas les « camps », mais les fortins situés entre les deux lignes de défense : un de ces fortins inédits a été mis en évidence dans la Plaine des Laumes par l’équipe dirigée par S. von Schnurbein. D. Porte n’est visiblement pas capable de lire et de comprendre le texte de César et nous renonçons à tenter de lui expliquer que César indique bien que les « camps » ne sont pas occupés par l’ensemble des légionnaires, lesquels se répartissent de fait sur l’ensemble des fortins des lignes de défense.

Alise : une occupation dans la longue durée

La tentative de D. Porte de discréditer les travaux des archéologues sur le site d’Alise est, comme d’habitude, parfaitement ridicule. Fabienne Creuzenet a parfaitement identifié le murus gallicus sur le site d’En-Curiot et elle l’a précisément daté du début du premier siècle avant J.-C. Par ailleurs, D. Porte ne semble pas comprendre que le site d’Alise est occupé de la Protohistoire (âge du Bronze) jusqu’au IVe s . ap. J.-C. : les vestiges que l’on y trouve datent donc de ces différentes époques et les structures défensives se construisent en réutilisant des éléments plus anciens. Ce qui n’a évidemment rien de bien original. Le murus gallicus de la Croix Saint Charles côtoie donc des structures de l’âge du Bronze et sera lui-même rénové au début du Haut-Empire (cf. : J. Joly, Le secteur de La Croix-Saint-Charles au mont Auxois, Mém. Com. Antiq. de la Côte-d’Or, XXVIII, 1972-73, p. 77-97.).

Le comble est évidemment atteint quand D. Porte cite, à l’appui de ses datations farfelues, A. Lerossignol. Ce dernier, bien connu pour les sites qu’il anime sur internet, appartient évidemment à la cohorte des soi-disant spécialistes de la question puisqu’il est … employé du secteur bancaire. À la différence des autres auteurs de « la Supercherie Dévoilée », on peut néanmoins lui reconnaitre sa lucidité :

« Le créateur du présent site ayant contribué à rédiger une courte synthèse archéologique dans cet ouvrage sur la situation d’Alise-Sainte-Reine (Alesia la supercherie dévoilée, Pygmalion 15 mai 2014), il tient à préciser :
1) Qu’il n’était pas au courant des travaux des autres contributeurs et qu’il n’est donc responsable que de ses propres écrits.
2) Que son étude, la première du genre, n’est évidemment pas un exercice aisé pour quelqu’un qui n’a pas de formation scientifique, ce qui est le cas ici.
3) Que cette étude, destinée de prime abord à un cercle restreint n’a pas été pensée pour un ouvrage grand public, elle est donc largement perfectible, tant sur la forme que sur le fond.
Enfin, il faut noter, qu’avant même la critique de la datation de -52 proposée pour Alise par les archéologues, la principale fonction de cette synthèse est, au contraire, de corroborer les conclusions de ces mêmes spécialistes sur la période concernée par l’événement. Pour faire simple, depuis les dernières fouilles, il n’est plus possible d’affirmer que le siège d’Alise-Sainte-Reine pourrait être gallo-romain (donc postérieur à la conquête de César). Toute autre interprétation reviendrait à supposer que les archéologues ont fait preuve d’amateurisme ou pire, auraient délibérément travesti l’ensemble de leurs conclusions. Ce type de raisonnement qui ne repose sur aucun élément scientifique défendable ne peut plus et ne doit plus être défendu. » Arnaud Lerossignol

Voilà qui devrait mettre un terme aux prétentions de D. Porte et consorts de donner des leçons de datation archéologique. On peut toujours discuter que l’Alésia de César se trouve à Alise mais pas qu’un siège militaire de grande ampleur s’y soit déroulé au milieu du premier siècle av. J.-C., impliquant des troupes romaines, gauloises et germaniques. À notre connaissance il n’en existe qu’un : celui d’Alésia et nous attendons toujours que nos détracteurs nous en fournissent un autre. En revanche, on peut signaler les recherches récentes à Uxellodunum et à Gergovie, deux autres sites césariens dont la localisation suscite également les polémiques, mais qui livrent des assemblages de mobilier, notamment de militaria, tout à fait comparables à ceux d’Alise-Sainte-Reine.

Alisiia ne saurait être Alesia, pas plus que Londres ne saurait être London

Le passage de D. Porte sur la toponymie est assez croustillant. La plaque de Martialis est en langue gauloise mais utilise des caractères latins. D. Porte montre que la ville s’appelle ALISIIA en langue gauloise. Les Romains et les Grecs la dénomment Alesia, ce qui lui pose problème. La belle affaire ! Alisiia ne peut donc, pour notre « spécialiste », être Alesia. Sans approfondir plus avant notre argumentation, il est douteux que notre experte de littérature classique trouve en Angleterre une ville nommée Londres ou, en Italie, une Rome et prétendra-t-elle, en contemplant Beograde ou Warszawa, que ces villes ne peuvent être Belgrade et Varsovie ?

On rappellera ici que la ville de Mauritanie désignée par Pline l’Ancien sous le nom de « Zilil » (N.H., V, 2) est nommée Zélis par Strabon (III, 1, 8) et Zilia par Ptolémée (IV, 1, 7), ce qui indiquera au lecteur que, malgré les affirmations de D. Porte, les toponymes antiques sont rarement fixés de manière assurée et varient d’une langue à l’autre, comme le rappelle à propos M. Reddé, dans L’Archéologie face à l’imaginaire. Nous l’invitons d’ailleurs à comparer les terminologies utilisées par Ptolémée et celles de l’itinéraire d’Antonin pour mesurer les écarts entre les différents toponymes.

Site topographique d’Alésia et retranchements césariens

P. 16, D. Porte se borne à répéter ce que nous affirmons.

« Nous prétendons que rien ne correspond [à Alise] à la description que César donne du lieu du siège, que les textes ont été trop souvent omis ou transformés par les historiens, que les péripéties du siège ne peuvent se replacer sur le site officiel, que le relief n’a rien à voir avec celui qu’on peut imaginer d’après la Guerre des Gaules (B.G.) et que bien des détails heurtent le bon sens élémentaire. Michel Reddé confirme lui-même la discordance entre le texte de César et le site d’Alise : “L’archéologie montre à l’évidence que cette description [= de César] ne correspond, pour l’instant, à aucun des secteurs explorés : les systèmes défensifs romains varient d’une ligne à l’autre, d’un point à l’autre du site, parfois à quelques centaines de mètres de distance” (M. Reddé, Rapport de fouilles, p. 125). Rien d’extraordinaire n’a été découvert depuis la publication de 2000 puis celle de 2003.»

Personne n’a jamais contesté que la réalité des vestiges des aménagements du siège ne correspond pas exactement à la description textuelle de César. Nous l’avons écrit, nous le répétons. Ce décalage entre le texte et le terrain s’explique d’abord par le fait que, comme tous les militaires, les Romains s’adaptent à la réalité du terrain et par le fait que la description de César reste un modèle qui se décline sous différentes formes, ce qui d’ailleurs n’a rien d’étonnant et se vérifie sur d’autres champs de bataille. Par ailleurs, il est pénible de constater que D. Porte biaise le débat en confondant la description de la topographie d’Alise qui, comme nous l’avons montré, correspond point par point à la description de César, et la question de l’organisation des défenses qu’évoque M. Reddé, cité de façon malhonnête par D. Porte. Comme tous les systèmes de siège mis en place par la poliorcétique romaine, on a affaire à des dispositifs qui évoluent dans le temps et dans l’espace, avec des reprises de tracé, des dispositifs temporaires, d’autres abandonnés, etc. Il est donc impossible que, durant un siège de plusieurs mois, le dispositif idéal décrit par César se retrouve strictement à l’identique sur le terrain. Ce n’est pas propre au siège d’Alésia et parfaitement connu de tous les spécialistes d’histoire militaire.

Alésia, « métropole des Gaules » ? Que César ne l’a-t-il écrit !

P. 15 du contre-argumentaire, D. Porte tente de nous expliquer que la description d’Alésia par César diverge de celle de Diodore, parce que le premier ne s’encombre pas de fioritures, et de citer comme exemple le fait que, dans sa description de Gergovie, César ne décrit pas un lieu de culte situé au sommet du Puy de Dôme, soit à près de 14 km du théâtre de l’événement qu’il relate :

« Il est vrai aussi que César ne s’encombrait pas de fioritures pour étoffer son propos militaire. Aucun romantisme ne vient enrober son récit. Quand il décrit le site de Gergovie avec son jugum, ses collines successives, il ne prend pas la peine d’indiquer ce haut-lieu de culte gaulois – où sera découvert un temple à Mercure – qu’était la montagne du Puy-de-Dôme et sa chaîne de volcans. Celle-ci barre pourtant l’horizon en arrière de Gergovie et peut servir de repère à des dizaines de kilomètres à la ronde. »

On se demande bien pourquoi César dans sa rapide description du site du siège de Gergovie évoquerait une montagne qui n’a strictement aucun rapport avec la bataille en cours et qu’il n’ira pas occuper. D’autre part, il n’y a strictement aucun haut-lieu de culte gaulois sur le Puy-de-Dôme, le temple de Mercure n’ayant été construit qu’après la conquête romaine, près d’un siècle après le passage de César et si une présence gauloise a été identifiée avant la conquête, sous forme de monnaies gauloises, elle n’est qu’épisodique et n’a strictement rien à voir avoir avec un « haut-lieu de culte ». Donc César ne décrit pas les temples du Puy de Dôme parce que ce lieu si intéressant pour les courses cyclistes n’a aucun rapport avec le siège de Gergovie et qu’il n’existe, à l’époque des faits, aucun temple au sommet du Puy de Dôme. Comme d’habitude Mme Porte étale son ignorance des réalités du premier siècle avant J.-C. et confond les époques.

Elle ne semble pas non plus capable de réaliser une analyse critique des textes pourtant à la portée d’un étudiant de Licence d’Histoire. César fait de la prise d’Alésia l’apogée de son commentaire de la Guerre des Gaules : la description du siège met d’ailleurs fin à la partie qu’il rédige lui-même. Le nombre de chapitres consacrés à Alésia est très supérieur à celui des autres batailles de la Guerre des Gaules, laissant croire que la guerre est terminée, la Gaule soumise et surexposant ainsi le rôle de Vercingétorix. On oublie ainsi un peu vite que la guerre durera encore plus d’un an avec d’autres sièges et d’autre batailles. L’objectif de la propagande césarienne est évident : César utilise Alésia pour valoriser sa victoire militaire et préparer son triomphe. Dans ces conditions, il est incompréhensible qu’il n’évoquât nulle part, pour magnifier ce haut-lieu de sa geste militaire, le fait qu’Alésia fût la métropole de toute la Gaule, ce qui en réalité est une invention de Diodore. Il n’y a pas en Gaule de métropole de toute la Gaule, car la Gaule unifiée inventée par Diodore et les autres auteurs méditerranéens, dont César, n’existe pas. Néanmoins, nous sommes satisfaits de découvrir que D. Porte ne nous explique plus qu’Alésia était une grande métropole religieuse, ce qui reste une pure invention de sa part, Diodore n’évoquant jamais cet aspect.

Retranchements césariens et technique LiDAR

Le passage 3.7 du contre-manifeste d’ArchéoJuraSites sur les défenses de César est un autre exemple d’approximation :

« La pratique du syllogisme semble être une constante dans ce dossier. En effet, l’architecture militaire romaine utilise différents matériaux de construction en fonction de la nature des ouvrages, de leur durée d’utilisation, de la nature du sol et des matériaux disponibles sur site. Ce n’est pas dans un contexte éphémère, comme peut l’être un siège, que l’on bannit systématiquement l’utilisation de matériaux pérennes comme la pierre. L’une des stèles de Lambèse n’atteste-t-elle pas la capacité des légions à construire un camp d’étape en pierre en une journée ? »

L’inscription de Lambèse qui livre le discours d’Hadrien de 128 ap. J.-C. (Corpus Inscriptionum Latinarum VIII, 18042, Bb) ne décrit pas la construction d’un camp d’étape, mais d’un terrain de manœuvre (campus) de la Legio III Augusta situé à l’ouest du « grand camp » qu’elle occupa à partir de 115-120 : il est donc délicat de le qualifier d’éphémère (cf. : Y. Le Bohec, Le pseudo « camp des auxiliaires » à Lambèse, Cahiers du Groupe de recherches sur l’armée romaine et les provinces, I, 1977, p. 71-85 ; II, 1979, p. 213 ; Id., La Troisième Légion Auguste, CNRS, Paris, 1989, p. 407-410 ; Id., L’architecture militaire à Lambèse (Numidie), Archäologisches Korrespondenzblatt, 38, 2, 2008, p. 247-262 ; M. Speidel, Emperor Hadrian’s speeches to the African Army. A new Text, 2007.).
Les structures attribuées à ce fameux « camp ouest » n’ont rien à voir avec un camp puisqu’aucun casernement n’y a été trouvé : on est ici en présence d’un terrain d’exercice. C’est d’ailleurs au centre de ce campus que fut retrouvée la colonne commémorative dont le piédestal porte le discours d’Hadrien aux soldats qui ont édifié un mur en pierres (murus) en un jour. La localisation même de ce monument commémoratif indique l’endroit où fut prononcée cette adlocutio et la fortification dont il est question dans le discours. L’allocution évoquée précise d’ailleurs que ce type de mur en pierre est d’habitude utilisé pour les quartiers d’hiver, donc sans rapport avec une structure éphémère. L’empereur souligne et salue lui-même la technique exceptionnelle que des légionnaires ont utilisée pour construire en pierre une fortification traditionnellement édifiée en mottes de gazon. Il est vrai que la technique adoptée est adaptée au terrain de Lambèse. Si les légionnaires de César avaient utilisé une technique aussi étonnante, pourquoi ne l’aurait-il pas signalé ?

Donc, finalement, la « stèle » de Lambèse décrit des manœuvres de l’armée romaine dans le piedmont septentrional des Aurès lors d’une visite de l’empereur : elle ne décrit ni une opération militaire dans un contexte de combat, ni la construction d’un camp d’étape. On cherche donc le rapport avec le contexte de la guerre des Gaules.

Néanmoins nous conseillons à M. Chambon de se mettre en relation avec son collègue M. Bernard Gay : il pourra ainsi répondre à la question que ce dernier nous pose dans Alésia, La supercherie dévoilée : « Avez-vous jamais essayé d’évaluer en termes pratiques les exigences en matériaux, en effectifs et en durée que comportaient les travaux décrits par César autour du Mont Auxois ? ». Visiblement ce retraité militaire n’a qu’une connaissance limitée des capacités des troupes romaines. Nos deux brillants « experts » pourraient ainsi s’entendre, l’un nous expliquant que les légionnaires ne pouvaient matériellement fortifier les lignes du Mont Auxois avec des mottes de gazon, l’autre nous expliquant à l’inverse qu’ils pouvaient parfaitement fortifier leurs défenses jurassiennes avec des murs en pierre.

Le site de Lambèse et le terrain de manœuvres de l’ouest
(Y. Le Bohec, La troisième légion Auguste, p. 408)

La longue description de M. Chambon invente des tours en pierre construites à partir d’une carrière dont rien n’indique qu’elle fût active à l’époque du siège d’Alésia. Le seul problème est que César ne décrit pas cette technique de construction mais celle, classique, des Romains qui consiste à construire le rempart avec les remblais issus des fossés. M. Chambon précise enfin, avec justesse, que la difficulté de l’usage de la technique LIDAR réside dans « la pertinence et l’expérience des opérateurs qui produisent le modèle numérique de terrain ». Nous compléterons cet avis judicieux en précisant que la même pertinence et la même expérience sont demandées à celle ou celui qui doit interpréter ces données : c’est bien ce que nous indiquions dans notre propos. Nous attendons toujours que M. Chambon publie ses analyses afin que nous puissions vérifier sa pertinence et son expérience dans ce domaine. Nous confirmons à M. Chambon que, malgré ses déclarations, il a bien contacté le laboratoire d’archéologie de Besançon, en l’occurrence Laure Nuninger, qui lui a effectivement proposé de participer au colloque de Bibracte, proposition à laquelle il a trouvé préférable de ne pas donner suite. 

Le vainqueur d’Alésia aurait dû être Vercingétorix

Une grande partie de l’argumentaire de nos zélotes consiste, de façon traditionnelle, à nous expliquer que Vercingétorix, brillant chef militaire, ne pouvait se réfugier sur le site d’Alise qu’ils jugent trop petit et incapable d’accueillir et de nourrir ses troupes, et qu’il avait préparé un piège remarquable et attaqué un César en déroute qui aurait donc pris la route des cols jurassiens. Tout ce discours ne repose sur aucun élément du texte césarien. Jamais César ne précise être contraint à la déroute : il a réorganisé son armée et vole au secours de la province transalpine. Jamais il n’indique son intention d’emprunter les cols jurassiens, et encore moins sa volonté de se rendre à Genève ; jamais il n’évoque un quelconque piège tendu par Vercingétorix alors que la révélation d’un tel stratagème n’aurait fait que valoriser sa victoire. Nous rappellerons d’ailleurs que son armée dite « en déroute » reste la plus importante force militaire jamais mobilisée par Rome dans toute son histoire en dehors des troupes que Trajan mobilisera lors de la conquête de la Dacie. Au contraire, César indique bien que Vercingétorix est mis en déroute :

« Après cette déroute de toute sa cavalerie, Vercingétorix qui avait disposé ses troupes en avant de son camp, les mit en retraite incontinent, et prit la route d’Alésia, ville des Mandubiens, en ordonnant qu’on se hâtât de faire sortir du camp les bagages et de les acheminer à sa suite » (B. G., VII, 68, 1).

L’interprétation de nos contradicteurs n’est que pure spéculation sans rapport avec la description de César. Enfin, précisons que, si brillant fût-il, Vercingétorix a perdu face à un adversaire très inférieur en nombre et ce, après un siège relativement court, ce qui indique bien que le lieu où il se trouvait ne lui permettait pas de tenir un siège long. La description de César montre bien que Vercingétorix dut faire stationner ses troupes en dehors de l’oppidum qui, de fait, est trop petit, ce qui est incompatible avec le site de Chaux-des-Crotenay qui, lui, pouvait les accueillir entièrement sans avoir à les faire camper sur des terrasses. On est donc très éloigné des choix réfléchis d’un grand stratège. Vercingétorix a perdu car il n’a pas compris que la donne avait changé après Gergovie. César avait assuré la jonction de ses légions, s’était doté d’une cavalerie supérieure à celle des Gaulois et, surtout, les Allobroges avaient brisé les assauts des Arvernes sur la Province qui, de fait, n’était plus menacée. En enfermant ses troupes dans un oppidum, Vercingétorix perdait tout l’avantage que représentait sa cavalerie et s’offrait aux performances de la poliorcétique romaine. Vercingétorix n’a pas perdu la guerre à Alésia dans le cadre d’un pseudo-piège qui s’avère, quoi qu’il en soit, bien inefficace, mais lorsqu’il a laissé le temps à César de réorganiser son armée.

Pour conclure, on rappellera que la localisation d’Alésia à Chaux-des-Crotenay est une escroquerie intellectuelle fondée sur le mensonge, l’imposture, la manipulation des textes antiques et la falsification des résultats de fouilles archéologiques. Le refus d’accorder l’accès aux archives numériques aux adversaires de l’hypothèse Berthier illustre la conception singulière du débat scientifique chez les dirigeants actuels de l’association ArchéoJuraSites et l’insigne faiblesse de leur argumentation. Ces archives ainsi que le matériel archéologique que l’association détient constituent en effet une bombe capable de pulvériser le mythe entretenu autour de l’hypothèse Berthier. ArchéoJuraSites adopte ici le comportement de l’Eglise médiévale, dissimulant le savoir, ne l’ouvrant qu’aux personnes désireuses de défendre A. Berthier et n’en communiquant que des bribes dont elle a assuré l’exégèse. La poursuite des conférences sur la théorie de l’Alésia jurassienne et des visites sur les sites reconnus par André Berthier permet d’entretenir le fonds de commerce de l’association qui prétend œuvrer pour une approche scientifique du patrimoine archéologique régional alors qu’elle défend essentiellement la mémoire d’André Berthier. On rappellera aussi que le déchaînement médiatique dont se plaignent les défenseurs de l’hypothèse Berthier est d’abord leur œuvre – il suffira pour s’en convaincre de compter le nombre d’articles que leur a accordé une presse plus que complaisante –, et singulièrement celle de Danielle Porte qui se répand dans son blog et dans ses ouvrages – l’Alésia jurassienne est visiblement une affaire juteuse – et se complait ensuite dans son rôle de victime outragée.

Aujourd’hui c’est à ArchéoJuraSites de faire un choix. Soit elle commet l’erreur de 1993, qui a entraîné le départ de Ch. Méloche et de J.-Y. Guillaumin, ce qui a mis fin à toute approche scientifique du site de Crans, soit elle accepte que Ch. Méloche termine le travail avorté par l’aveuglement d’A. Berthier et des élus de l’époque. Dans un cas, elle pourra continuer à se complaire à publier les ronéotypes complètement dépassés de l’Abbé Villette ; dans l’autre cas, elle permettra de faire réellement avancer la connaissance du peuplement de la région de Crans. Comme nous l’avons souligné, nous sommes prêts à fournir toutes les expertises et la logistique nécessaire à la réalisation d’une réelle publication scientifique sur cette zone : mais, à cette fin, il faut donner un accès libre et sans a priori aux données archéologiques trouvées à Crans.

Signataires

François Favory, historien et archéologue de l’Antiquité

Hervé Richard, paléoenvironnementaliste

Philippe Barral, archéologue-protohistorien

Yannick Favory, historien

Vincent Guichard, archéologue-protohistorien

Pierre Nouvel, archéologue de l’Antiquité

Michel Reddé, archéologue et historien de l’Antiquité

Anne-Marie Adam, archéologue-protohistorienne

Stephan Fichtl, archéologue-protohistorien

Emilie Gauthier, paléoenvironnementaliste-archéologue

Jean-Paul Guillaumet, archéologue-protohistorien

Luc Jaccottey, archéologue

Martine Joly, archéologue de l’Antiquité

Christophe Méloche, archéologue

Claudine Munier, archéologue de l’Antiquité

Laure Nuninger, géomaticienne, archéologue

Christophe Petit, géoarchéologue

Pierre Pétrequin, archéologue-pré- et protohistorien

Matthieu Poux, archéologue-protohistorien

Annick Richard, archéologue

Marie-Jeanne Roulière-Lambert, archéologue-protohistorienne

Matthieu Thivet, archéologue

Stéphane Venault, archéologue de l’Antiquité

Valérie Pichot, archéologue de l’Antiquité

Stefan Wirth, archéologue-protohistorien


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *